Questions - Réponses

Cette liste sera complétée régulièrement.

Culture, patrimoine, sport, éducation populaire, relations internationales

    Conseil - Culture, patrimoine, sport, éducation populaire, relations internationales

  • 01- Serait-il possible de confier à des artistes locaux de street art la mission de "décorer" les "armoires" (électriques, etc...) se trouvant sur les trottoirs de la ville de TOURS ? (Conseil du 16/12/20)

    Réponse de Christophe Dupin, adjoint délégué à la Culture et à l'éducation populaire
    Votre question portait sur la possibilité d’un projet de street art sur les armoires électriques de la ville.

    Nous plaçons au cœur de notre politique culturelle l’épanouissement de la vie artistique locale, et le tissage de liens entre artistes et population. Un projet de street art est donc d’ores et déjà amorcé par la Ville. Plusieurs services et en premier lieu la Direction des Affaires Culturelles sont sollicités dans l’optique de voir le street art mis en avant comme projet participatif auprès d’habitants et de jeunes, et comme l’adresse d’un geste culturel délivré dans l’espace public.

    Plusieurs lieux potentiels aux niveaux d’exposition divers ont été identifiés pour accueillir des œuvres, et un travail de partenariat a été entamé avec des artistes de street art et des associations dans une dynamique de co-construction. Plus spécifiquement sur votre proposition d’utiliser les armoires électriques, ces équipements ne rentrent pas dans le périmètre du projet, des réglementations interdisant leur usage dans ce but pour raisons de sécurité, et parce qu’il s’agit d’équipements gérés par la Métropole et non par la ville. Toutefois, nous notons l’intérêt exprimé pour ce type de projet, et ne manquerons pas d’enrichir notre réflexion afin de développer le street art sur Tours tout au long du mandat.

  • 02- Quelles initiatives 2021 de la municipalité pour célébrer l'année jubilaire sur le chemin de Tours vers Saint Jacques de Compostelle ? (Conseil du 15/02/2021)

    Réponse de Bertrand Renaud, Adjoint au Maire délégué aux archives municipales et au patrimoine, Adjoint de quartier Tours Nord Ouest

    Vous souhaitez savoir si la Ville de Tours prévoit des initiatives spécifiques pour célébrer l’année jubilaire sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle.

    Je précise qu’il existe en Touraine deux associations dont l’objet est, respectivement, la mise en valeur et la promotion de la voie tourangelle, et la recherche sur Saint-Jacques et Compostelle :

    - Association des chemins de Compostelle en Touraine, présidée par Jean-Paul Huguet (www.compostelle-tours.org),

    - Association Fondation David Parou-Saint-Jacques, présidée par Denise Péricard-Méa (www.saint-jacques-compostelle.info).

    Les différentes initiatives autour de l’année jubilaire seront portées par ces deux structures en charge du secteur, en lien avec l’Office de tourisme de Tours Métropole Val de Loire.

    Les services de la Ville pourront intervenir en appui à ces actions, et notamment la Direction des archives et du patrimoine, pour apporter son expertise technique.

  • 03- Quand est ce que le bassin extérieur de la piscine du lac sera ré-ouvert ? De nombreux bassins extérieurs ont déjà réouvert dans d'autres Communes ? (Conseil du 29/03/2021)

    Réponse d’Eric THOMAS, adjoint délégué aux sports

    Votre question porte sur la date de réouverture du bassin extérieur de la piscine du Lac.

    Je précise que cette piscine n’est pas gérée directement par la ville de Tours. En effet, le Centre Aquatique du Lac est un équipement communautaire dont la gestion est confiée à un délégataire privé. Pour toute information complémentaire , je vous propose de consulter le site suivant : www.centre-aquatique-du-lac.fr

    Cependant, pour répondre à votre interrogation, je vous précise que la réouverture de la piscine du Lac est prévue pour le 30 juin prochain (bassins intérieurs et extérieurs), selon les conditions sanitaires nationales.
    Contrairement à d’autres piscines de l’agglomération tourangelle, le Centre aquatique du Lac n’a, en effet, pas pu rouvrir son bassin extérieur pour raisons de travaux. Les bassins couverts étaient quant à eux, concernés par la fermeture imposée administrativement par la crise sanitaire.

    Ces travaux sont la conséquence d’une importante inondation survenue dans les sous-sols où se trouvent toutes les installations techniques indispensables au fonctionnement de la piscine.

    L’importance de ces réparations et leur délai de mise en œuvre - certaines pièces très spécialisées ont des délais de livraison de plusieurs semaines - contraignaient à une fermeture longue afin de pouvoir accueillir le public dans de bonnes conditions.

  • 04- Ou en sommes nous dans le planning de la réparation de la fontaine de Jacques de Beaune-Semblançay, promise par l'ancienne municipalité ? (Conseil du 19/05/2021)

    Réponse de Bertrand RENAUD, Adjoint au Maire délégué aux archives municipales et au patrimoine, Adjoint de quartier Tours Nord Ouest

    Votre question porte sur le projet de restauration de la fontaine de Beaune-Semblançay, située dans le jardin du même nom.

    Le projet de restauration de la fontaine a été instruit auprès de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) Centre Val de Loire, cette fontaine du début du XVIe étant classée monument historique.

    Au regard de son histoire particulière, car située dans l’espace public et ayant connu trois déplacements, cette fontaine est dans état de conservation très délicat.

    La Ville de Tours dispose d’un patrimoine historique important, nécessitant chaque année d’importants investissements pour l’entretien des différents monuments.

    Ainsi, la restauration de la fontaine est estimée à plus de 400 000 euros.
    Je précise que les priorités d’intervention et la nature des travaux sont définis en lien étroit entre la Ville et la DRAC Centre Val de Loire.

    Après échanges, il a été décidé d’un commun accord de ne pas inscrire la restauration de la fontaine au budget dès cette année. Le choix de l’opération de restauration la plus urgente s’est porté de manière concertée entre les deux institutions sur la crypte de l’église romane de l’ancienne abbaye de Marmoutier.

    Quant à la fontaine de Beaune-Semblancay, la première phase de l’opération consistera à son démontage, pour remisage dans un lieu de conservation, dans l’attente de l’inscription des crédits nécessaires à sa restauration au budget de la Ville.

  • 05- Je ne crois pas qu'un projet soit en cours. Mais la mairie envisagerait elle la construction d'un complexe sportif voir d'un zénith digne de ce nom pour le club de Basket monté en ProB cette année ? (Conseil du 28/09/2021)

    Réponse d’Eric Thomas, adjoint au Maire délégué aux sports

    Vous souhaitez savoir si la Ville de Tours envisage la construction d’un grand complexe sportif pour accueillir le Tours Métropole Basket qui évolue désormais en Pro B.

    Je tiens à préciser que notre collectivité apporte chaque année un soutien important aux clubs sportifs, professionnels et amateurs, via des subventions et via l’entretien, la rénovation ou l’agrandissement des nombreuses infrastructures sportives gérées par la Ville. Comme vous le savez sans doute, beaucoup de ces équipements sont vieillissants et nécessitent d’importants investissements pour être modernisés et permettre aux usagers une pratique sportive dans de bonnes conditions.

    Nous avons la chance d’accueillir en Touraine plusieurs clubs professionnels dont les bons résultats contribuent à la mise en valeur et l’attractivité de notre ville et plus largement de l’agglomération et du département.

    Ainsi, l’action de la Ville en direction des clubs sportifs doit s’articuler avec celle de la Métropole et des autres collectivités locales (région, département) susceptibles d’intervenir aux côtés du monde sportif tourangeau.

    La réflexion autour de la construction d’une nouvelle salle pour le Tours Métropole Basket – voire d’autres clubs de haut niveau - relève donc logiquement d’une échelle supra-communale et elle doit d’abord être portée par Tours Métropole Val de Loire et en partenariat avec les autres partenaires institutionnels mentionnés.

    Cette réflexion doit prendre en compte les équipements déjà présents sur le territoire, les besoins des clubs de l’agglomération tourangelle, mais également les autres usages possibles. C’est le sens des échanges que nous menons avec le président de la Métropole.

  • 06- Ne faisant déjà pas partie de la vitrine perpétuelle des sports TOURANGEAUX, comptez vous contacter tous les Présidents de Clubs amateurs ? (Conseil du 28/09/2021)

    Pour faire le points du nombre d'adhérents finaux pour la saison, puis en fonction les aider financièrement pour arriver à combler leur budgets en matière de masse salariale ?

    Les Clubs amateurs de sport font leur rentrée après deux années de crise sanitaire. Il apparait qu 'une incertitude existe quant au nombre de licenciés inscrits pour la saison 2021/2022. Si les Clubs ne font pas le plein d'adhérents ou à défaut, le minimum requis pour assurer la masse salariale nécessaire au fonctionnement en place, les Clubs devront réfléchir à d'éventuelles licenciements d'entraineurs ce qui provoquera de facto la chute du Club. Nombreux sont les Clubs amateurs dont une partie des sportifs sont sur le circuit "FRANCE". Si nous rajoutons les bons résultats aux JO des sports Collectifs, les clubs amateurs de sports individuels subissent éventuellement cette double punition en matière de recherche d'adhérents.

    Je tiens à re préciser que les Clubs amateurs, contrairement aux pro, comptent majoritairement des sportifs tourangeaux, non payés, qui vont à l'école tout en représentant la ville de Tours pour les nationaux sur les circuits du Championnat de France.

    Merci pour votre réponse, claire, précise pour tous les Club amateurs de Tours et particulièrement les sports individuels.


    Réponse d’Eric Thomas, adjoint au Maire délégué aux sports

    Vous m’interrogez sur les mesures que compte mettre en œuvre la ville en soutien aux clubs sportifs impactés par la crise sanitaire.

    Vous évoquez plus particulièrement la situation de certains clubs amateurs qui auraient vu leurs effectifs baisser en conséquence des restrictions liées au covid-19.

    Depuis le début du mandat, nous portons une attention particulière au contexte sanitaire en constante évolution, afin d’anticiper et de préparer les conditions de reprise des activités sportives. En tant qu’adjoint aux sports, je suis en contact régulier avec les dirigeants associatifs pour échanger sur la situation de chaque club et les difficultés éventuelles qu’ils peuvent rencontrer. A ce sujet, mon inquiétude et celle des dirigeants concerne le retour tardif mais essentiel des bénévoles dans les clubs.

    La Ville apporte chaque année un soutien important au monde associatif sportif, via des subventions dédiées aux projets et au fonctionnement des clubs, et aux manifestions sportives, d’un montant de près de 2M€. Elle y contribue également par la mise à disposition de créneaux dédiés aux clubs dans les équipements sportifs de la Ville. Notre équipe municipale a récemment décidé de rendre gratuits les créneaux dans les gymnases et infrastructures sportives pour tous les clubs amateurs, depuis le 1er septembre 2021, ce qui n'était pas le cas jusqu'à maintenant. Très attendu, ce soutien a été très apprécié.

    La campagne de subventions 2022 est actuellement en cours. Les dossiers déposés via le portail en ligne dédié sont en cours d’instruction par la direction des sports. Le montant et le versement de subventions sera soumis au conseil municipal en fonction des projets et des activités proposées.

    L’action de la Ville en direction des clubs sportifs doit par ailleurs s’articuler avec celle de la Métropole et des autres collectivités locales (région, département) susceptibles d’intervenir aux côtés du monde sportif tourangeau. Par exemple, la Région Centre Val de Loire fait d'importants efforts pour l'emploi associatif, avec le dispositif "Cap Asso".

    En résumé, lors du processus d’attribution des subventions 2022, je serai particulièrement vigilant aux impacts de la crise covid sur les clubs tourangeaux. Dans ce cadre, la Direction des sports et moi-même restons disponibles pour programmer des rendez-vous pour préciser ou ajuster le soutien ou le partenariat à mettre en place avec chaque structure.

  • 07- Serait-il possible d'installer un ou deux terrain de tennis en libre accès (comme à La Riche) sur l'île Balzac ? Les riverains et les écoles du quartiers pourraient en profiter ? (Conseil du 06/12/2021)

    Réponse d’Eric Thomas, Adjoint au Maire délégué aux Sports

    Vous proposez que la Ville étudie l’installation de terrains de tennis en accès libre sur l’Ile Balzac.

    L’ile est aujourd’hui un lieu de détente et de nature pour les Tourangelles et Tourangeaux, avec un parc de plus de 24 hectares, des jeux pour enfants et une plaine permettant de pratiquer plusieurs activités sportives.

    La ville dispose de 41 terrains répartis sur 3 sites, tous gérés par un club. La Direction des sports travaille actuellement à l’élaboration d’un plan pluriannuel d’entretien et de rénovation de ces terrains, à raison de 2 à 3 terrains par an.

    Concernant l’installation d’un terrain en libre accès, nous avons pris des renseignements auprès d’autres villes disposant de tels équipements.

    Ceux-ci nécessitent notamment une gestion particulière (gestion des contrôles d’accès, gestion des réservations…) et ils peuvent être difficiles à maintenir en bon état dans le temps.

    Si aujourd’hui il n’y a pas de projet prévu pour élargir l’offre de loisirs de l’Ile Balzac par des terrains de tennis, vous avez toutefois la possibilité de soumettre votre proposition dans le cadre du budget participatif.

    Une plateforme dédiée a été mise en place pour le dépôt des projets des Tourangelles et Tourangeaux : https://decidonsensemble.tours.fr/processes/budget-participatif-2022 Vous pouvez transmettre vos idées jusqu’au 8 avril prochain.

    Pour permettre aux habitants d’affiner leur projet avec l’aide des services municipaux un « Forum des projets du budget participatif » sera organisé le 22 mars à 18h à l’Hôtel de Ville.

    Les projets proposés seront ensuite soumis au vote des habitantes et habitants de Tours du 21 septembre au 18 octobre 2022.

Démocratie, transparence de l’action publique, services publics numériques

    Conseil - Démocratie, transparence de l’action publique, services publics numériques

  • 01- Quand pourrons-nous disposer de la 5G à Tours ? (Conseil du 16/12/20)

    Réponse d’Antoine Martin, Adjoint au Maire délégué à la Transparence et l'amélioration de l’action publique, aux données ouvertes, aux systèmes d'information et aux services publics numériques

    La ville de Tours a voté un vœu de moratoire du déploiement de la 5G jusqu'à la publication du rapport de l'Anses prévu pour le premier semestre 2021.

    D'ici là, certains opérateurs pourraient déployer une forme particulière de 5G dite "5G DSS" sur le territoire de notre commune, qui ne correspond pas à une 5G utilisant les fréquences de 3,5GHz (la 5G classique), mais exploitant les bandes de fréquences de la 4G.

    La ville de Tours étudie à l'heure actuelle tous les moyens possibles pour permettre la mise en oeuvre de ce moratoire sur cette technologie (et plus particulièrement la 5G à 3,5 GHz), ainsi que l'organisation d'un débat sur l'impact environnemental et sanitaire de cette technologie.

  • 02- Est-il possible d’augmenter le nombre des heures hebdomadaires d’utilisation des Espaces Publics Numériques ? (Conseil du 16/12/20)

    >> La ville de Tours met à la disposition de ses citoyens huit Espaces Publics Numériques qui permettent d’accéder gratuitement à Internet 2 heures par semaine afin de réaliser des démarches administratives. Cette possibilité est intéressante, de nombreux habitants consultent Internet avec leur téléphone mobile et n’ont pas d’ordinateur à domicile ou souvent un ordinateur devenu obsolète qu’ils n’ont pas toujours les moyens d’entretenir. Cependant la consultation sur son téléphone ne permet pas une consultation et utilisation facile d’un très grand nombre de sites Internet.
    N’est-il pas possible pour les chercheurs d’emploi qui consultent les annonces tous les jours d’augmenter la durée hebdomadaire d’utilisation ? Et même pour tous les utilisateurs, car de plus en plus de démarches doivent être réalisées par Internet comme par exemple celle pour obtenir la carte grise de sa voiture.


    Réponse d’Antoine Martin, Adjoint au Maire délégué à la Transparence et l'amélioration de l’action publique, aux données ouvertes, aux systèmes d'information et aux services publics numériques

    Nous avons bien pris en compte notre demande. Il est tout à fait possible de choisir un autre système de durées maximales d’utilisation des EPN pour les usagers. Il avait été choisi jusqu’ici par les mandats précédents de créer une limite de deux heures d’utilisation à l’EPN Courteline (et des créneaux renouvelables de 30 minutes dans les autres EPN) de manière à favoriser une « rotation » de leur utilisation. Il pourrait cependant être tout à fait possible de revenir sur cette durée, en fonction des besoins des utilisateurs, et notamment sur présentation de la carte de demandeur d’emploi.

    Nous étudierons la possibilité de faire évoluer ces dispositifs dès début janvier 2021 avec les services concernés. Nous vous tiendrons au courant le cas échéant.

  • 03- Dans un souci de transparence et de démocratie, pourriez-vous s'il vous plaît mettre en ligne les demandes de permis de construire et d'autorisation de travaux ? ( Conseil du 15/02/2021)

    En effet, l'affichage derrière la vitre rue des Minimes est peu lisible.

    Réponse d’ Antoine Martin, adjoint au maire délégué à la transparence et à l'amélioration de l'action publique, Données Ouvertes, et Services Publics Numériques


    Pour vous répondre, la ville de Tours est actuellement en cours de réflexion sur la publication en ligne d'un certain nombre de procédures et de données produites par les services (c'est la démarche d'Open Data, "ouverture des données" en français).

    A l'heure actuelle, il est vrai, il n'est pas possible de consulter les permis de construire ainsi que l'instruction des dépôts préalables sur le site internet. Nous sommes en cours de finalisation de la mise en ligne de ces dépôts sur le portail d'Open Data de la ville (vous pourrez trouver tout un ensemble de données de la ville ici : https://data.tours-metropole.fr/pages/home/), puis mettre en lien ces données directement sur le site de la ville.

