Evolution des modes d'entretien et ZéroPhyto

Il n'est pas forcément nécessaire de partir à la campagne pour découvrir et observer la nature. A Tours, que ce soit dans les parcs, les jardins ou le long des rivières ou des routes, la vie sauvage trouve toute sa place.
Les agents du Service des Parcs et Jardins expérimentent et développent depuis plusieurs années de nouvelles manières de travailler afin que l'entretien des espaces verts ne se fasse pas au détriment de la biodiversité. Au contraire, les jardiniers participent à sa préservation.

La préservation de la nature en ville : un défi pour tous

Logo ZérophytoVoir l'image en grandLa gestion adaptée, évolue sans cesse afin de toujours mieux respecter la nature environnante. Aujourd'hui, chaque espace vert est entretenu en tenant compte de son histoire et de son type de fréquentation : c'est la gestion adaptée. Elle permet d'offrir aux usagers une pluralité d'espaces mais aussi de proposer des habitats complémentaires à la faune et à la flore présentes.

Des documents de planification à l'échelle de la Ville comme le Plan Local d'Urbanisme (P.L.U.) ou la trame verte et bleue (mise en place de corridors biologiques découlant du Grenelle de l'environnement à l'échelle de l'agglomération) inscrivent l'action du Service des Parcs et Jardins dans une démarche globale de protection de la biodiversité.

Etat, collectivités ou simple citoyen, la nature a besoin de chacun d'entre nous.

La Loire - mode entretien parcs et jardinsVoir l'image en grand

Protéger les habitats

La ville n'est pas un désert biologique. Au contraire, la mosaïque urbaine faite d'espaces très diversifiés et la densité végétale présente dans les jardins, offrent de vrais refuges pour la vie sous toutes ses formes (plantes, champignons, insectes, oiseaux, poissons, mammifères…).

Pour accueillir une nature capable de se nourrir et de se reproduire sans obstacle, la ville de Tours a choisi deux axes d'actions principaux :

  • L'entretien de 25 ha en zones de fauches (tonte une seule fois par an) permettent l'accomplissement des cycles biologiques
  • La préservation d'une grande diversité végétale


Des exemples de protection des habitats :

  • Dans le bois de Grandmont, une parcelle d'un hectare appelée îlot de vieillissement a été délimitée afin de laisser libre son évolution sans qu'aucune intervention humaine ne vienne "contrarier" le processus naturel.
  • Dans les grands parcs forestiers de la Ville, des méthodes douces de gestion favorisent un étagement végétatif favorable à la biodiversité et à la régénérescence de la forêt.
  • Depuis l'été 2011, une passe à poissons sur le Cher, au niveau de l'île Honoré de Balzac, offre désormais aux poissons migrateurs la possibilité de continuer leur route plus en amont afin de se reproduire.

Matériaux et matériels pour une nature durable

Depuis le 1er janvier 2017, le Service Parcs et Jardins n’utilise plus de produits phytosanitaires sur ses espaces verts (hors terrains sportifs) et en dehors de produits écologiques.

Si l'effort pour augmenter encore ce chiffre est permanent, les résultats sur la faune et la flore sont d'ores et déjà probants avec le retour d'espèces oubliées comme les orchidées sauvages.

L'utilisation croissante de paillages au pied des massifs est l’une des méthodes qui permet de ne plus utiliser de désherbants, de nourrir les sols et de réduire les besoins en eau.
La mise en place de plus en plus importante d'amendements organiques favorise la vie du sol, point de départ de tous les écosystèmes.

Le déploiement d'outils électriques diminue la pollution sonore et les rejets en gaz à effet de serre. Des engins thermiques permettent de désherber près des cours d'eau sans risque de pollution.

Préserver la ressource en eau

Ne pas polluer les nappes souterraines ou les fleuves et rivières est une première obligation pour préserver la ressource en eau.

Réduire la consommation en eau est un autre défi relevé par le Service : ainsi, beaucoup de pelouses ne sont plus arrosées artificiellement en période estivale et des végétaux résistants à la sécheresse sont implantés dans les massifs. Parallèlement à l'utilisation du paillage qui limite l'évaporation, des sondes tensiométriques placées au pied des arbres nouvellement plantés indiquent la quantité d'eau nécessaire à apporter. Enfin, cinq forages situés à des endroits gourmands en eau permettent de ne pas utiliser d'eau potable pour l'arrosage.

Des expérimentations pour mieux protéger

Des abris à insectes sont installés au Jardin Botanique et dans le potager de la Gloriette afin d'accueillir des locataires qui sont à la base de la chaine alimentaire mais aussi, pour beaucoup d'entre eux, de précieux pollinisateurs.
En outre, ces alliés se nourrissent des ravageurs (pucerons notamment) qui, en cas de pullulation malmènent les fleurs et les légumes.

Des pièges mécaniques sont utilisés pour lutter contre la chenille processionnaire du pin, principalement aux abords des écoles, des sites sportifs ainsi que dans les jardins publics.
Enfin, en partenariat avec l'université de Tours, des études sont menées pour mieux comprendre le mode de vie de certains envahisseurs nouvellement apparus. Une récente étude a été menée en 2015 pour lutter de manière écologique contre la pyrale du buis. En effet, celle-ci provoque beaucoup de dégâts depuis quelques années, d’où la mise en place d’une nouvelle étude en 2017-2018.

Des inventaires témoins de la biodiversité

En 2016 et en collaboration avec l’Université de Tours, des inventaires sur les arthropodes ont eu lieu sur la Promenade du Lac de la Bergeonnerie. Ces dernières ont pu établir la bonne santé du site avec une présence équilibrée entre les ravageurs, les prédateurs et les pollinisateurs.

Les abords de la Promenade du Petit Cher sont une véritable réserve de biodiversité à l’échelle de la ville. La présence d’une faune riche et variée en est le témoin. De plus, les aménagements ont été pensés pour faciliter la cohabitation entre le public et la nature.

Promenade du Petit CherVoir l'image en grand

Contact

Service des parcs et jardins - Pôle Gestion Adaptée

Y aller En savoir +

Description

Comment s'y rendre ?

1 à 3 rue des Minimes 37926 TOURS CEDEX 9 Y aller