    Il faut compter encore quelques semaines de patience pour que la procédure de publication de données hebdomadaires soit bien calée, mais cela ne devrait plus être très long.

  • 04- À ce jour, quelle somme est disponible pour les Ateliers thématiques d Embellissement de la ville des Conseils de quartier ? (Conseil du 19/05/2021)

    Annaelle Schaller, Adjointe au Maire déléguée à la démocratie permanente, à la vie associative, à la citoyenneté, au conseil municipal des jeunes et aux élections

    Votre question concerne les moyens mis à disposition des conseils de quartiers pour la réalisation des projets des habitants.

    Les conseils de quartier disposent d’une enveloppe budgétaire d’investissement de 180 000 € à engager sur une période de 3 ans (2021, 2022 et 2023). En moyenne, chaque conseil de quartier peut donc utiliser un budget de 22 500 € sur les trois années. Les ateliers thématiques élaborent des propositions budgétaires et les transmettent aux coprésidents, afin qu’elles puissent être soumises au vote du conseil de quartier lors d’une assemblée générale.

    Certains conseils ont déjà fait voter les premiers projets, d’autres le feront très probablement à la rentrée.

  • 05- Quels sont, au 1er septembre 2021, les mandats et les fonctions que vous occupez au sein des conseils municipal, métropolitain, départemental ou régional, dans les organismes dits satellites des collectivités territoriales... (Conseil du 28/09/2021)

    ...(sociétés HLM, sociétés anonymes d’économie mixte, sociétés d’économie mixte, syndicats mixtes, etc) et, éventuellement, dans des associations remplissant des missions d’intérêt général ?

    Réponse d’Antoine Martin, Adjoint au Maire délégué à la Transparence et l'amélioration de l’action publique, aux données ouvertes, aux systèmes d'information et aux services publics numériques

    Vous nous interrogez sur les mandats et fonctions occupés par les conseillers municipaux dans les organismes extérieurs.
    Les élus municipaux sont désignés dans différentes instances selon plusieurs modalités :

    - Par délibération, pour représenter la Ville,
    - Par arrêté, pour représenter le Maire.

    Leur représentation peut également découler de différentes échéances électorales (élections des membres du conseil métropolitain, départemental ou régional par exemple) ou être prévue par les statuts de l’organisme.

    Ainsi, 6 conseillers municipaux occupent un mandat dans une autre collectivité territoriale:

    - Conseil départemental 37 : Barbara Darnet-Malaquin, Franck Gagnaire, Olivier Lebreton,
    - Conseil régional Centre Val de Loire : Jean-Patrick Gille, Betsabée Haas, Cathy Münsch-Masset.

    La liste des conseillers municipaux étant également élus au conseil métropolitain est longue (39 élus sont concernés), vous pourrez trouver la liste exhaustive ici.

    Les désignations peuvent être facultatives, en cas d’adhésion à des associations, ou obligatoires, par exemple au sein du CCAS ou d’une société dont la Ville est actionnaire.

    En fonction des statuts et du mandat confié aux élus, ils peuvent ainsi être simple membre d’une assemblée générale, administrateur au sein d’un Conseil d’administration, Président ou Vice-Président d’un organisme.

    Ces mandats n’empêchent pas la possibilité pour un élu de s’engager, à titre personnel, dans une entité : adhérent d’un club de sport, à un réseau professionnel par exemple.

    Toutes ces possibilités pour les élus locaux d’occuper une fonction dans différents organismes doivent être conciliées avec l’obligation de prévention des conflits d’intérêt, posée par la loi du 11 octobre 2013 et le code pénal en son article 432-12.

    Pour identifier l’ensemble des désignations, et prévenir d’éventuelles situations de conflit d’intérêt dû à l’exercice d’une fonction dans un autre organisme, les services tiennent à jour un fichier des représentations au titre de la Ville.

    La liste détaillée des représentations étant très longue (plus de 500 mandats de représentation, tous étant bénévoles), vous trouverez sous un mois le détail intégral publié sur le portail d’Open Data de la ville.

    Vous y trouverez notamment des infographies détaillant la participation des élus au sein des organismes extérieurs, ainsi que l’ensemble des représentations confiées au titre de leur mandat de conseiller municipal.

    Ainsi, chaque citoyen pourra aller prendre connaissance des désignations des élus au sein de diverses structures pour représenter la Ville de Tours et ainsi connaître leurs différents mandats et fonctions.

  • 06- Serait-il possible d’installer de nouveaux panneaux d’expression libre notamment à Tours-Nord ? En effet selon les informations transmises par le service Circulation & Voirie ce secteur en est privé. (Conseil du 28/09/2021)

    Vous nous interrogez sur l’installation de nouveaux panneaux d’expression libre à Tours.

    L’installation de ces panneaux relève du service Circulation Voirie. De nouveaux panneaux sont actuellement en cours de déploiement, sur tout le territoire de la ville.

    Au total, 20 nouveaux panneaux seront installés, dont huit qui sont déjà implantés.

    Une cartographie précise des implantations sera disponible sur le site de la ville au cours du premier trimestre 2022.

    Je précise également qu’il existe dans les différents secteurs de la ville des panneaux d’information de quartier (vitrines fermées à clé) qui sont généralement utilisés par les conseils et comités de quartier.

  • 07- Je suis résidente du quartier de la place du Grand-Marché, où nous rencontrons d’énormes problèmes de circulation. Dans le cadre de la rénovation de la place, la concertation a été des plus minimes. (Conseil du 31/01/2022)

    Nous avons été invités à une seule réunion (…) Il en est ressorti que les habitants n’étaient pas d’accord avec le projet. Malgré tout, les travaux vont se réaliser, avec toutes les nuisances que cela entraîne (…) Quand la circulation est interdite, nous n’avons aucune communication de la part de la Mairie (…) Une seule réunion ne constitue pas une concertation.

    Annaelle Schaller, maire adjointe déléguée à la démocratie permanente :

    Nous sommes bien conscients des désagréments entraînés par ces travaux. Concernant la mobilité des riverains, la porte d’entrée pour les véhicules se situe actuellement rue de Châteauneuf : un panneau sous le sens interdit précise « Sauf riverains et livraison ». Les panneaux de déviation pour aller vers les quais vont être posés prochainement. Enfin, nous étudions la possibilité de mettre provisoirement la rue Bretonneau à double sens.
    Concernant la co-construction, nous avons invité les riverains, usagers, commerçants, membres du conseil de quartier et associations à participer à la réflexion (…)

    Trois ateliers de travail ont été organisés. Nous nous sommes appuyés sur les propositions des participants pour l’arbitrage final. La rénovation de la place va répondre à bon nombre d’attentes exprimées, comme la déambulation piétonne agréable et sécurisée (…) Votre témoignage montre que notre démarche de co-construction est encore perfectible. Nous allons l’évaluer afin d’améliorer les projets à venir.

    Sur le court terme, un créneau est réservé aux habitants, tous les mercredis de 9 h à 9 h 30, lors de la réunion de chantier passage du Pèlerin. Toutes les informations sont en ligne sur les sites de la Ville et de la Métropole. Enfin, Armelle Gallot Lavallée, maire adjointe déléguée aux transitions des mobilités, viendra à votre rencontre.

Économie, commerce, marché, grandes manifestations

    Conseil - Économie - commerce - marché - grande manifestation

  • 01- Quelle est votre stratégie concernant les commerces de centre ville qui souffrent d’un gros manque d’accessibilité à leur commerce : pont wilson fermé, parkings chers et limités... et j’en passe ? (Conseil du 15/02/21)

    Les centres commerciaux en périphérie de Tours, quant à eux, sont ravis de cette situation. Hélas, le centre ville se meure doucement.

    Réponse d’Iman Manzari, Adjoint au Maire délégué au Commerce, artisanat, congrès, foires et marchés, manifestations commerciales et matériel et fêtes

    Votre question porte sur la stratégie commerciale de la municipalité et la question de l’accessibilité du centre-ville.

    La Ville de Tours est reconnue pour son dynamisme commercial et notre action vise à conforter et développer cette dynamique.

    La stratégie commerciale que nous portons s'inscrit dans la perspective plus globale du projet municipal. Ainsi, elle doit s’articuler avec des orientations telles que la transition des mobilités, l'adaptation de la logistique urbaine et le développement d'une ville apaisée.

    Les données relatives à la piétonisation du pont Wilson permettent d'affirmer qu'il n'y a pas moins de voitures en ville qu'auparavant. Cette mesure ne nuit donc pas à l'attractivité commerciale et elle permet de mieux partager les espaces publics entre automobilistes et cyclistes.

    Sur ce sujet comme sur d’autres, la Ville a mis en place des temps de concertation avec les commerçants et les associations qui les représentent. Ainsi, les résultats des comptages réalisés sur le pont Wilson leur ont été présentés ainsi qu’aux associations de cyclistes et de transports en commun. Ces discussions nous ont permis d’identifier des points d’amélioration (stationnement des vélos en centre-ville, les mesures spécifiques qui seront mises en place pendant les travaux sur le pont Napoléon cet été… ) mais ces acteurs n’ont pas remis en cause la piétonisation du pont Wilson.

    Au cours du mandat, des travaux restent à mener sur la question du stationnement en surface et en ouvrage. La rotation sur les places en surface est suffisante pour accueillir les personnes se déplaçant en voiture en centre-ville. Les capacités de stationnement en ouvrage sont quant à elles souvent sous-utilisées. En complément, les parcs-relais constituent aussi une solution de rabattement sur la ligne de tramway.

    Afin de faciliter la venue des clients en centre-ville, la Ville avait versé, en décembre, une subvention de 10 000€ aux commerçants via l'association des Vitrines de Tours, pour offrir aux clients tickets de parking et des tickets de bus et de tram. Nous apportons également notre soutien aux animations commerciales organisées en lien avec la collectivité et qui concourent à l’attractivité du centre-ville.

    Enfin, depuis le début du mandat, nous avons mis en place différentes mesures et réflexions qui sont venues accompagner les commerçants pendant la crise sanitaire, et nous proposerons d’autres actions pour les soutenir.

  • 02- Serait-il possible de prévoir des marchés en fin d’après-midi pour permettre aux personnes moins matinales que d’autres ou à tendance vadrouilleuse le week-end de profiter des produits locaux ? (Conseil du 19/05/2021)

    Réponse d’ Iman Manzari, Adjoint au Maire délégué au Commerce, artisanat, congrès, foires et marchés, manifestations commerciales et matériel et fêtes

    Votre question porte sur les horaires des marchés de la Ville de Tours. Vous proposez notamment de tenir des marchés en fin d’après-midi, plutôt que le matin. Je précise que les créations de marchés et leurs horaires se décident en lien avec les représentants des commerçants et des exposants.

    La Ville de Tours dispose aujourd’hui d’une offre importante de marchés. Répartis sur l’ensemble de la commune, ils se tiennent tous les jours de la semaine, sauf les lundis. Le marché associatif de Montjoyeux, le marché aux fleurs et le marché gourmand de la place Châteauneuf proposent déjà une amplitude horaire plus importante et sont ouverts jusqu’à 19h, voire 20h30 pour le marché gourmand.

    L’implantation de nouveaux marchés, ou à des horaires décalés, peut être étudiée à la demande des habitants, mais elle doit se faire en concertation avec l’ensemble des parties prenantes et correspondre à un besoin avéré.
    Ainsi, un marché hebdomadaire a pu être installé l’année dernière dans le quartier Monconseil, qui en était dépourvu jusque-là.

  • 03- Je voudrais savoir quel est l'objectif de toutes ces autorisations place Thiers pour des kebabs. (Conseil du 28/09/2021)

    Il y en a maintenant (en comptant l'entrée du bvd Thiers, de la rue Febvotte, de l'avenue de Grammont et de l'avenue du général de Gaulle), 8 + 1 nouveau uniquement burgers! Sur un si petit périmètre ! Serait il possible de repenser les commerces dans ce quartier ?

    Réponse d’Iman Manzari, adjoint au Maire délégué au Commerce, artisanat, congrès, foires et marchés, manifestations commerciales et matériel et fêtes

    Vous m’interrogez sur l’installation de nouveaux enseignes de restauration rapide autour de la place de la Liberté (place Thiers).

    Je précise que la Ville n’est pas propriétaire des commerces situés dans ce secteur. Elle ne dispose donc que de marges de manœuvre limitées pour tenter une régulation de la situation précise que vous décrivez.

    Pour autant, diversifier le tissu commercial et revitaliser l’offre de proximité dans la ville est une priorité de notre politique en matière de commerce. Nous travaillons actuellement sur plusieurs orientations visant à mieux maitriser l’installation de nouveaux commerces et enseignes dans les quartiers de Tours. Disposer d’une offre commerciale suffisante et diversifiée permet en effet d’améliorer l’accès des Tourangelles et Tourangelles à des commerces de proximité, mais également de dynamiser la vie de quartier et favoriser le lien social.

    Ainsi, un travail est mené depuis quelques mois avec les bailleurs partenaires de la Ville (Ligéris, Tours Habitat …) pour permettre une concertation sur les nouvelles installations dans les surfaces commerciales dont ils sont propriétaires. Désormais la Ville sera consultée avant toute nouvelle implantation d’un commerce dans un de ces locaux.
    La Ville est partie prenante, avec d’autres partenaires, d’une étude en cours en vue de la création d’un foncière de commerce. A terme, la création d’un tel outil permettra à la collectivité de gérer de bout en bout l’implantation de commerces dans des locaux préalablement acquis par la foncière.

    Enfin, nous étudions la possibilité de mettre en place un droit de préemption commercial dans l’intérêt de maintenir une diversité commerciale sur la commune et dans les quartiers et éviter la multiplication d’une même activité (par exemple de restauration rapide comme vous l’avez indiqué) sur un même secteur.

  • 04- Je vous écris pour une question qui me trotte dans la tête depuis plus d'une décennie, celle de savoir pourquoi il n'y a pas un seul casino dans une ville aussi prestigieuse comme Tours.

    Réponse d’Iman Manzari, Adjoint au Maire délégué au commerce, artisanat, congrès, foires et marchés, manifestations commerciales et matériel et fêtes

    Vous vous interrogez sur l’absence d’un casino au sein de notre Ville, alors que la Touraine accueille de nombreux visiteurs chaque année.

    Bien qu'ayant évolué à plusieurs reprises depuis le début du 20e siècle, le marché des casinos reste strictement réglementé en France. Les autorisations d'exploitation sont accordées par le Ministère de l'Intérieur, selon des critères précis: réservées dans un premier temps aux stations balnéaires, thermales et climatiques, plusieurs villes ont par la suite été autorisées par la loi à ouvrir un casino.

    Cette autorisation n'est toutefois accordée qu'à la principale ville touristique des agglomérations de plus de 500 000 habitants disposant d'une scène artistique.

    Comme Tours ne remplit pas ces critères, il n'est donc pas possible d'accueillir un tel équipement sur notre territoire.

Education, petite enfance, jeunesse

    Conseil - Education, petite enfance, jeunesse

  • 01- Pourquoi le CLSH ( Centre de Loisirs sans hébergement ) Pasteur qui dépend de l'association Courteline est laissé à l'abandon ? (Conseil du 16/12/20)

    >> Ce lieu , ex collège Pasteur, accueille nos enfants tous les mercredis et pendant les vacances scolaires, ces enfants sont les tourangeaux d'aujourd'hui et de demain. Nos enfants sont accueillis dans des préfabriqués , il n'y a aucun éclairage dans les parties extérieures. Depuis le passage à l'heure d'hiver, l'obscurité est de mise et vous ne pouvez accéder aux salles d'accueil que sur un chemin approximatif. De plus, est-il normal que les enfants de primaire accueillis dans ce lieu doivent traverser une cour d'école (de collège) pour accéder aux toilettes ?
    Comme souvent le provisoire dure, comme souvent des projets ont été initiés et plus rien, comme jamais je pose la question : jusqu'à quand cette situation peut-elle rester dans l'oubli ?
    Un passage après 18h, permet de se rendre compte de la situation. Au Sanitas, on détruit pour mieux reconstruire, très bien ! on bouge les lignes, Parfait !
    La maison de la Réussite est voisine très bien mais que fait- on pour l'accueil de ces enfants du Sanitas et d’ailleurs. Ce temps de Loisirs est encadré par des professionnels que je salue ici. Ces derniers font le maximum pour les enfants dans des locaux qui ne les font pas rêver les enfants !


    Réponse de Franck Gagnaire, Adjoint délégué à l'Éducation, à la jeunesse, aux familles, à la petite enfance et à la vie étudiante


    Votre question portait sur l’ALSH (Accueil de Loisirs sans Hébergement) Pasteur et notamment sur la configuration et l’état des locaux.

    La rénovation de l’ALSH fait bien partie des projets de l’équipe municipale. Le programme de renouvellement urbain prévoit ainsi sa rénovation complète à échéance 2024. Le nouvel équipement comprendra des locaux restructurés et des locaux neufs, avec des sanitaires intégrés ainsi qu’une salle polyvalente qui pourra servir à des usages familiaux ou associatifs, hors temps d’accueil extrascolaire. Les espaces extérieurs seront également aménagés, avec des surfaces de jeux, des surfaces végétalisées et un éclairage permettant la sécurisation des usagers.

    Dans l’attente de cette réalisation, des travaux d’entretien des bâtiments sont menés pour maintenir les locaux en état.

  • 02- Pourquoi depuis toutes ces années rien n'a été mis en place pour aider les mamans isolés à faciliter leur vie professionnelle comme les modes de garde par exemple ? (Conseil du 16/12/20)

    >> Pourquoi la société pousse ces femmes à renoncer à leur vie professionnelle faute de place en crèche car sans contrat pas de place...., sans aide pour un mode de garde en dehors des ouvertures d'établissement. Rien n'est fait pour valoriser ces femmes, pour leurs donner un peu de facilité car oui se sont des êtres humains. Je vous en remercie.

    Réponse de Franck Gagnaire, adjoint au Maire délégué à l'Éducation, à la jeunesse, aux familles, à la petite enfance et à la vie étudiante

    Votre question porte sur les modes d’accueil d’enfants proposés par notre collectivité afin de faciliter la reprise professionnelle pour les parents isolés.

    Il existe plusieurs dispositifs à Tours qui peuvent répondre aux besoins que vous évoquez. Je précise que les critères d’attribution des places dans les structures d’accueil publiques permettent également de tenir compte des situations des familles monoparentales.

    Une place de crèche peut p.ex. être proposée en urgence pour les reprises de travail. Il s’agit alors d’un contrat de 3 mois qui s’adresse aux parents ayant entamé des démarches de recherche de mode d’accueil.

    Les relais d’assistantes maternelles (RAM) peuvent également conseiller les parents et les orienter vers une assistante maternelle libérale exerçant sur Tours quand il n’y a pas immédiatement de place disponible en crèche collective.

  • 03- Y a t il un projet au sujet de la cuisine centrale? Produits locaux et frais? Avez vous gouté les repas des enfants le midi? Merci de votre attention (Conseil du 15/02/2021)

    Réponse d’ Alice Wanneroy, Adjointe au Maire déléguée à la transition agro-écologique, à l'alimentation, à l'agriculture urbaine, aux marchés de proximité, à la restauration collective, à la Cité de la gastronomie et au tourisme durable

    Votre question porte sur le projet de la municipalité pour la future cuisine centrale.
    L’alimentation constitue une de nos priorités et la définition d’une stratégie alimentaire ambitieuse est au cœur de notre action. Cette stratégie s’articule autour de trois axes : la transition vers une alimentation décarbonée, l’éducation au goût et la gastronomie pour tous ; et l’inclusion alimentaire.

    La restauration scolaire des 8400 écoliers tourangeaux est un levier important pour éduquer les plus jeunes à une alimentation de saison, locale et respectueuse de l’environnement. Pour impulser cette politique alimentaire, notre cuisine centrale, gérée en régie par la municipalité, est un outil essentiel, mais qui date de 1976 et qui a besoin d’être rénové.

    En 2018, la précédente majorité avait décidé de préparer la mise en place d’une cuisine commune avec le Centre hospitalier régional universitaire (CHRU) qui aurait produit jusqu’à 20 000 repas par jour.

    Après étude et réflexion, nous avons décidé de ne pas donner suite à ce projet, considérant qu’il rendrait trop complexe l’atteinte de nos objectifs : soutenir une alimentation locale, biologique et de qualité, en lien avec le projet alimentaire territorial, travailler à l’éducation alimentaire, et réduire l’impact de l’alimentation sur l’environnement (gestion des biodéchets, réduction du gaspillage alimentaire…). Nous travaillons également à une diversification des repas proposés aux enfants, avec par exemple des options végétariennes.

    Pour mieux remplir ces objectifs, la Ville de Tours va construire une cuisine centrale en liaison froide à Tours nord sur un site appartenant à la Ville. Cet investissement doit permettre à la Ville de disposer d’un bâtiment optimisé et innovant afin de produire une alimentation de qualité sur le plan gustatif et environnemental.
    Afin d’associer l’ensemble des parties prenantes, un comité de suivi de la politique alimentaire composé de parents d’élèves, d’associations et d’agent.e.s de la Ville se réunira plusieurs fois par an pour accompagner la mise en place du projet. Nous accorderons également une place importante au comité de restauration scolaire (ex-commission restauration) qui est composé de parents d’élèves volontaires, d’élu.e.s et des services de la Ville. Il a justement pour mission de suivre la qualité des repas.
    Je vous précise d’ailleurs que le restaurant municipal, qui sert les agents et les élu.e.s, est fourni par la cuisine centrale et que nous consommons donc régulièrement les mêmes plats que les enfants.

  • 04- Ma question concerne les inscriptions au centre de loisir pour les mercredis de l’année scolaire 2021 2022. (Conseil du 05/07/2021)

    Les inscriptions au centre Mirabeau (opérateur Liveli) avait lieu ce samedi 12 juin à partir de 10heures. Il y a environ 80 places pour les maternelles et autant pour les primaires. Je suis arrivée à 8h et était déjà 55e ! Est-il normal d’avoir des conditions d’inscription digne d’une réservation de place de concert de U2 ???? La politique jeunesse devrait à mon sens redevenir une priorité. Je sais que des places sont plus facilement disponibles à la Charpraie mais si les gens ne s’y inscrivent pas spontanément, il faudrait peut-être en chercher la cause... A priori pour avoir une place au centre aéré le plus proche de chez soi, il faut faire partie de "La France qui se lève tot" ????????

    Réponse de Franck Gagnaire, Adjoint au Maire délégué à l'Éducation, à la jeunesse, aux familles, à la petite enfance et à la vie étudiante

    Votre question porte sur les modalités d’inscription aux centres de loisirs de la Ville.

    Comme vous l’indiquez dans votre message, les inscriptions pour l’ASLH Mirabeau ont débuté le samedi 12 juin, soit en week-end pour faciliter la venue des familles. Les places disponibles ont effectivement été réservées très rapidement, avec la constitution d’une liste d’attente. Cet accueil de loisirs est souvent le plus plébiscité par les parents.

    En lien avec l’opérateur, nous avons pu accroître sa capacité en la portant à 176 places, dont 80 pour les -6 ans et 96 pour les +6 ans, mais elle ne pourra augmenter davantage afin de pouvoir garantir de bonnes conditions de prise en charge des enfants.

    La période de rentrée scolaire peut être mouvante au niveau des organisations familiales et certaines inscriptions ne sont pas maintenues ou utilisées, permettant aux familles inscrites sur la liste d’attente de bénéficier d’une place.

    A l’échelle de la Ville, notre collectivité finance 12 accueils de loisirs sans hébergement, en conventionnant avec des opérateurs associatifs ou privés. Je précise que les capacités d’accueil ont été optimisées depuis la rentrée, portant le nombre de places disponibles à 1416 (+68). Il s’agit donc d’un axe majeur de la politique éducation-jeunesse.

    Vous évoquez l’ALSH de la Charpraie, situé à Chambray-lès-Tours mais géré par la Ville. Ce lieu permet de proposer 300 places supplémentaires pour des accueils à la journée les mercredis et pendant les vacances scolaires.

    Si le critère de la proximité est recherché par les familles, la Ville organise et prend en charge le transport des enfants par navette spéciale à partir de plusieurs sites d’accueil, dont l’école Anatole France.

    Bien que plus éloigné, la Charpraie permet aux enfants de profiter d’un accueil en pleine nature, avec des locaux adaptés et des intervenants placés directement sous la responsabilité de la Ville.

Environnement, biodiversité et nature en ville

    Conseil - environnement

  • 01- Quand va-t-on organiser le ramassage des déchets vert sur la ville de Tours ? Comment allez- vous organiser la collecte des sapins de noël en janvier ? (Conseil du 16/12/20)

    >> Malgré le bétonnage de la ville il reste beaucoup de jardins. Jusqu’à présent nous devions mettre les sapins avec les déchets alimentaires et donc pas de valorisation possible.


    Réponse de Betsabée Haas, adjointe déléguée à la biodiversité, à la nature en ville, à la gestion des risques et à la condition animale, et de Martin Cohen, conseiller municipal délégué à la transition énergétique, aux moyens généraux, aux achats, aux bâtiments communaux, aux infrastructures, à la voirie, aux réseaux, à la propreté urbaine, à l'économie circulaire et au PCAET


    D’une manière générale, tous les déchets verts des Parcs et Jardins sont valorisés sous forme de compostage ou de broyage, transformation prise en charge par le service de la collecte de Tours Métropole. Plus ponctuellement, les jardiniers de la Ville utilisent des petits broyeurs sur site pour pailler directement. Pour parler plus particulièrement de la valorisation des sapins, malheureusement le paillage en copeaux de sapins n’est pas idéal pour la plupart des massifs de la ville ni d’ailleurs pour les potagers des jardins familiaux car ils sont de nature trop acide. Au mieux, ce broyat peut être utilisé pour des plantations en terre de bruyère. Cette année nous avons introduit des arbres en pot dans les groupes de sapins dans les quartiers. Ces sapins seront replantés par des Tourangelles et Tourangeaux cet hiver au Bois des Hâtes où ils pourront grandir et être utilisés dans quelques années pour les futurs décors festifs de la ville.

    Concernant la collecte des sapins des habitants de la ville, il n’y a effectivement pas aujourd’hui de collecte de déchets végétaux en porte à porte sur Tours, contrairement aux autres communes de la Métropole.

    Pendant quelques années, de 2011 à 2016, des points d’apport des sapins sur des lieux municipaux avaient été prévus, dans le but de les broyer sur place. Ce dispositif a été supprimé en 2016 faute de sapins : trop de peu de sapins étaient finalement collectés sur ces lieux.

    Depuis cette date, et c’est valable aujourd’hui, les habitants de Tours ont deux possibilités :

    - Soit déposer leur sapin en déchetterie, avec une valorisation par la suite en compostage
    - Soit ils sont autorisés sur le mois de janvier à mettre leur sapin à côté de leur bac OMR pour être collecté en porte à porte, ce qui signifie qu’ils partiront en enfouissement, et j’en conviens nous ne pouvons clairement pas nous en satisfaire.

    Aussi nous pourrons étudier la remise en place de quelques points de collecte volontaires pour le prochain Noël, mais en intégrant le retour d’expériences des années 2011-2016 pour éviter qu’ils soient trop désertés.

    Pour revenir à la collecte globale des déchets végétaux en porte à porte, nous prévoyons à partir de printemps 2021 de faire un test, avec deux nouveaux secteurs à l’étude :

    - Sainte Radegonde (environ 1200 logements)
    - Beaujardin (800 logements)

    Cela se fera comme ailleurs sur les autres communes avec le même principe de substitution d’une collecte d’ordures ménagères par une collecte de déchets végétaux.
    Cela devrait permettre de collecter de l’ordre de 5 à 8 tonnes. Ces végétaux seront valorisés en compostage, plutôt que d’être envoyés à l’enfouissement comme c’est le cas aujourd’hui pour les sapins partant dans les poubelles d’ordures ménagères.
    Si le test sur ces deux secteurs est concluant, d’autres secteurs majoritairement pavillonnaires pourraient ensuite être ajoutés au dispositif. Mais cela aura un impact sur l’organisation du service collecte, nous attendrons donc pour cela l’étude d’optimisation de la collecte qui est en cours.

  • 02- Les poubelles ne sont pas tout le temps rentrées et je trouve que cela ne fait pas propre dans un quartier... (Conseil du 16/12/20)

    >> Actuellement résident square Prosper Mérimée, mon immeuble dispose encore de poubelles qu'une société sort 3 fois par semaine. Je constate que d'autres sociétés viennent faire la même chose dans les immeubles voisins. Les poubelles ne sont pas tout le temps rentrées et je trouve que cela ne fait pas propre dans un quartier qui voit pas mal de touristes passés, à la recherche du musée du compagnonnage. Ne serait-il pas judicieux de mettre des containers enterrés comme c'est déjà le cas dans le quartier (rue Colbert) ? Il y a largement la place près du container à verre qui lui aussi est non enterré, et fait vraiment sale. Cela éviterait aux camions poubelles des manœuvres périlleuses pour aller chercher les poubelles jusqu'au pied du nouvel hôtel, derrière le compagnonnage, tout cela en marche arrière avec le bip qui va bien très tôt le matin.
    Ces containers nous éviteraient des frais mais réduiraient aussi les déplacements des sociétés 3 fois par semaine dans une démarche plus écologique. En vous rendant sur place, vous pourrez constater des poubelles qui restent en permanence dehors, tout autour du square Prosper Mérimée. Est-ce qu'une telle mesure est à l'étude ou envisagée ?

    Réponse de Martin Cohen, Conseiller municipal délégué à la transition énergétique, aux moyens généraux, aux achats, aux bâtiments communaux, aux infrastructures, à la voirie, aux réseaux, à la propreté urbaine, à l'économie circulaire et au PCAET , 19ème Vice-Président de Tours Métropole Val de Loire, délégué à la Collecte et à la vie circulaire des déchets

    Votre question portait sur la collecte des déchets au niveau du square Prosper Mérimée. Vous demandiez s’il était possible de mettre en place des containers enterrés.
    L’installation de nouveaux containers enterrés, ou points d’apport volontaire enterrés, fait effectivement partie du panel de solutions que nous mettons en place pour améliorer la collecte des déchets.

    Ainsi l’installation d’un PAVE à proximité du square Prosper Mérimée sera étudiée en 2021 et pourra par la suite être intégrée dans le calendrier de déploiement.
    Ce plan respectera le double impératif de réduire les nuisances sonores et olfactives pour les habitants et de garantir la sécurité pour les agents en charge de la collecte.

  • 03- Pouvez -vous nous dire quand seront remplacés les arbres manquants de la place de la victoire ? Il y a un nouvel arbre qui est mort cet été , qu'il faut couper et remplacer . (Conseil du 16/12/20)

    Réponse de Betsabee Haas, Betsabée HAAS, Adjointe au Maire de Tours Quartier Tours Ouest, Déléguée à l’Environnement, à la biodiversité en ville, à la gestion des risques et à la préservation du patrimoine fluvial, des ressources aquifères et à la condition animale

    Votre question portait sur le remplacement des arbres place de la Victoire.

    Le sous-sol de la place de la Victoire est très argileux : l’eau a tendance à y stagner, créant des conditions d’hydromorphie importantes. Ce problème de saturation en eau rend difficile le maintien en bonne santé des marronniers.

    La Direction des parcs et jardins suit la situation de près et ses agents interviennent notamment pour couper un arbre de la place quand celui-ci pose des problèmes de sécurité (risque de chutes).

    Les difficultés liées au risque hydromorphique étant structurelles, nous allons être amenés à repenser la place de la Victoire. La question sera mise à l’étude cette année et pourra par la suite aboutir à un futur projet de revégétalisation de la place.

  • 04- Serait-il possible de demander aux commerçants de la ville d’éteindre la lumière lorsqu'ils ferment leur boutique ? (Conseil du 16/12/20)

    >> Comme vous le savez, nous sommes passés à l'heure d'hiver il y quelques semaines. Normalement, ce changement d'heure est fait pour faire des économies d’énergie. Pourtant, les vitrines des magasins sont allumées pendant toute la nuit alors que nous devons rester chez nous à le soir à cause du Covid !!

    Réponse d’Emmanuel Denis, Maire de Tours

    Votre question concerne les illuminations des vitrines des boutiques de Tours au-delà des horaires d’ouverture des magasins.

    Un décret de 2012, mis en application à partir de 2018, limite l'éclairage nocturne des publicités et enseignes lumineuses. Ainsi les enseignes lumineuses doivent être éteintes entre 1 heure et 6 heures du matin, et les vitrines entre 1 heure (ou 1 heure après la fermeture ou la fin d'occupation des locaux) et 7 heures du matin (ou 1 heure avant le début de l'activité si celle-ci s'exerce plus tôt). Ces mesures visent à réduire les consommations d'énergie et les nuisances lumineuses nocturnes.

    Afin de sensibiliser les commerçants de la Ville à ces enjeux importants, une information sur la réglementation est portée à leur connaissance, notamment par le biais du guide des commerçants, disponible sur le site internet de la Ville, et prochainement en version papier. La police municipale peut intervenir en cas de non-respect du règlement.

  • 05- Envisagez-vous de demander de nouveaux diagnostics et études sur les arbres du boulevard Béranger ? (Conseil du 16/12/20)

    >> Envisagez-vous de demander de nouveaux diagnostics et études sur les arbres du boulevard Béranger, autres que celui commandé par la Métropole en février 2018 dont le résultat alarmant sur les conséquences sanitaires des arbres n'avait pas été communiqué aux élus avant le vote sur le tracé définitif de la 2ème ligne de tramway en novembre 2018 ? Si oui, au cas où il serait confirmé que même la rangée interne de platanes côté nord serait impactée à plus ou moins brève échéance, que décideriez-vous ? Le tracé serait-il remis en cause pour sauvegarder le mail ?

    Réponse de Betsabee Haas, Adjointe déléguée à la biodiversité, à la nature en ville, à la gestion des risques et à la condition animale

    Votre question concernait le tracé du tramway et la préservation des arbres du Boulevard Béranger.

    Nous avons bien pris note de vos inquiétudes, et prenons toute la mesure de l’enjeu autour de cette portion du tracé du tramway. La première expertise à laquelle vous faites référence était exploratoire et portait sur un petit nombre d’arbres (5 sur les 112 arbres côté nord sur le Boulevard Béranger). Ces résultats partiels émettaient des réserves, mais sans fermer la porte au tracé validé à l’unanimité en 2018. En 2021, nous entrons dans une nouvelle phase d’études, sur un scénario arrêté en fonction des éléments connus à date et avec toutes les alertes et réserves connues. Une nouvelle expertise plus fine va être réalisée sur les arbres du boulevard Béranger, menées par le même cabinet d’études Adret, dont l’objectivité et la qualité sont reconnues par toutes les parties. Ces études viendront consolider les modalités de l’intervention, notamment sur le boulevard Béranger.

    Nous sommes, comme nous l’avons toujours dit, particulièrement attachés à la préservation de notre patrimoine végétal. L’inflexion du tracé au niveau de la place Jean Jaurès pour éviter la coupe des arbres sur le mail Heurteloup en est l’une des preuves. Nous resterons donc très vigilants tout au long du projet, en association avec les citoyens et citoyennes de la ville.

  • 06- Peut-on replanter les sapins de noël dans les lieux publics ? (Conseil du 16/12/2020)

    >> Depuis 3 ans je suis souvent dérangé par ces arbres coupés pour noël abandonnés sur le trottoir. C'est dommage car si l'implication des familles serait de continuer acheter des arbres avec racine, des sapins de meilleure qualité à condition de les replanter et placer une petite plaque avec des vœux et les noms dans des lieux publics, parcelles de facilité terrains dans chaque quartier. De les replanter dans des lieux est un très beau geste aussi bien pour créer une journée de replanter et d’en faire une fête familiale et vente de vin chaud…etc... Constructions de cabanes en bois. Cela serait une façon représenter une nouvelle année et deviendra un lieu de promenades. Et une fois la maturité de l'arbre sera un capital qui va croître tous les ans est les enfants en récolteront les fruits en revendant 20 ans ou plus selon le type. Oui noël avec sapins avec racine symbolique familiale pour rapprocher les gens...

    Réponse de Betsabee Haas, Adjointe à la biodiversité, à la nature en ville, à la gestion des risques et à la condition animale


    Votre question portait sur la présence de sapins abandonnés sur les trottoirs et sur la possibilité de replanter dans des lieux publics les sapins achetés en pot par les particuliers lors des fêtes de Noël.

    La problématique de la collecte des sapins après Noël est identifiée depuis plusieurs années. Actuellement, deux possibilités s’offrent aux habitants de Tours: amener leur sapin en déchetterie, avec par la suite une valorisation en compostage, ou le déposer à côté de leur bac d’ordures ménagères afin qu’il soit collecté en porte à porte. Cette solution, ouverte au mois de janvier, est pratique pour les usagers mais pas totalement satisfaisante car elle implique que les sapins partent en enfouissement.

    Des points d’apport avaient été mis en place pendant quelques années, mais le dispositif a été supprimé en 2016 car trop peu de sapins étaient collectés. Pour le prochain Noël, nous allons étudier la possibilité de remettre en place quelques points de collecte de sapin mais en intégrant ce retour d’expériences afin de nous assurer qu’ils soient réellement utilisés.

    A terme, une autre solution pourrait être celle de la collecte de déchets verts en porte à porte. Ce système sera expérimenté prochainement dans les quartiers Sainte-Radegonde et Beaujardin. Les végétaux collectés pourront ensuite être valorisés en compostage.

    Concernant la valorisation spécifique des sapins, celle-ci est difficile à cause de leur acidité. C’est pour cette raison que le paillage en copeaux de sapins n’est pas adapté pour la grande majorité des massifs de la ville ou pour les potagers des jardins familiaux. Il ne peut, au mieux, être utilisé que pour des plantations en terre de bruyère.
    Pour ces mêmes raisons d’acidité, il est malheureusement difficile de replanter de manière systématique les sapins de Noël des particuliers dans des lieux publics de la ville.

    En revanche, à l’occasion du Noël 2020, nous avons introduit des arbres en pot dans les groupes de sapins dans les quartiers. Ces sapins seront replantés cet hiver au bois des Hâtes par des Tourangelles et Tourangeaux. Ils pourront y grandir et, comme vous le suggérez, être utilisés dans quelques années pour les futurs décors festifs de la ville.

  • 07- Nous sommes dans un quartier où « à fleur de trottoir » n'est pas autorisé . Cependant le trottoir devant chez nous n'est pas pavé mais bétonné. Une dérogation n'est vraiment pas possible ? (Conseil du 15/02/2021)

    Réponse de Betsabée Haas, Adjointe à la biodiversité, à la nature en ville, à la gestion des risques et à la condition animale

    Concernant votre question portant sur « A Fleur de Trottoir » nous avons le plaisir de vous annoncer que l’opération pourra être généralisée à l’ensemble du territoire de la Ville. En effet, nous avons rencontré l’architecte des bâtiments de France (ABF) qui vient de donner son accord pour étendre l’opération « A fleur de Trottoir » au secteur patrimonial dont votre quartier fait partie.

    Vous pourrez désormais faire une demande de végétalisation via le site internet de la Ville : https://www.tours.fr/services-infos-pratiques/275-a-fleur-de-trottoir.htm

  • 08- A quand un composteur place des petites boucheries ? (Conseil du 15/02/2021)

    Réponse de Martin Cohen, conseiller municipal délégué à la Transition Energétique, aux Moyens généraux, aux Achats, aux Bâtiments municipaux, aux infrastructures, à la voirie, aux réseaux, à la propreté urbaine, à l’économie circulaire et au PCAET Vice-Président de Tours Métropole délégué à la collecte, valorisation et économie circulaire des déchets

    Votre question porte sur l’installation d’un composteur place des Petites Boucheries à Tours.

    La question de la mise en place de composteurs fait bien partie de nos préoccupations. La quasi-totalité de ces déchets se retrouve malheureusement dans nos poubelles grises, et part donc à l’enfouissement, alors qu’ils pourraient être valorisés.
    Si la Ville soutient les initiatives en faveur d’une gestion à la source des déchets alimentaires, la question est davantage du ressort de la Métropole. C’est en effet Tours Métropole Val de Loire qui a la compétence de collecte et traitement des déchets des ménages.

    Ces questions sont aujourd’hui bien prises en compte à la Métropole. Un déploiement plus massif du compostage, et notamment du compostage partagé, y est par exemple à l’étude, entre autres options, car un mix de solutions sera certainement nécessaire pour répondre de façon satisfaisante à l’ensemble des besoins des typologies de ménages et d’habitat.

  • 09- Les trottoirs de certaines rues de la ville sont encombrées par des bacs d'ordures ménagères qui ne sont pas rentrés par leurs propriétaires après chaque collecte. (Conseil du 15/02/2021)

    Cela nuit grandement à la circulation des piétons, à la qualité visuelle de notre environnement et à la salubrité des trottoirs. J'ai pour exemple mon périmètre immédiat rue Victor Hugo ainsi que le tronçon entre les rue Georget et Blvd Giraudeau où manifestement les riverains se sont donnés le mot pour laisser les poubelles à demeure.
    Pouvez-vous me dire quelle est l'action de la municipalité pour faire respecter l'arrêté municipal obligeant chaque riverain à rentrer ses bacs après chaque collecte.

    Réponse de Martin Cohen, conseiller municipal délégué à la Transition Energétique, aux Moyens généraux, aux Achats, aux Bâtiments municipaux, aux infrastructures, à la voirie, aux réseaux, à la propreté urbaine, à l’économie circulaire et au PCAET
    Vice-Président de Tours Métropole délégué à la collecte, valorisation et économie circulaire des déchets

    Votre question porte sur la problématique des bacs à ordures ménagères qui encombrent les trottoirs de votre rue. Je vous confirme que votre signalement a bien été pris en compte par la brigade verte.

    Il s’agit malheureusement d’un problème récurrent bien identifié par nos services. Afin d’y répondre, la brigade verte a mis en place une procédure avec le service de collecte de la Métropole : l'action consiste en premier lieu à réaliser un recensement des bacs non rentrés et une enquête auprès des riverains du secteur signalé. Avec le concours des ambassadeurs de tri, une première intervention est effectuée afin de sensibiliser les riverains à la gêne occasionnée par ce manque de civisme, rappeler la règlementation en vigueur et rechercher des solutions aux difficultés éventuelles rencontrées par les habitants.

    A l'issue de ces démarches, la brigade verte effectue de nouveaux passages et peut alors procéder à la verbalisation en cas de non-respect du règlement. Toutefois, certains riverains n’ont pas la possibilité de rentrer leur bac, ne disposant pas d’un local poubelle, p.ex. dans certains petits collectifs. Dans ces cas, le service collecte s’attache à répondre par le déploiement des points d’apport volontaire, enterrés pour la majorité d’entre eux.

  • 10- Avec l'électrification des véhicules, est-il prévu un développement des installations permettant leur recharge sur les voies de stationnements publics ? (Conseil du 15/02/2021)

    Réponse d’Emmanuel Denis, Maire de Tours, Vice-Président de Tours Métropole délégué à la Transition écologique et énergétique, à la politique aéroportuaire et au contrat de plan Etat-Région

    Votre question porte sur la mise en place de nouvelles bornes électriques pour recharger son véhicule dans la ville de Tours.

    Il existe actuellement 4 bornes électriques à Tours (rue de Tourcoing, rue du Plat d’Etaing, rue Giraudeau et avenue Marcel Dassault). Le développement des installations de Recharge des Véhicules Electriques (IRVE) est une compétence relevant de la Métropole en concertation avec les communes.

    Les technologies en matière de mobilités sont en évolution constante. Elles requièrent de la part des collectivités locales de rester au fait des nouveautés et d’opter pour les solutions les plus pérennes et respectueuses de l’environnement.

    A ce titre, une étude territoriale métropolitaine portant sur le potentiel de développement d’un écosystème hydrogène pour la mobilité et les usages stationnaires est en cours.
    Cette étude permettra de définir l’opportunité de favoriser ou non un écosystème hydrogène à Tours. C’est sur la base de ces résultats que nous pourrons par la suite mener les réflexions concernant le développement de véhicules électriques et donc de bornes de recharge.

  • 11- Serait-il envisageable de collecter les déchets compostables une fois par semaine tout comme c'est fait pour les déchets recyclables ? (Conseil du 15/02/2021)

    Ces déchets pourraient être revaloriser et utilisés pour entretenir les espaces verts de la ville ou revendus comme engrais aux cultivateurs de la région. Merci pour votre considération

    Réponse de Martin Cohen, Conseiller municipal délégué à la transition énergétique, aux moyens généraux, aux achats, aux bâtiments communaux, aux infrastructures, à la voirie, aux réseaux, à la propreté urbaine, à l'économie circulaire et au PCAET et Vice-président de Tours Métropole délégué à la Collecte et à la vie circulaire des déchets


    Votre question porte sur la possible valorisation des déchets compostables.
    Je précise que ce n’est pas la Ville, mais Tours Métropole Val de Loire qui a la compétence de collecte et traitement des déchets des ménages, et qui est chargée de mettre en place de nouveaux dispositifs concernant la valorisation des déchets compostables.

    Pour ces déchets, il est nécessaire de distinguer entre deux catégories qui ne sont pas gérées de façon identique.

    Les déchets verts des particuliers sont aujourd’hui collectés en porte-à-porte dans la quasi-totalité des communes de la Métropole. A Tours, il n’existait jusqu’à présent pas de collecte globale des déchets végétaux, mais elle sera expérimentée dès ce printemps dans deux secteurs de la Ville (Sainte Radegonde et Beaujardin). Cette expérimentation devra permettre de collecter de l’ordre de 5 à 8 tonnes de végétaux qui pourront ensuite être valorisés en compostage.

    Si le test sur ces deux secteurs est concluant, d’autres secteurs majoritairement pavillonnaires pourraient ensuite être ajoutés au dispositif.

    Les déchets verts de la Direction des Parcs et Jardins sont, quant à eux, déjà valorisés sous forme de compostage ou de broyage.

    La gestion des déchets alimentaires est plus complexe à mettre en œuvre, celle-ci imposant de nombreuses contraintes sanitaires à cause du risque biologique. Aujourd’hui, la Métropole propose le compostage individuel, et de façon plus anecdotique le lombricompostage et le compostage partagé.


    Notre objectif est de déployer plus massivement toutes ces solutions de compostage en ville. La quasi-totalité de ces déchets se retrouve malheureusement encore aujourd’hui dans nos poubelles grises, et part donc à l’enfouissement, alors qu’ils pourraient être gérés et valorisés plus localement. Via la Métropole, nous étudierons également la faisabilité et pertinence de mettre en place de la collecte porte à porte sur certaines zones, notamment de gros producteurs.

  • 12- Diverses questions concernant le lutte contre la pollution (Conseil du 15/02/2021)

    « Afin de favoriser le tri des déchets, n’est-il pas possible de diminuer le nombre de ramassage des ordures ménagères à 1 seule fois par semaine (et non 2) pour les déchets ordinaires ?
    "Afin de lutter contre la pollution, n’est-il pas envisageable d’imposer la vignette crit air (utilisée à Paris et Grenoble notamment) et d’envisager un agenda pour bannir les véhicules les plus polluants (classes 3, 4 et 5) ?
    Afin de garder un centre-ville dynamique et commerçant, la ville ne pourrait-elle pas offrir des tickets parking si des achats sont effectués auprès des commerces (ex : 1 heure offerte si achat min de 20 euros dans un commerce) ? »

    Réponse de Monsieur le Maire


    Vos questions portent sur la pollution de l’air, le tri des déchets et les commerces du centre-ville.

    Concernant le premier point, je précise que la compétence « qualité de l’air » est gérée en premier lieu par l’Etat, qui retranscrit dans le droit français les directives européennes.
    Selon la qualité de l’air du territoire et les caractéristiques de sa population, l’Etat prévoit des actions à mettre en œuvre. Par exemple, dans 10 agglomérations, les normes de qualité de l’air sont régulièrement dépassées, ce qui a poussé l’Etat à y créer des Zones à Faibles Emissions (ZFE – la mise en place des vignettes Crit’air).

    La métropole tourangelle n’est pour le moment pas soumise à cette obligation. Pour autant, même si la qualité de l’air n’est pas aussi mauvaise que dans les villes qui sont concernées par les ZFE, beaucoup reste à faire. C’est pourquoi la Préfecture a engagé la révision du Plan de Protection de l’Atmosphère, révision dans laquelle la ville et la Métropole sont fortement engagées. Par exemple, nous développerons un observatoire des pollutions qui informera les citoyens sur la qualité de l’air de manière quotidienne. La Métropole est par ailleurs adhérente à l’association agréée de surveillance de la qualité de l’air en région Centre Val de Loire : Lig’Air.

    D’autre part, le travail sur la qualité de l’air est effectué par la Métropole au travers du Plan Climat Air Energie Territorial. Suite à un diagnostic des émissions de polluants atmosphériques ainsi qu’une évaluation quantitative de l’impact sanitaire et économique de la pollution au cours du premier semestre 2021, les élus métropolitains détermineront la stratégie à l’horizon 2030 en matière de qualité de l’air à la fin de l’année. Enfin, au cours du premier semestre 2022, sera élaboré le plan d’actions de la Métropole en matière d’amélioration de la qualité de l’air : il reprendra les actions du PPA de l’Etat, mais sera peut-être amené à les compléter et les renforcer. L’obligation de vignette Crit’Air pourra être inscrite dans ce plan d’actions.

    Plus généralement, l’amélioration de la qualité de l’air est un objectif poursuivi par l’ensemble de notre politique de mobilité. Les projets de transport en commun (2e ligne de tram, 2e ligne de bus à haut niveau de service), la création d’un réseau cyclable structurant, le réaménagement de l’espace public en faveur des piétons, l’accompagnement des entreprises à la transition de la logistique du dernier km… concourront tous à une amélioration de la qualité de l’air, en plus de leurs objectifs d’apaisement de la ville.

    Concernant votre question relative au tri des déchets, je précise que la collecte des déchets verts sera expérimentée à Tours sur deux quartiers à partir du printemps 2021. Dans ces secteurs, la fréquence du ramassage des déchets ménagers sera revue, comme ailleurs sur les autres communes de la Métropole, avec le même principe de substitution d’une collecte d’ordures ménagères par une collecte de déchets végétaux.
    La Métropole travaillera également sur un plan de prévention et de gestion des déchets cette année et lancera une campagne de sensibilisation sur la nécessité du tri sélectif. Un réaménagement du centre de tri actuel va permettre d’étendre les consignes de tri et ainsi diminuer la quantité de produits non recyclés.

    Enfin, vous souhaitez que la Ville puisse offrir des tickets de stationnement aux personnes effectuant des achats dans les boutiques du centre-ville.

    Dans le cadre du dialogue mis en place par la municipalité avec les commerçants, les sujets de mobilité sont bien entendu abordés.

    Je précise qu’une première opération de soutien de la Ville de Tours a été initiée sur ce sujet courant décembre 2020, via une subvention versée à l’association « Vitrines de Tours », afin que les commerçants puissent remettre à leurs clients soit des tickets de bus, soit des tickets de parking. Les commerçants sont depuis invités à poursuivre cette démarche.

    Sur le long terme, nous souhaitons renforcer la nécessaire transition des mobilités qui s'opère dans nos sociétés. Notre objectif est ainsi de rendre le centre-ville accessible à toutes les mobilités : par la voiture, mais aussi en développant les transports en commun et en sécurisant son accès à vélo. Nous travaillons à l’apaisement de la circulation, afin que l’espace public soit plus convivial.

    De manière générale, notre objectif est de créer une ville des courts chemins dans laquelle des secteurs dynamiques et commerçants seraient présents dans chaque quartier de la ville, et donc accessible facilement et rapidement à chaque habitant.

    Réponse de Monsieur le Maire

  • 13- Les trottoirs de la ville vont ils être nettoyés ? (Conseil du 19/05/2021)

    L’incivilité et l’irrespect de certains encrasse malheureusement notre ville (masqué, vomis, crottes chiens, sac et récipients mac Do, cendriers vidés etc... Je vis dans quartier Rabelais et marche bcp dans tte la ville .. merci

    Réponse de Martin Cohen, conseiller municipal délégué à la transition énergétique, aux moyens généraux, aux achats, aux bâtiments communaux, aux infrastructures, à la voirie, aux réseaux, à la propreté urbaine, à l'économie circulaire et au PCAET Vice-président de Tours Métropole délégué à la Collecte et à la vie circulaire des déchets

    Votre question porte sur la propreté urbaine et les incivilités de certains usagers de l’espace public.

    Les agents du service de la propreté urbaine procèdent quotidiennement à un important travail de nettoyage et d’entretien du domaine public. Ainsi, ils effectuent de nombreuses missions différentes: le balayage manuel et mécanique, le lavage, le décapage, la collecte des corbeilles, le nettoyage du mobilier urbain, l’enlèvement de graffitis, etc … Selon les secteurs du centre-ville la fréquence de passage peut varier d'une fois par jour à une fois par semaine.

    La situation sanitaire a toutefois pu impacter la fréquence en raison de manques d'effectifs. Depuis, des renforts saisonniers sont arrivés pour renforcer les équipes de la propreté urbaine.

    Néanmoins, malgré les efforts importants de nos agents, une ville, pour être propre et agréable à vivre, doit être respectée par l’ensemble de ses usagers.

    Afin de lutter contre les comportements inciviques, les agents de la Brigade verte sont mobilisés pour sensibiliser la population aux bonnes pratiques et ainsi lutter contre les gestes nuisant à la propreté. Les huit agents de la brigade circulent à pied dans le centre et l'hypercentre de Tours, en journée, du lundi au samedi. Ils font des rappels à la règlementation quand cela est nécessaire et ils peuvent être amenés à verbaliser les auteurs d'incivilités. La Brigade verte répond systématiquement à toutes les demandes ou signalements de gros dépôts, effectués par téléphone ou sur le site internet de la ville.

  • 14- Bonjour madame, Une question sur la propreté de la rue George Sand et peut-être la brigade verte (Conseil du 19/05/2021)

    Que ce soit à proximité du 34, au coin de la rue d’Entraigues et de la rue George Sand, ou au 56/58 on a souvent l’impression d’être à l’annexe de la déchèterie: vieux canapé , matelas, porte, et autres meubles ou objets sont là et visiblement sans que le service des encombrants soit prévenu. De plus trottoir et caniveau entre la rue d’Entraigues et la rue Origet ne semblent pas voir souvent la balayeuse ..... je conçois que ce n’est pas évident car il y a toujours des voitures plus ou moins bien stationnées. En espérant voit une amélioration. Cordialement.

    Réponse de Martin Cohen, conseiller municipal délégué à la transition énergétique, aux moyens généraux, aux achats, aux bâtiments communaux, aux infrastructures, à la voirie, aux réseaux, à la propreté urbaine, à l'économie circulaire et au PCAET Vice-président de Tours Métropole délégué à la Collecte et à la vie circulaire des déchets

    Votre question porte sur la propreté urbaine, et notamment dans le secteur autour de la rue George Sand.

    Les agents du service commun de la Propreté Urbaine effectuent de nombreuses missions régulières : parmi elles, le balayage manuel et mécanique, le lavage, le décapage, la collecte des corbeilles, le nettoyage du mobilier urbain, l’enlèvement de graffitis, etc…

    La Brigade Verte veille quant à elle à garder propre la ville de Tours en sensibilisant la population sur les bonnes pratiques et ainsi lutter contre le manque de civisme.

    Les huit agents assermentés circulent à pied dans le centre et l'hypercentre du lundi au samedi de 7h30 à 17h30, dans le cadre de leur patrouille habituelle ou suite à un signalement reçu.

    Ils effectuent également des rappels à la règlementation auprès des riverains ou passants et dès lors que l'auteur d'une infraction est identifié, celui-ci est verbalisé.

    Les agents de la brigade verte répondent systématiquement à toutes les demandes ou signalements de dépôts effectués par téléphone ou sur le site internet de la ville. Ils alertent le service de la Propreté urbaine qui procède à l'enlèvement dans les meilleurs délais possibles.

    Pour le nettoyage du fil d'eau, le stationnement reste un facteur gênant, cependant l'agent de maitrise du secteur vérifiera sur place l'état des rues et des bouches d'eau.

  • 15- Quelle est la cohérence entre la politique municipale d'essence "écologiste" et le fait de répandre en 2020 une couche d'enrobé sur l'ensemble du terre-plein central Heurteloup-Béranger... (Conseil du 19/05/2021)

    ...et en cela d'aggraver les conditions de vie des platanes centenaires déjà affaiblis par une première couche il y a environ 15 ans, mais où les fissures apparues depuis laissaient un peu respirer les racines et passer l'eau de pluie ? Ni les cyclistes ni les usagers du TRAM n'ont demandé la mort prévisible des platanes sous 10 ans. Quelle est la cohérence de cette minéralisation du sol avec la lutte contre le réchauffement climatique et les ilôts de chaleur en ville ?
    PS. Bien que dérangeante, la municipalité s'honorerait à publier cette double question et la réponse dans le magazine de la ville.(Conseil du 19/05/2021)

    Betsabée HAAS, Adjointe au Maire déléguée à la biodiversité, à la nature en ville, à la gestion des risques et à la condition animale.

    Je précise que l’ensemble des questions et réponses est accessible et consultable sur le site internet de la Ville, dans la rubrique « Action municipale – Questions citoyennes ».

    Votre question porte sur les travaux d’enrobé réalisés sur le terre-plein du boulevard Heurteloup.

    Je précise que ces travaux étaient programmés depuis longtemps et qu’ils répondent à une demande forte d’usagers cyclistes et à mobilité réduite souhaitant une réfection de cette allée fortement dégradée et génératrice d’accidents.

    Les travaux ont fait l'objet d'une surveillance rapprochée de la part des agents de la Direction du patrimoine végétalisé et de la biodiversité afin de limiter l’impact sur les racines des arbres. La préservation de notre patrimoine végétal étant une priorité, des adaptations ont été faites lorsque des racines significatives ont été rencontrées.
    Le régime hydrique et la surface imperméabilisée de la partie centrale du boulevard n'ont pas été modifiés par ces travaux, les fissures que vous évoquez n'étant pas très nombreuses. Les platanes puisent l'air et l'eau dont ils ont besoin et sont dans un état sanitaire correct.

    La mise en œuvre d’un enrobé perméable, mais plus onéreux, n’aurait pas pour autant privilégié l’infiltration des eaux de pluies, compte-tenu de la sous-couche très tassée.
    D’autres options (pose d’un stabilisé p.ex.) n’ont pas été retenues pour des raisons esthétiques, de problématiques d’entretien ou de « roulabilité ».

    Finalement la solution mise en œuvre répond à la fois à une demande des usagers sans impacter les arbres situés le long du boulevard.

  • 16- Avez-vous des projets pour améliorer la végétalisation du Parc Salancy (Velpeau) et de l'île Balzac ? (Conseil du 19/05/2021)

    En effet, la démographie et les étés caniculaires montrent une nécessité d'améliorer ces deux parcs. L'exemple du Parc de la Place Beaujardin est intéressant. Il allie à la fois différents espaces conviviaux, de l'ombre salutaire en été apportée par des arbres en quantité suffisante, et des jeux divers pour accueillir les enfants nombreux qui y jouent.
    Le Parc Salancy manque de jeux qui pourraient être installés à la place de l'actuelle fontaine (celle-ci est classée mais elle est souvent très sale et donc peu adaptée aux enfants. Un quartier familial comme Velpeau manque d'espace pour les enfants et cet emplacement permettrait vraiment d'améliorer l'aire de jeux). Par ailleurs, l'île Balzac manque cruellement d'arbres pour créer des zones d'ombres. L'installation d'équipements/jeux comme cela a déjà été fait au Parc de Ste Radegonde seraient un ajout qui rendraient ce parc plus accueillant, un lien entre Tours centre et Tours sud.

    Betsabée HAAS, Adjointe au Maire déléguée à la biodiversité, à la nature en ville, à la gestion des risques et à la condition animale.

    Votre question porte sur les améliorations à apporter au jardin Salancy dans le quartier Velpeau, et aux espaces publics de l’Ile Balzac.

    Malgré sa taille modeste de 4000 m², le jardin offre des jeux pour les enfants âgés de 2- 12 ans ainsi que des installations permettant la pratique libre de différents sports (basket…).

    Concernant la fontaine, il n’est pas prévu d’évolution de cet équipement pour le moment. Son éventuel remplacement par des jeux d’eau avait été étudié, à la demande du conseil de quartier. Faute d’unanimité sur le sujet, et compte tenu du coût important des jeux, cette option n’a pas été retenue, certains habitants restant très attachés à la fontaine.
    Plusieurs arbres situés dans le jardin méritent effectivement d’être remplacés. Le nécessaire sera fait progressivement en fonction de la dégradation de leur état, sur les cinq prochaines années.

    L’Ile Balzac est très appréciée par les Tourangeaux. Les équipements y sont nombreux pour toutes les tranches d’âges. L’existant pourra être complété par de nouveaux équipements en fonction de la demande et des besoins identifiés.

    Concernant la végétalisation, je précise qu’il n’est pas simple de réaliser de nouvelles plantations sur ce site : le sous-sol de cette ile est particulièrement ingrat du fait de sa composition en remblais issus de la construction des quartiers des Rives du Cher et des Fontaines. Il est donc nécessaire de réaliser des fosses avec terre pour toute nouvelle plantation. A titre d’exemple, en 2019 et 2020, des fosses ont été creusées pour planter 45 jeunes arbres.

    De plus, le risque d’embâcle en cas de crue du Cher nous oblige à limiter les plantations d’arbres sur l’Ile Balzac.

  • 17- Nous sommes un groupe d’habitants du Chemin des Rochettes à l’est de l’ancienne Abbaye de Marmoutier. (Conseil du 19/05/2021)

    Depuis un an nous sommes en contact avec Mr Lecompte, élu du quartier de Ste Radegonde et le conseil de quartier de Monconseil pour la mise en place d’un verger sur un terrain vague en face du parking de Marmoutier. Ce terrain dépend du service propreté de la Ville de Tours. Suite aux difficultés de se réunir en ce moment nous n’avons pas réussi à valider notre projet de verger au conseil de quartier mais nous avons commencé à planter quelques arbres. Nous aimerions savoir, si la municipalité soutient notre démarche. Nous aimerions vous solliciter pour nous aider à arroser les arbres cet été et pour participer aux achats des arbres, protection, compost et broyât.

    Betsabée Haas, Adjointe au Maire déléguée à la biodiversité, à la nature en ville, à la gestion des risques et à la condition animale

    La période récente, marquée par les contraintes liées à la crise sanitaire, n’a en effet pas facilité le travail collectif des conseils de quartier et l’émergence des projets des habitants.

    Je prends connaissance de votre projet et salue votre initiative visant à contribuer à planter des arbres fruitiers sur un terrain à Tours Nord.

    Suite à vos différents échanges avec M Thierry Lecomte, adjoint au Maire en charge du quartier Tours Nord-Est, je vous conseille également de revenir vers le conseil de quartier afin d’être accompagnés pour déterminer les modalités de mise en œuvre de votre projet.
    Si les initiatives des habitants peuvent venir compléter et enrichir les projets portés par la municipalité en matière de végétalisation, les services de la Direction du Patrimoine végétal et de la biodiversité ne sont cependant pas en mesure d’assurer l’ensemble des travaux d’entretien supplémentaires de ces nouveaux espaces ainsi créés.

  • 18- Je suis propriétaire d’un véhicule électrique dans le quartier des Fontaines, où aucune zone de charge n’est disponible. Est-il envisagé la pose de bornes de recharge ? (Conseil du 05/07/21)

    Réponse de Martin Cohen, conseiller délégué à la transition énergétique

    Sur notre territoire, les installations de bornes de recharge de véhicules électriques sont gérées par le Syndicat Intercommunal d’Énergie d’Indre-et-Loire (SIEIL), en coopération avec les communes par l’intermédiaire de la Métropole. Aujourd’hui, le nombre de bornes est insuffisant par rapport aux besoins de la population. L’État déploie des dispositifs d’aide financière (le plan « Objectif 100 000 bornes »), dont le SIEIL souhaite se saisir. Nous envisageons un développement sur des zones stratégiques, avec l’objectif de déployer au moins un site de recharge par quartier dans les deux à trois ans à venir.

  • 19- Serait-il possible d’avoir plus de verdure dans le centre-ville et notamment sur la place Anatole France ? Il manque de la végétation, on voit trop de béton ? (Conseil du 05/07/21)

    Réponse de Betsabée Haas, adjointe au maire déléguée à la biodiversité et à la nature en ville

    Dans le cadre de notre plan « Nature en ville », nous avons déjà planté mille arbres le 17 février et nous avons d’autres projets : un verger participatif dans le Vieux Tours, la plantation d’une quinzaine d’arbres en haut de la rue Nationale et la création de deux jardins publics, face au CCC OD et à la Villa Rabelais. Par ailleurs, lorsque des points d’apport volontaire sont installés, nous en profitons pour débitumiser et planter des arbres. Avec l’accord de l’Architecte des Bâtiments de France, l’opération « À fleur de trottoir » a été élargie au périmètre historique et les arbres taillés jusqu’à maintenant « en rideau » sont libérés, pour créer davantage d’ombre. Néanmoins nous devons tenir compte des nombreux réseaux en sous-sol qui nous empêchent de planter de grands arbres à certains endroits

  • 20- Est-il possible d'aménager un parc pour nos amis les chiens quartier Montjoyeux? En effet, il y a beaucoup de chiens dans ce quartier mais aucun endroit pour les lâcher en toute sécurité. Merci pour eux. (Conseil du 05/07/2021)

    Réponse de Betsabée Haas, Adjointe au Maire déléguée à l’Environnement, à la biodiversité en ville, à la gestion des risques et à la préservation du patrimoine fluvial, des ressources aquifères et à la condition animale

    Vous proposez la création d’un parc pour chiens au quartier Montjoyeux, afin de permettre à nos compagnons à quatre pattes de se balader sans laisse dans un espace sécurisé.

    Différents projets sont actuellement en cours de réflexion, p.ex. dans le parc de la Cousinerie, situé à l’est des Grandes Brosses, où un espace pour la mise en liberté des animaux sera aménagé. Ce parc boisé de plusieurs hectares se prêter également aux promenades canines.

    A l’occasion de la Journée mondiale des animaux, le 3 octobre, une première aire de liberté pour chiens a été inaugurée dans le parc de Sainte-Radegonde.

    La création de sites supplémentaires pourra être mise à l’étude dans d’autres quartiers, en fonction des besoins exprimés et des terrains disponibles.

  • 21- Je souhaite attirer votre attention sur la situation de la rue Estienne d'Orves, qui borde l'A10, et dont une portion est bordée d'un talus et de thuyas. (Conseil du 05/07/2021)

    Cette bordure avait initialement pour objectif de masquer l'autoroute des riverains et d'atténuer les nuisances sonores occasionnées par le trafic généré.
    Habitant le quartier depuis maintenant plus de 20 ans, je constate qu'aucun entretien significatif n'est assuré par la Municipalité, si ce n'est une tonte des herbes recouvrant le talus à raison d'une à deux fois par an. Les thuyas quant à eux, sont totalement laissés à l'abandon. Certains d'entre eux ne portent plus aucun feuillage, quand d'autres sont totalement jaunis par la chaleur et le manque d'entretien. Pour rappel, quelques arbres avaient également été coupés il y a quelques années car présentant un danger pour la sécurité des riverains, et devaient être remplacés par de nouveaux plants. Il n'en est rien encore aujourd'hui, et les arbres coupé n'ont jamais été remplacés. Au-delà du simple aspect esthétique, force est de constater que les thuyas ne suffisent aujourd'hui plus à endiguer les nuisances sonores issues du trafic autoroutier, qui est bien plus important qu'à l'époque de leur plantation. La résidence dans laquelle je vis a par ailleurs cherché à réduire ces nuisances et a investi dans l'installation de fenêtres à double-vitrage, grâce à un soutien de la Ville à l'époque. À l'heure où le réchauffement climatique s'impose de plus en plus sérieusement, avec des vagues de chaleur de plus en plus fréquentes, intenses et persistantes, les riverains sont aujourd'hui réduits à devoir faire un choix entre fenêtres fermées mais chaleur écrasante dans les appartements, ou fenêtres ouvertes mais nuisances sonores importantes, même de nuit. La majorité municipale étant aujourd'hui de sensibilité écologiste, je souhaiterais savoir quelles solutions peuvent être proposées et mises en place par la Ville pour pallier ces désagréments quotidiens, puisqu'il ne s'agit plus aujourd'hui pour les riverains de continuer à s'adapter à de telles conditions. Ne serait-il pas envisageable d'installer un mur anti-bruit, en coopération avec Vinci Autoroutes ?

    Réponse de Betsabée Haas, Adjointe au Maire déléguée à l’Environnement, à la biodiversité en ville, à la gestion des risques et à la préservation du patrimoine fluvial, des ressources aquifères et à la condition animale

    Votre question porte sur l’entretien du talus qui borde la rue Estienne d’Orves dans le quartier Velpeau.

    Ce talus est effectivement composé de thuyas dont certains sujets sont aujourd’hui dépérissants, dû notamment à des chaleurs importantes l’été ces dernières années. La direction du Patrimoine végétale et de la biodiversité assure l’entretien courant de cet espace, mais un remplacement des thuyas nécessiterait des travaux lourds, sans garantie que les arbres nouvellement plantés se développent correctement.

    Une nouvelle plantation n'aurait pas non plus d’impact sur les nuisances sonores générées par le passage de l’autoroute. En effet, il faudrait plusieurs dizaines de mètres d'arbres pour commencer à avoir un effet de réduction des décibels.

    Si la baisse de la vitesse sur cette portion de l’autoroute a permis de diminuer globalement le bruit, le trafic important sur cet axe continue à générer des nuisances pour les riverains, bien que les seuils réglementaires soient respectés.

    La convention « Autoroute bas carbone » signée récemment entre Tours Métropole Val de Loire et Vinci Autoroutes prévoit un volet relatif à cette problématique. En effet, le sujet des infrastructures routières, ferroviaires ou aériennes est une compétence métropolitaine.

    Cette convention porte sur la requalification de la traversée métropolitaine de l’A10 et définit des objectifs de réduction du bruit lié au trafic routier en milieu urbain.

    La ville de Tours restera vigilante quant aux solutions qui seront mises en œuvre dans ce cadre afin d’améliorer le confort acoustique et le cadre de vie des riverains.

  • 22- Est-ce que vous pensez revenir au dragage de la Loire, pour éviter la formation des îles, un petit nettoyage de la Loire, pour qu’elle soit plus profonde et aussi pour permettre à des bateaux comme auparavant de naviguer. (Conseil du 28/09/2021)

    Réponse de Christopher Sebaoun, Conseiller municipal délégué à la Loire, au Cher, à la préservation du patrimoine fluvial et des ressources aquifères

    Vous souhaitez savoir s’il est prévu de mettre en place des opérations de dragage du lit de la Loire.

    Je précise que l’extraction de sable dans le lit mineur de la Loire est interdite par l’État depuis 1992. En moins d’un siècle, le prélèvement de matériaux (notamment du sable qui provient de l’érosion des montagnes) était tel qu’il faudrait plus de 750 ans au fleuve pour le renouveler.

    Ce faisant, le lit de la Loire s’est creusé de plus d’un mètre, et sa ligne d’eau est donc descendue d’autant. C’est ce qui a causé la fragilisation d’ouvrages, tels que le pont Wilson à Tours, qui s’est effondré les 9 et 10 avril 1978, ou celle des digues.

    De plus, un creusement plus prononcé du lit mineur menacerait de sécheresse les puits de captation qui servent à alimenter en eau potable de nombreux foyers vivant dans la métropole : l'enfoncement du chenal principal conduit à un abaissement du niveau de la nappe alluviale qui alimente ces puits de captage.

    Ayant à cœur de faciliter la navigation des bateaux et d’atténuer la dangerosité d’un certain nombre de pratiques nautiques sur la Loire, la municipalité de Tours souhaite que les macro débris qui jonchent le lit de la Loire soient retirés (résidus d’acier, palplanches, débris de l’ancien pont…). Cette compétence est entre les mains de Tours Métropole Val de Loire, qui a voté à l’été 2021 la commande d’un travail d’évacuation et de remaniement des débris de l’ancien pont sous la seconde arche du pont Wilson.

    Ces travaux n’ont pas encore été pu être entrepris pour cause d’étiage trop élevé. Ils seront engagés cette année dès que les conditions seront favorables à leur réalisation.

  • 23- Il serait souhaitable de procéder à une taille pour dégager le côté rue de la place Beaujardin et conserver l’ombre côté jardin. (Conseil du 06/12/2021)

    La croissance des platanes et leur manque de taille génèrent de très grands inconvénients pour les riverains, tel que le manque de lumière dans les maisons, les gouttières bouchées et enfin la prolifération d’insectes de toutes sortes à l’intérieur des maisons.

    Réponse de Betsabée Haas, Adjointe au Maire déléguée à l’Environnement, à la biodiversité en ville, à la gestion des risques et à la préservation du patrimoine fluvial, des ressources aquifères et à la condition animale

    Vous souhaitez que les services de la Ville procèdent à une taille des platanes situées place Beaujardin.

    Je précise que les platanes de Beaujardin sont suivis régulièrement par le service patrimoine arboré et des élagages sont réalisés pour des mises en sécurité éventuelles.

    En revanche, afin de préserver la santé de ces arbres patrimoniaux, les tailles d’élagage visant à diminuer le feuillage des platanes sont évitées.

    Les arbres contribuent de plus au rafraîchissement de l'air pendant les périodes de fortes chaleurs en été mais également à l’amélioration de la qualité de l'air par filtration des particules, et au stockage du carbone atmosphérique. Ils sont aussi des réservoirs très importants de biodiversité.

  • 24- La propreté de la ville, les poubelles (bac gris et jaune) qui sont laissées sur les trottoirs. La brigade verte est-elle toujours en fonction ? Pourquoi le centre-ville semble délaissé par le service de nettoyage ? (Conseil du 06/12/2021)

    Réponse de Martin Cohen, Conseiller municipal délégué à la transition énergétique, aux moyens généraux, aux achats, aux bâtiments communaux, aux infrastructures, à la voirie, aux réseaux, à la propreté urbaine, à l'économie circulaire et au PCAET

    Vous nous signalez des poubelles qui ne sont pas rentrées après la collecte des déchets ménagers et recyclables, et vous nous interrogez sur le niveau d’intervention du service de la propreté urbaine en centre-ville.

    Je vous confirme que la brigade verte exerce toujours les missions qui sont les siennes. Suite à votre signalement, la brigade verte a commencé une sensibilisation auprès des riverains et commerçants de l'avenue Grammont pour le respect du règlement de collecte et pour rappeler l'obligation de rentrer les bacs après le passage de la collecte.

    Le service propreté urbaine n'a pas modifié son plan de nettoyage du centre-ville, mais la crise sanitaire a impacté, depuis le printemps 2020, le niveau d’intervention des agents. Ainsi, le service de la propreté urbaine était placé en mode PCA (plan de continuité d'activité) pendant le premier confinement, ce qui implique que seules les missions prioritaires pour maintenir la salubrité publique ont pu être maintenues. Les équipes ont également dû faire face à des absences liées au covid-19. Depuis, le service est revenu progressivement à son niveau d’intervention habituel.

    Je précise qu’il est possible de faire des signalements directement à la propreté urbaine afin de déclencher une intervention sur un secteur précis.

  • 25- Avez-vous des projets conséquents de végétalisation sur Tours-Nord ? (Conseil du 06/12/21)

    Je m’inquiète de voir pousser les immeubles dans les secteurs Chambrerie et Monconseil, alors quele manque d’espaces verts est criant.

    Betsabée Haas, adjointe au maire déléguée à la biodiversité :

    À Tours-Nord, nous travaillons sur la transformation des îlots de chaleur en îlots de fraîcheur, avec la plantation d’arbres de haute tige sur la place Pilorget et la placette Olivier de Serres. Nous travaillons également sur la végétalisation de la cour de l’école Saint-Exupéry-Croix Pasquier, en partenariat avec l’équipe pédagogique et les enfants. Un futur jardin public sera attenant à l’école. En concertation avec les habitants et les associations, le projet paysager sera présenté en début d’année. Un autre projet phare sera celui de la mini-forêt place Archambault, né du budget participatif du conseil départemental et abondé par la Ville à hauteur de plus de 40000€. Des projets de végétalisation auront lieu également rue Gaston Monmousseau, avenue Mayer, place Louvois et place Choiseul.

  • 26- Qu’en est-il du respect de la réglementation sur l’éclairage nocturne des vitrines des magasins ? (Conseil du 16 mai 2022)

    On nous demande sans cesse de faire des économies d’énergie – et c’est bien normal –, cependant j’ai en face de chez moi un magasin dont les vitrines sont allumées 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7

    Réponse d'Iman Manzari, adjoint au maire délégué au commerce

    C’est une question importante pour nous car il en va de la réduction des nuisances lumineuses et de la diminution de la consommation d’énergie. La loi de 2012 interdit les éclairages des enseignes et des vitrines entre 1h et 7h du matin. Notre majorité, qui est très engagée sur ces sujets, s’en est emparée depuis le début. Jusqu’à maintenant, nous avons préféré faire de la prévention car les commerces ont connu des années difficiles avec la crise sanitaire. Nous avons édité un Guide des commerçants qui est à disposition des professionnels et dans lequel nous avons précisé la réglementation à ce sujet.

    Dans quelques jours, le maire va envoyer un courrier à l’ensemble des commerçants pour leur rappeler les règles concernant les enseignes, les vitrines et d’autres sujets comme les terrasses chauffées. Il s’agit juste d’un rappel à la loi. Tout le monde est censé le savoir mais nous sommes là pour faire de la prévention et de la pédagogie. Et puis mon collègue Philippe Geiger, adjoint au maire délégué à la tranquillité publique, la police de proximité et la sécurité, interviendra pour verbaliser celles et ceux qui ne souhaitent pas respecter ce règlement. Malheureusement, nous serons obligés de faire intervenir la police municipale.

  • 27- Pourquoi le parc de l'île Simon ferme-t-il si tôt ?

    Nous avons la chance d'avoir un superbe parc en centre-ville, entouré de la Loire, je ne vois aucune raison de l'interdire aux riverains pour que nous puissions nous y poser après le bureau, pour par exemple profiter du coucher de soleil.
    Pourquoi attendre juin pour organiser la fermeture à 21h ? Il serait très positif de le permettre dès les beaux jours, dès maintenant, où le soleil se couche après 20h30.

    Réponse de Betsabée Haas, Adjointe au Maire déléguée à la biodiversité, à la nature en ville, à la gestion des risques et à la condition animale

    Votre question porte sur les horaires d’ouverture du parc de l’Ile Simon.

    Je précise que la plupart des jardins de Tours est accessible en permanence. Seule une quinzaine d’entre eux est close et soumise à des conditions d'ouverture avec des horaires particuliers. Ces horaires ont été déterminés à l’issue d’une enquête auprès du public, et en fonction des saisons. Il faut également concilier les besoins des usagers avec ceux des riverains des jardins (la fréquentation des lieux pouvant engendrer des nuisances, notamment sonores), les capacités d’intervention des agents municipaux chargés de la fermeture de l’ensemble des sites, ainsi que le repos nécessaire de la végétation et des animaux présents dans les enclos.

    Parmi les parcs fermés la nuit, celui de l'Ile Simon fait partie de ceux qui ferment le plus tard, à 21h effectivement du 1er juin au 31 août, puis 19h30 au printemps et à l'automne et 17h30 l'hiver du 1er novembre au 29 février.

    Pour le cas particulier de l’ile Simon, seule son allée centrale est éclairée et les berges sont fragiles et peuvent être dangereuses. Par ailleurs, des sternes protégées au titre de Natura 2000 vivent entre le pont Wilson et les bancs de sables attenants à l’ile. Ces animaux ont besoin de quiétude et la fermeture du parc la nuit permet de préserver la tranquillité de ces animaux.

    Pour information, la liste des jardins, avec leurs horaires d’ouverture, est accessible sur le site internet de la Ville : https://www.tours.fr/services-infos-pratiques/248-horaires-et-reglements.htm

Finances, marges de manœuvres et investissements productifs

    Conseil - Finances, marges de manœuvres et investissements productifs

  • 01- Pensez-vous faire voter une exonération de taxe foncière pour les propriétaires réalisants des travaux d'économies d'énergie ? (Conseil du 16/12/20)

    >> Je suis propriétaire de ma maison au XX rue XX, et de deux appartements au XX de la même rue. J'ai fait des gros travaux d'isolation par l'extérieur pour le confort de ma famille et de mes locataires et pour l'environnement. Ils viennent d'être terminés.
    Je viens de voir que la mairie de Tours pourtant à majorité écologiste n'a pas pris de délibération pour exonérer (partiellement) de taxe foncière ceux qui font de lourds travaux onéreux pour des économies d'énergie. Pensez-vous faire voter cela prochainement pour notre ville ?
    Il n'y a que la Mairie VERTE de Ballan-Miré après renseignement pris aux impôts de Tours qui le fait !

    Réponse de Frédéric Miniou, adjoint délégué aux finances et aux marges de manœuvre, aux investissements productifs et au conseil en gestion

    Votre question concerne la possibilité d’une d’exonération temporaire de la taxe foncière après la réalisation de travaux d’économies d’énergie.

    Je précise que toute exonération des taxes locales devra être votée avant le 1er octobre d’une année pour être applicable au 1er janvier de l’année suivante. Les travaux de rénovation énergétique ouvrent actuellement droit à différents avantages fiscaux et notamment le CITE (Crédit d'Impôt sur la transition énergétique).

    Avec la mise en place du dispositif ARTEMIS de Tours Métropole Val de Loire, les habitants du territoire peuvent désormais bénéficier d’un service public d’aide à la rénovation de l’habitat. Artemis propose un accompagnement et des conseils pour les travaux d’isolation, d’amélioration des performances énergétiques ou d’adaptation à un handicap. Cet accompagnement porte également sur les aspects de recherche et de demande d’aides financières disponibles.

    Nous prenons bonne note de votre suggestion qui sera étudiée, comme d'autres pistes, afin d'amplifier l'indispensable réduction de nos émissions de gaz à effet de serre.

  • 02- Prévoyez-vous de mettre en place un bilan ou comptabilité carbon de chaque décision et actions municipales ? (Conseil du 29/03/21)

    Réponse de M Fréderic Miniou, Adjoint délégué aux Finances et aux marges de manœuvre, aux investissements productifs, au conseil en gestion

    Je vous remercie de cette question qui nous amène à évoquer les enjeux du réchauffement climatique.

    En effet, tout budget n’est pas forcément financier et nos vies au quotidien ne se mesurent pas qu’en Euro. Ce sujet du budget carbone nous intéresse au plus haut point et va même au-delà du seul enjeu carbone.

    Lors de la présentation du rapport de développement durable 2020, qui est un document obligatoire présenté chaque année au moment du vote du budget, la Ville a annoncé son intention de revoir en profondeur son contenu. En effet, de rapport ne disposait pas, jusqu’à présent, d’un diagnostic fondé sur des indicateurs. L’objectif est donc de faire de ce document un véritable outil de transparence, d’orientation et de transformation de notre ville.

    De transparence car la Ville va se doter d’un bilan carbone. Ce bilan est obligatoire pour les collectivités de notre taille mais il n’a pas été mis à jour en 2014 ou en 2017 lorsqu’il aurait dû l’être. Le bilan carbone présente le volume de gaz à effet de serre émis par la Ville pour ses services et pour ses politiques publiques. Il est complémentaire avec le travail effectué par la Métropole sur le plan climat-air-énergie territorial. Nous allons donc travailler main dans la main pour offrir aux habitants, aux élus – conseillers municipaux et métropolitains – ainsi qu’aux services les outils pour mieux connaitre leurs consommations.

    D’orientation car nous allons aussi doter la Ville d’un budget carbone. Là où le bilan carbone vient mesurer les gaz à effet de serre émis, le budget carbone vient lui mesurer les gaz à effet de serre que l’on devrait émettre. Concrètement, il s’agit de décliner pour chaque territoire les objectifs d’émissions exprimés en tonnes de carbone calculés par le GIEC au niveau international. C’est un outil essentiel pour prendre conscience de l’importance des changements qui vont s’imposer à nous, pour respecter les obligations européennes et françaises en matière environnementales et pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2040.

    De transformation de notre ville enfin car neutralité carbone ne se réalisera pas toute seule. Elle nécessite de changer en profondeur nos modes de faire, nos services publics, nos investissements. Elle nécessite aussi de nous adapter aux dérèglements climatiques. Nous allons ainsi déployer progressivement des outils d’évaluation de toutes les politiques publiques à travers un outil budgétaire de segmentation stratégique inspiré du budget de l’Etat. C’est un chantier conséquent. En effet, il s’agit d’organiser toutes les actions du budget de la Ville par actions concrètes adossées à des indicateurs objectifs, dont au moins un indicateur environnemental. Cela nous permettra, par exemple, de cibler les investissements immobiliers vers les investissements les plus efficaces en matière environnementale.

    Cela nous permettra, par exemple, de mesurer l’amélioration du confort de nos bâtiments en période de canicule ou la désimperméabilisation des sols et la végétalisation de la ville.

    Progressivement, tous les services de la Ville disposeront donc d’une information fiable et d’outils pertinents pour conduire sur leurs thématiques, les actions permettant de limiter et de s’adapter aux dérèglements climatiques.

    Pour résumer et conclure :

    - La ville compte s’inscrire dans une dynamique forte de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre et être au rendez-vous de la lutte contre le réchauffement climatique
    - Le budget carbone sera un des outils que la ville va s’employer à mettre en œuvre dès le prochain budget
    - En travaillant de concert avec de nombreuses villes françaises, nous ambitionnons de mettre en place des indicateurs sur la résilience de notre territoire et d’adaptation de notre ville au réchauffement climatique

Mobilités

    Conseil - questions mobilité

  • 01- Dans le cadre de la politique vélo menée par la municipalité, comment sensibilisez-vous les automobilistes quant aux infractions, et au partage de l'espace de circulation ? (Conseil du 16/12/20)

    >> En tant qu'usager quotidien des infrastructures dédiées à ce mode de déplacement je souhaiterais savoir si une programmation est faite ou prévue pour créer un réseau séparé des voitures pour plus de sécurité par-rapport aux bandes cyclables peintes aux sols, et souvent en sens interdit. De plus, quelle est la formation ou sensibilisation des agents chargés de faire respecter l’interdiction de stationnement des véhicules sur ces bandes cyclables ? Et enfin, comment sensibilisez-vous les automobilistes quant à ces infractions, et au partage de l'espace de circulation ?


    Réponse d’Armelle Gallot-Lavallée, adjointe déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière, et de Philippe Geiger, adjoint délégué à la Tranquillité publique, à la police de proximité, sécurité civile et laïcité


    Une bonne politique cyclable repose sur trois piliers. Dans le jargon vélo, on appelle cela le système vélo.

    Premièrement, la sécurisation des cyclistes, en proposant des pistes séparées des autres flux (voitures, piétons). Pour cela il faut apprendre à partager l’espace public. Il ne s’agit pas d’opposer les modes de déplacement entre eux. Il s’agit de rééquilibrer l’espace public dans le foncier dont on dispose. Et c’est sur la place dédiée aux véhicules motorisés individuels que l’on peut prendre de la place pour les piétons et les cyclistes. Nous nous sommes engagés à réaliser 40 km de réseau cyclable structurant pendant le mandat. Nous souhaitons que ce réseau soit continu et sécurisé afin que chacune et chacun puisse l’utiliser quel que soit son âge et sa condition physique. Pour cela, un cahier des charges sera élaboré sur la base des guides d’aménagement les plus ambitieux : Cerema mis à jour, ville de Lyon, Paris en Selle, Chronovélo, le CROW…

    La Métropole est près de finaliser son futur système cyclable. 10 lignes sont pressenties, qui presque toutes traversent la ville de Tours du nord au sud et d’est en ouest, sous réserve de vote du budget bien entendu.

    Nous nous sommes également engagés à passer la ville à 30 km/h, pour apaiser la ville et réduire les conflits, assurer davantage de sécurité. Enfin, nous avons prévu de mettre dès 2021 en place une campagne de communication sur le partage de l’espace public et le respect des usagers lents et vulnérables que sont les piétons et cyclistes.

    Concernant les incivilités des automobilistes à présent : les équipes municipales précédentes ne demandaient pas aux agents de verbaliser les véhicules stationnés dans les infrastructures cyclables. La demande politique a changé et les comportements vont donc suivre au fur et à mesure. Il n’est pas acceptable que des véhicules stationnent ainsi. Nous avons également rendu possible la vidéo verbalisation des stationnements très gênants afin de gagner en efficacité sur ces verbalisations. Nous demanderons également aux agents de sécuriser les déplacements des piétons. Pour rappel, selon le Code de la route, le piéton est prioritaire aux abords des passages piétons et son non-respect constitue un refus de priorité donnant suite à une amende forfaitaire de 135€ et une perte de 6 points.

  • 02- De nombreux vols de vélos ont lieu à tours, mon entourage et moi-même, nous sommes déjà fait voler à minima une fois notre vélo. Comment allez vous lutter contre ces vols toujours nombreux ? (Conseil du 16/12/20)

    Réponse d’Armelle Gallot-Lavallée, adjointe déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière, et de Philippe Geiger, adjoint délégué à la Tranquillité publique, à la police de proximité, sécurité civile et laïcité

    Concernant le problème de vol de vélos, la ville souhaite développer plusieurs services de stationnement vélo sécurisé. La Métropole a déjà installé 11 grands abris vélo sécurisé. Des consignes collectives sont installées sur les grosses stations de tramway : Vaucanson, Monconseil, Marne, Beffroi, Verdun, Rotière, Palais des Sports, ...

    Nous travaillons à un grand projet de vélostation à la gare de Tours. Nous étudions aussi la mise en place de consignes sécurisées de petite capacité de type véloboxes qui pourront être installées dans les rues résidentielles, sur une place de stationnement. Ces abris sécurisés devraient limiter le vol de vélos.

    Enfin, le marquage des vélos vendus sera rendu obligatoire l’année prochaine, qu’ils soient neufs ou d’occasion. Ces numéros uniques et standardisés sont ensuite référencés dans un fichier national qui permet de lutter contre le recel et le trafic de vélos volés. Ce fichier est mis à la disposition des services de police et de gendarmerie nationale sur tout le territoire.

  • 03- Vous qui aimez tant les vélos, allez- vous ouvrir les yeux quant à leurs incivilités sur la route ? (Conseil du 16/12/20)

    >> J'ai déjà écrit à la mairie mais je n'ai reçu aucune réponse. Un jour un drame va arriver ! ils grillent les feux, nous coupent la route , roulent a toute vitesse sur la tranchée sans lumière ou la rue nationale, on ne les voit pas ! Ils refusent la priorité aux piétons etc etc .... idem pour les trotinettes. Je vous assure sur mon honneur que je n'en rajoute pas. Allez-vous faire quelque chose ou attendez-vous un drame ?


    Réponse d’Armelle Gallot-Lavallée, adjointe déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière, et de Philippe Geiger, adjoint délégué à la Tranquillité publique, à la police de proximité, sécurité civile et laïcité


    Concernant le comportement des cyclistes, il est vrai que les cyclistes roulent parfois sur les trottoirs ce qui crée des conflits et du danger avec les piétons. Certains le font par incivilité, la plupart par peur de devoir cohabiter avec le trafic automobile. C’est également pour pallier ce problème que nous nous sommes engagés à créer 40 km d’itinéraires cyclables sécurisés et séparés des autres modes de circulation. Ainsi, les cyclistes ne rouleront plus sur les trottoirs. C’est par exemple ce que nous avons commencé à faire entre la place Choiseul et la gare : par la construction d’une piste cyclable de la rue de Buffon, nous avons réduit le nombre de cyclistes empruntant la rue Nationale, où se concentrent beaucoup de piétons.

    Concernant les incivilités des automobilistes à présent : les équipes municipales précédentes ne demandaient pas aux agents de verbaliser les véhicules stationnés dans les infrastructures cyclables. La demande politique a changé et les comportements vont donc suivre au fur et à mesure. Il n’est pas acceptable que des véhicules stationnent ainsi. Nous avons également rendu possible la vidéo verbalisation des stationnements très gênants afin de gagner en efficacité sur ces verbalisations. Nous demanderons également aux agents de sécuriser les déplacements des piétons. Pour rappel, selon le Code de la route, le piéton est prioritaire aux abords des passages piétons et son non-respect constitue un refus de priorité donnant suite à une amende forfaitaire de 135€ et une perte de 6 points.


    Nous nous sommes également engagés à passer la ville à 30 km/h, pour apaiser la ville et réduire les conflits, assurer davantage de sécurité. Enfin, nous avons prévu de mettre dès 2021 en place une campagne de communication sur le partage de l’espace public et le respect des usagers lents et vulnérables que sont les piétons et cyclistes.

  • 04- Quel avenir pour l'aéroport de Tours ? Verra-t-on l'ouverture d'autres lignes aériennes nationales et internationales ? (Conseil du 16/12/20)

    >> Quel avenir pour l'aéroport de Tours ? Verra-t-on l'ouverture d'autres lignes aériennes nationales et internationales ? Châteauroux semble être en concurrence avec Tours, voire en ballotage favorable. Derrière l'enjeu écologique, l'enjeu économique est aussi important pour la Touraine (développement du tourisme, essor commercial industriel synonyme de créations d'emplois, échanges culturels...).

    Comment envisagez-vous le maintien de l'aérodrome ? (sans subvention, Ryanair va partir comme il l'a fait ailleurs) - dans un contexte post-covid revenu à la normale - qui génère plusieurs dizaines d'emplois dont certains publics, Douanes - 8 emplois, Police... J'ai bien noté le souhait de M. le Maire de conserver l'activité médicale de transport de greffe, mais il y a aussi les Britanniques qui viennent se faire soigner au CHRU de Tours, et les résidents secondaires britanniques en Touraine, de bons clients pour Ryanair et la Touraine. Et le projet de faire venir d'autres compagnies est un échec. Sans compter l'activité maintenance hélicoptères, l'aéro-club, et la zone d'activités future.

    Réponse d’Emmanuel Denis, Maire de Tours

    Votre question porte sur l’avenir et le développement des activités de l’aéroport de Tours.
    L’engagement que nous avons pris est la recherche d’un modèle économique plus vertueux et par la suite la mise à l’arrêt des subventions publiques accordées à RyanAir par les collectivités locales. Plusieurs pistes de développement économique sont aujourd’hui discutées au sein du SMADAIT (Syndicat Mixte pour l'Aménagement et le développement de l'aéroport de Tours Val de Loire), parmi lesquelles le maintien de l’aviation d’affaires, les transferts sanitaires de greffons par le CHRU, les écoles d’aviation, ou encore les services de parking d’avion.

    Cette réflexion n’est aujourd’hui pas achevée, mais elle sera actée lors du renouvellement de la délégation de service publique accordée à EDEIS, qui aura lieu fin 2022. De plus, nous souhaitons privilégier les vols entrants aux vols sortants, car ce sont eux qui apportent un bénéfice pour le territoire.

    Tout au long de ce processus, notre présence active au SMADAIT et notre vice-présidence à la politique aéroportuaire à la Métropole nous permettront de défendre les intérêts des Tourangelles et Tourangeaux, avec comme ligne directrice la réduction massive de l’injection d’argent public dans le modèle économique de l’aéroport. Cet engagement a d’ores et déjà porté ses fruits avec la renégociation des subventions accordées à RyanAir afin qu’elles soient corrélées au départ effectif de vols, largement en baisse depuis le début de la crise sanitaire.

    Cette négociation va ainsi permettre l’économie d’un million d’euros de subventions publiques entre novembre 2020 et mars 2021. Nous poursuivrons ce travail tout au long de l’année 2021, fidèles à nos engagements et volontaires dans notre action.

  • 05- Comment avez-vous l'intention d'intervenir auprès du concessionnaire de l'autoroute A10 pour traiter le bruit dans la traversée de TOURS ? (Conseil du 16/12/20)

    >> Nocif pour la santé - notamment au niveau du viaduc sur les voies ferrées quartier Velpeau - au dessus du remblai.
    L'écran actuel en plexiglass de 1,40 m est inefficace. Il faut un vrai mur antibruit, et dans un premier temps un nouvel enrobé réellement antibruit, identique à l'ancien enrobé alvéolaire et drainant posé il y a environ 25 ans. Le récent enrobé dit antibruit par le concessionnaire est très peu efficace - voir l'excellent constat réalisé par les riverains de la section sud de Tours qui va passer à 3 voies.
    A noter que je n'ai pas choisi d'habiter près de l'autoroute, j'y suis arrivé avec mes parents bien avant la DUP de l'autoroute datant de 1962.

    Réponse d’Emmanuel Denis, Maire de Tours

    Le bruit de l’autoroute ne relève pas de la compétence municipale, contrairement au bruit de voisinage, mais de la compétence métropolitaine : la Métropole est ainsi en charge du bruit des infrastructures : bruit routier, ferroviaire, aérien et des installations classées pour la protection de l’environnement.

    De même, les actions concernant l’autoroute elle-même, comme l’enrobé, sont du ressort de son gestionnaire, en l’occurrence ici, Cofiroute.

    Par ailleurs, des cartes de Bruit Stratégique métropolitaines seront disponibles à partir du mois de février. Celles-ci représenteront un premier diagnostic du bruit sur le territoire de la Métropole. Elles seront complétées par un Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement qui permettra de mettre en place des actions concrètes pour réduire le bruit et préserver les zones de calme.

    Les dernières données dont nous disposons indiquent que le bruit lié à l’autoroute a diminué, notamment du fait de la baisse de la vitesse sur cette portion de l’autoroute. Des efforts restent bien sûr à fournir sur cette infrastructure et Cofiroute a lancé un projet d’expérimentation de mur anti-bruit et producteur d’électricité sur l’A10, sur une partie de la traversée entre Loire et Cher.

    Par ailleurs, sur l’ensemble des sujets liés aux autoroutes, un dialogue permanent existe entre les services métropolitains, et plus particulièrement la Direction des Infrastructures et le gestionnaire afin de limiter les impacts de tels équipements sur les riverains.

  • 06- Quand comptez-vous rouvrir le pont Wilson ? (Conseil du 16/12/2020)

    >> Pour ainsi alléger la circulation des 2 autres ponts à l'embauche du matin et inciter les gens à venir à Tours pour faire travailler les commerces au lieu de les rebuter ce pont, très souvent vide de piétons et vélos, ayant largement la place de circuler sur les tracés déjà existants ... et à ce moment là à quoi sert le pont de file où les voitures déjà ne peuvent pas passer et c'est très bien ainsi puisqu'il a déjà été consacré aux piétons et aux voitures ??

    Réponse d’Armelle Gallot Lavallée, Adjointe aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière


    Votre question portait sur une éventuelle réouverture du pont Wilson au trafic automobile.
    La piétonnisation du pont Wilson a permis d’améliorer les conditions de circulation et de sécurité pour les piétons comme pour les cyclistes : davantage de piétons utilisent désormais le trottoir ouest du pont pour y admirer la Loire, ce qui n’était pas le cas auparavant en raison de la proximité qui existait avec les voitures.
    Au niveau des cyclistes, nous observons une hausse de 20% de la fréquentation du pont Wilson depuis la piétonnisation. Il ne s’agit pas d’un report depuis le pont de fil où la fréquentation se maintient, mais bien de trajets supplémentaires réalisés à vélo. Ces cyclistes et piétons utilisent le pont pour aller travailler, consommer dans les commerces, se divertir …

    La circulation des automobilistes a été très compliquée pendant les travaux de l’autoroute A10. Depuis qu’ils sont terminés, la circulation est revenue à son niveau de fluidité habituelle aussi bien sur le pont Mirabeau que sur le pont Napoléon.
    Tous ces chiffres de fréquentation des infrastructures cyclables sont par ailleurs consultables en ligne sur l’espace open data de la Ville de Tours: https://data.tours-metropole.fr/explore/dataset/comptage-velo-donnees-compteurs-syndicat-des-mobilites-de-touraine/table/

    Une réunion est prévue prochainement afin de faire le bilan des pistes créées lors de la crise sanitaire. Nous y évoquerons notamment le futur à donner au pont Wilson.

  • 07- J'aimerais savoir pour quelles raisons la réalisation de la ligne 2 du tramway prend autant de temps à démarrer ? (Conseil du 15/02/20121)

    Des villes voisines comme Angers ou Nantes ont été bien plus rapide à la réalisation d'un réseau de tramway performant et efficace pour que leurs populations utilisent moins la voiture. Beaucoup de tourangeaux trouvent incompréhensible le temps pris pour débuter des travaux ( que ce soit d'ailleurs pour le tramway ou pour la réalisation du nouveau quartier des sanitas ou des casernes près de la place rabelais !!!! Est il possible d'accélérer au moins les travaux du tramway ?

    Réponse de Christophe Boulanger, Conseiller municipal délégué à l’exemplarité de la commande publique ; Vice-Président de Tours Métropole Val de Loire délégué à la Politique des mobilités et au schéma cyclable

    Votre question concerne la réalisation de la deuxième ligne de tramway. Le projet de tramway est porté par Tours Métropole Val de Loire, chargée de définir et mettre en œuvre la politique des transports en commun, en lien étroit avec les communes concernées par le tracé.

    Lancée en 2017, la mise en service de cette ligne 2 est prévue fin 2025. Je rappelle qu’une première concertation publique sur le tracé du tramway a eu lieu en 2018, suivie des études d’insertion et d’aménagement entre 2019 et début 2021.

    Cette année, le projet entre dans sa phase d’études d’avant-projet. Comme tout projet d’infrastructure, la réalisation de la 2e ligne de tramway est un processus complexe nécessitant plusieurs séquences d’études qui permettent d’affiner et d’améliorer le projet avant la phase des travaux. La durée de ces études est estimée à environ deux ans, suivie d’une période de travaux de trois ans environ.

    A cela s’ajoutent les projets d’aménagement urbains connexes de revalorisation des espaces publics. A titre d’exemple, une démarche participative sera engagée avant l’été, en vue du lancement d’un concours de maitrise d’œuvre pour l’aménagement de la place Jean-Jaurès.

    Tous les retours d’expérience des projets de tramway français montrent que la réalisation d’un projet de cette envergure nécessite plusieurs années à compter de la délibération décidant la réalisation du projet et sa mise en service.

    Ainsi, les villes comme Angers ou Nantes n’ont pas été plus rapides dans la réalisation de leurs lignes de tramway : le réseau de Nantes notamment est très développé à ce jour, mais la décision de réalisation de la première ligne date des années 70, et les autres ont suivi régulièrement depuis.

  • 08- Pourquoi ne pas adapter les tarifs horaires des parkings de surfaces ou sous-terrains , suivants leurs historiques d’utilisations ? (Conseil du 15/02/2021)

    Pourquoi ne pas adapter les tarifs horaires des parkings de surfaces ou sous-terrains , suivants leurs historiques d’utilisations? Aller plus loin que ce qui est déjà fait !
    L’Objectif serait d’optimiser au maximum le remplissage de ces outils de stationnements !
    Nota: sur Radio Touraine, récemment, Mr Le Maire de Tours à souligné la sous utilisation de ces parkings sous-terrain ! D’où trop d’encombrements de sa Métropole en surface! (Mise en places de caméras de contrôles et de sanctions comme parades!).
    Baisser au maximum les droits d’accès! Les rendre attractifs! Impliquer dans cette gestion tous les bénéficiaires COLLATERAUX, comme les commerces, les administrations, les services.....etc.
    Puis augmenter les DROITS d’accès en fonction des fluctuations d’occupations. Panser aux deux roues et bicyclettes! Les chargeurs des batteries électriques, Sans oublier l’amortissement des matériels, leurs restaurations, leur renouvellement!
    Voir la construction ou la reconstruction de nouveaux services, matériels, parkings innovants. (Redonner l’attractivité du centre ville!) La réflexion doit être une analyse dans sa globalité; historique, présente et d’avenir de sécurité! Prévoir les budgets pluriannuels sans verrouiller les projets techniques afin de libérer leurs progrès d’innovation! Dans tout les CAS ! Le SERVICE A LA PERSONNE DOIT ÊTRE UNE PRIORITÉ ! Bon courage et bon travail !

    Réponse d’Armelle Gallot-Lavallée, Adjointe aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Votre question concerne la politique de la collectivité en matière de stationnement en centre-ville.

    Une politique publique du stationnement va être élaborée au cours de cette mandature, en lien très étroit avec tous les autres projets de mobilité conduits par la Ville ou la Métropole.

    Elle deviendra un véritable outil au service de la transition des mobilités et de l’aménagement de l’espace public. Cette politique doit également permettre de mieux faire fonctionner le stationnement en tant que tel, p.ex. en aidant à davantage de rotations.

    Aujourd’hui, on constate que les capacités des parkings souterrains sont sous-utilisées. Or, il nécessaire d’optimiser le partage de l’espace public entre les différents usages, le stationnement étant l’un des plus gros consommateurs d’espace. De plus, le fonctionnement actuel des places de stationnement ne permet pas toujours d’assurer la rotation dans tous les quartiers où cela serait nécessaire.

    De manière globale, nous souhaitons faciliter la recherche de stationnements pour l’ensemble des usagers qui en ont besoin (livraisons, PMR, stationnement des résidents…), proposer de nouveaux services aux utilisateurs de vélos, ou encore mieux articuler les parkings souterrains avec le stationnement de surface… .

    Cette politique sera co-construite avec les habitants et différents collectifs d’usagers, notamment au moment de la fin des actuelles délégations de service public des parkings souterrains et du contrôle du stationnement payant.

  • 09- Quand est-ce que vous comptez améliorer les transports en commun comme les bus fil bleu ? (Conseil du 15/02/20121)

    Rajouter des bus dans les alentours de Tours, comme Mettray, Parcay , la Membrolle ect... C'est embêtant de ne pas pouvoir se déplacer comme on veut, et surtout pour les personnes qui veulent déménager et qui n'ont que ce transport pour ce déplacé, cela nous restreint pour trouver un appartement en campagne, je pense aussi à tous les habitants qui habitent dans ces lieux.

    Réponse de Christophe Boulanger, Conseiller municipal délégué à l’exemplarité de la commande publique et Vice-Président de Tours Métropole Val de Loire délégué à la Politique des mobilités et au schéma cyclable


    Votre question concerne la desserte en transports en commun des communes voisines de Tours, et plus particulièrement celles situées au nord de la Ville.

    Je précise que cette question relève des compétences de Tours Métropole Val de Loire, chargée de définir et mettre en œuvre la politique des transports en commun. La gestion des réseaux Fil Bleu (bus et tramway) et Fil Blanc (service de transports pour les personnes à mobilité réduite) est confiée à la société KEOLIS.

    Les communes de Mettray, La-Membrolle-sur-Choisille et Parcay-Meslay bénéficient aujourd’hui d’une desserte par le réseau de transport collectif Fil Bleu avec des lignes de bus régulières (Lignes 51/52/53). Des services de transport à la demande (R9 et R7) complètent l’offre en apportant une solution de transport sur les zones peu denses.
    Les services de transport en commun répondent à un principe d’intérêt général, ou à un besoin collectif. Ils sont définis et calibrés au regard de certains critères (densité de la population et des emplois, desserte des équipements et services…), ainsi que des besoins en mobilité identifiés via les enquêtes et données de validation enregistrées sur les lignes du réseau.

    En complément, les parcs-relais de Vaucanson, Mayer et Tranchée constituent aussi une solution de rabattement sur la ligne de tramway offrant un niveau de service très attractif. Ces parcs-relais élargissent la zone d’influence du réseau Fil Bleu en attirant des populations résidant dans des zones peu denses. Ils diminuent la pression du stationnement en centre-ville et captent des déplacements domicile-travail en semaine et les déplacements achats-loisirs le week-end.

    En conclusion, l’organisation d’un réseau de transports collectifs nécessite de trouver un équilibre entre les besoins identifiés, la fréquentation potentielle des lignes, et la capacité financière (nécessairement limitée) de la collectivité à étendre ou étoffer l’offre de transports existante.

  • 10- Comment comptez-vous remettre en place l'aide à l'achat de vélos ? quand ? dans quelles conditions ? (Conseil du 15/02/2021)

    Bonjour,
    J'ai pu remarquer l'aide à l'achat d'un vélo que vous avez mis en place en fin d'année 2020. Loin de vouloir donner les arguments à l'opposition pour remettre en cause cette aide, je tiens à préciser que je l'approuve pleinement. Mais je m'interroge sur le fait qu'elle ait avant tout bénéficié aux populations les plus aisées.
    Pour ma part, si je n'en ai pas bénéficié, c'est que l'aide était trop ponctuelle pour que je puisse anticiper l'achat d'un vélo. Car il faut avoir un peu d'épargne pour avancer l'achat. Et il me semble que c'est le quotidien des personnes précaires : tenter de garder 300 euros sur son livret A au cas où. J'espère que vous comprenez comment il ne s'agit pas seulement d'ouvrir une aide pour que tout le monde ait le choix d'en bénéficier. Il aurait été plus juste de prévoir une date d'échéance plus tardive. Sûrement soumettre cette aide à un plafond de revenus. Pourquoi cela n'a pas été mis en place ?
    Donc je dis oui à cette aide, mais comment comptez-vous la remettre en place ? quand ? dans quelles conditions? Si je veux bénéficier de cette aide, devrais-je attendre 2 ans, 3 ans, ou me conseillez-vous de m'asseoir dessus ?
    Je vous remercie pour votre réponse
    Cordialement

    Réponse d’Armelle Gallot-Lavallée, adjointe au Maire déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière


    Votre question porte sur l’aide à l’achat de vélos, mise en place par la municipalité du 12 octobre au 31 décembre 2020.

    Cette aide était accessible sans conditions de ressources, donc ouverte à tou.te.s, de manière à inciter le plus grand nombre à franchir le pas et à utiliser le vélo pour les déplacements du quotidien. Je précise que l’enveloppe dédiée à cette aide n’était pas limitative et toutes les demandes déposées jusqu’au 31 décembre ont pu être honorées.
    Bien que non assortie de critères de revenus, on ne peut ni affirmer ni infirmer que cette aide ait bénéficié principalement aux plus aisés. Plus de 1 400 vélos ont été achetés sur la période, dont p.ex. 28% par des habitants de Tours Nord (ce qui correspond au pourcentage de la population tourangelle y habitant). Afin d’avoir des informations plus précises sur l’impact de notre aide et dans l’optique d’améliorer notre dispositif si nous venions à le reconduire, nous réfléchissons à la mise en place d’un questionnaire à adresser aux bénéficiaires pour mieux connaître leur profil, mais également aux non bénéficiaires qui, comme vous, pourront nous expliquer pourquoi ils n’ont pas souhaité ou pu bénéficier de l’aide.

    Nous comprenons bien entendu votre situation et la difficulté à constituer l’épargne suffisante pour l’achat d’un vélo avant le versement de la participation de la Ville. A l’issue de cette première expérimentation, et en fonction des disponibilités budgétaires, le dispositif pourra être reconduit au cours du mandat, avec des règles susceptibles d’évoluer.

    Nous avons par ailleurs constaté un fort intérêt d’habitants d’autres communes membres de la Métropole pour cette aide. Si elle est reconduite, il semble pertinent qu’elle le soit à l’échelle métropolitaine.

    En parallèle, je vous invite à regarder le dispositif de location longue durée Velociti : la Métropole propose à la location pour plusieurs mois voire années des vélos classiques, pliants et électriques à des tarifs intéressants.

    Nous avançons également sur les autres aspects du plan vélo, en améliorant notamment la sécurité des usagers avec des pistes cyclables protégées et continues ainsi que le développement de solutions de stationnement sécurisé.

  • 11- Observations concernant l'impact de la pietonisation du pont Wilson (Conseil du 15/02/2021)

    Bonjour tourangeau depuis la naissance.....je vote plus depuis les municipales...(j aurais dû) Tours devient insupportable je m’ sens plus a l’aise ,je travaille à Tours centre , la pollution à partir du pont Napoléon jusqu'au halles insupportable....les vélos sur les trottoirs, en sens interdit, il y a marre . Quand allez-vous revenir sur votre décision d ouvrir le pont wilson....il y a plus de place de parkings...vous avez tout fermé ( une vrai dictature) définition des verts : vert à l l'extérieur rouge à l’intérieur voilà pourquoi vous êtes des pastèques.

    Réponse d’ Armelle Gallot-Lavallée, adjointe aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Vous nous faites part de vos observations concernant l’impact de la piétonisation du pont Wilson.

    Je précise que cette mesure a été prise afin d’améliorer les conditions de circulation et de sécurité des cyclistes et des piétons, et donc de permettre à davantage de personnes d’utiliser ces moyens de transport.

    C’est efficace puisque nous observons une hausse de 20% de la fréquentation du pont Wilson depuis la piétonisation. Il ne s’agit pas d’un report depuis le pont de fil où la fréquentation se maintient, mais bien de trajets supplémentaires réalisés à vélo alors qu’ils étaient auparavant réalisés via d’autres modes de transport.

    La circulation des automobilistes a été très compliquée pendant les travaux de l’autoroute A10, jusqu’au mois d’octobre. Depuis qu’ils sont terminés, la circulation est revenue à son niveau de fluidité habituelle. Tous les chiffres de fréquentation des infrastructures cyclables sont par ailleurs consultables en ligne sur l’espace open data de la Ville de Tours: https://data.tours-metropole.fr/explore/dataset/comptage-velo-donnees-compteurs-syndicat-des-mobilites-de-touraine/table/

    Ces résultats ont été présentés aux commerçants, aux associations de cyclistes et de transports en commun. Ces discussions nous ont permis d’identifier des points d’amélioration (stationnement des vélos en centre-ville, les mesures spécifiques qui seront mises en place pendant les travaux sur le pont Napoléon cet été… ) mais ces acteurs n’ont pas remis en cause la piétonisation du pont Wilson.

    Vous souhaitez également attirer notre attention sur les incivilités commises par certains cyclistes dans l’espace public.

    Il est vrai que les cyclistes roulent parfois sur les trottoirs ou à contre-sens, ce qui crée des conflits et peut mettre en danger les piétons. Certains le font par incivilité, d’autres par peur de devoir cohabiter avec le trafic automobile. La création d’itinéraires cyclables sécurisés et séparés des autres modes de circulation constitue une solution à ce problème. Par ailleurs, la police municipale peut intervenir en cas de non-respect du code de la route.

    Nous vous précisons également qu’une campagne de communication sur le partage de l’espace public sera mise en place cette année.

    Enfin, concernant la question du stationnement, on ne peut affirmer « qu’il n’y a plus de places de parking ». La rotation sur les places en surface est suffisamment importante pour accueillir sans difficulté les personnes se déplaçant en voiture. De plus, les capacités de stationnement en ouvrage sont quant à elles souvent sous-utilisées.
    En complément, les parcs-relais constituent aussi une solution de rabattement sur la ligne de tramway. Ils diminuent la pression du stationnement en centre-ville et captent des déplacement domicile-travail en semaine et les déplacements achats-loisirs le week-end.

  • 12- Quid du pont Wilson ? Vu les bouchons sur les ponts Mirabeau et Napoléon, de la pollution que cela génère quand les moteurs tournent au ralenti ? (Conseil du 15/02/2021)

    Le bénéfice réelle face à l'augmentation de la pollution et du temps de parcours ?

    Réponse d’Armelle Gallot-Lavallée, adjointe au Maire déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière


    Votre question porte sur les impacts sur la qualité de l’air de la piétonisation du pont Wilson.
    Cette mesure a été prise afin d’améliorer les conditions de circulation et de sécurité des cyclistes et des piétons, et donc de permettre à davantage de personnes d’utiliser ces moyens de transport. Les piétons ont désormais le large trottoir Est qui leur est dédié et peuvent circuler sur le trottoir Ouest sans être frôlés par les voitures. Le parcours des cyclistes a été rendu plus confortable et plus sécurisé. C’est efficace puisque nous observons une hausse de 20% de la fréquentation du pont Wilson depuis la piétonisation. Il ne s’agit pas d’un report depuis le pont de fil où la fréquentation se maintient, mais bien de trajets supplémentaires réalisés à vélo alors qu’ils étaient auparavant réalisés via d’autres modes de transport.

    La circulation des automobilistes a été très compliquée pendant les travaux de l’autoroute A10, jusqu’au mois d’octobre. Depuis qu’ils sont terminés, la circulation est revenue à son niveau de fluidité habituelle aussi bien sur le pont Mirabeau que sur le pont Napoléon. Le flux de circulation a légèrement augmenté sur le pont Napoléon, sans que cela entraîne des ralentissements supplémentaires.

    Tous ces chiffres de fréquentation des infrastructures cyclables sont par ailleurs consultables en ligne sur l’espace open data de la Ville de Tours: https://data.tours-metropole.fr/explore/dataset/comptage-velo-donnees-compteurs-syndicat-des-mobilites-de-touraine/table/

    Ces résultats ont été présentés aux commerçants, aux associations de cyclistes et de transports en commun. Ces discussions nous ont permis d’identifier des points d’amélioration (stationnement des vélos en centre-ville, mesures spécifiques à mettre en place en cas de travaux lourds sur d’autres ponts) mais ces acteurs n’ont pas remis en cause la piétonisation du pont Wilson.

  • 13- La Mairie compte-t-elle intervenir auprès de l’autorité organisatrice des transports pour s’opposer à la fermeture des guichets de la gare de Tours ? (Conseil du 15/02/21)

    Fermeture prévues dans un avenir proche. Une décision très dommageable pour l’emploi et le Service Public ferroviaire dans notre ville.

    Réponse d’Emmanuel Denis, Maire de Tours

    Vous souhaitez m’alerter sur le risque d’une fermeture des guichets accueillant le public à la gare de Tours.

    Vous évoquez un risque de fermeture des espaces de vente de billets. Si les horaires d’ouverture des guichets ont été revus dans le cadre des différentes mesures sanitaires (couvre-feu…), nous n’avons pas connaissance à ce jour d’un projet de fermeture.
    Je suis très attaché au maintien de ce service indispensable au public, et je reste très vigilant quant aux éventuelles évolutions qui pourraient venir impacter son fonctionnement.

  • 14- Quel est le bilan de la prime vélo ? Pourquoi ne pas la prolonger compte tenu des problèmes d'approvisionnement des magasins ? (Conseil du 29/03/21)

    Réponse d’Armelle Gallot Lavallée, Adjointe aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Votre question porte sur l’aide à l’achat de vélos, mise en place par la municipalité du 12 octobre au 31 décembre 2020.

    Cette aide était accessible sans conditions de ressources, donc ouverte à tou.te.s, de manière à inciter le plus grand nombre à franchir le pas et à utiliser le vélo pour les déplacements du quotidien. Je précise que l’enveloppe dédiée à cette aide n’était pas limitative et toutes les demandes déposées jusqu’au 31 décembre ont pu être honorées.
    Le vélo devait être acheté ou commandé (avec le versement d’un acompte) avant la date limite, ce qui a permis de pallier d’éventuels retards d’approvisionnement des magasins.
    Sur cette période, 1 464 vélos ont été subventionnés, dont 80 % de vélos mécaniques et 20% de vélos électriques. Il s’agit principalement de vélos neufs commandés auprès de commerces locaux, avec une subvention moyenne attribuée de 193 €.

    Le dispositif a également suscité un fort intérêt d’habitants d’autres communes membres de la Métropole. Si l’aide devait être reconduite, il semblerait pertinent qu’elle le soit à l’échelle métropolitaine.

    Pour celles et ceux qui n’auraient pu bénéficier de cette aide, d’autres dispositifs existent, comme p.ex. le dispositif de location longue durée Velociti : la Métropole propose à la location pour plusieurs mois voire années des vélos classiques, pliants et électriques à des tarifs intéressants.

    Nous avançons également sur les autres aspects du plan vélo, en améliorant notamment la sécurité des usagers avec des pistes cyclables protégées et continues ainsi que le développement de solutions de stationnement sécurisé.

  • 15- Serait il possible de faire en sorte que la veloroute de la rue Buffon ne soit plus un lieu où peuvent stationner camions de déménagement, camions de livraison, voitures de police municipale... (Conseil du 29/03/2021)

    Réponse d’Armelle GALLOT LAVALLEE, Adjointe aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Votre question porte sur des problématiques d’encombrement de la piste cyclable rue Buffon.

    Je précise que certaines occupations du domaine public sont parfois nécessaires, p.ex. pour permettre les travaux, l’installation de bennes ou engins de chantiers. Dans ce cas, ces occupations doivent préalablement être autorisées et elles font l'objet d'une facturation.

    La police municipale est chargée de vérifier la bonne application des arrêtés municipaux et elle peut intervenir en cas de signalements de débordements.

    En cas de stationnements gênants et illicites, la verbalisation est de mise.

    Parallèlement la verbalisation classique, nous développons des actions pour sensibiliser les automobilistes à ces incivilités qui portent atteinte à la liberté de circulation de tous les autres usagères et usagers de la voie et qui peuvent mettre en danger les plus vulnérables d’entre eux.

  • 16- Je rencontre tous les jours des voitures à l'arrêt avec le moteur qui tourne, longtemps. Serait il possible de faire une campagne de prévention et d'éducation en utilisant les espaces d'affichage de la ville ? (Conseil du 29/03/2021)

    J'habite le centre de ville à Tours, et je suis amenée à me déplacer à pieds plusieurs fois par jour. Je rencontre tous les jours des voitures à l'arrêt avec le moteur qui tourne, longtemps. Elles sont de plus en plus nombreuses. Souvent c'est une méconnaissance de la loi (c'est interdit) ou des effets sur la qualité de l'air. Parfois, je me permets de demander au conducteur de couper son moteur, mais ce n'est pas mon rôle. Serait il possible de faire une campagne de prévention et d'éducation en utilisant les espaces d'affichage de la ville ? Pourriez vous inciter la police et la gendarmerie à faire des rappels à la loi ?

    Réponse d’Armelle GALLOT LAVALLEE, Adjointe aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Vous proposez la mise en place d’une campagne de prévention et d'éducation afin de sensibiliser les conducteurs de véhicules à éteindre le moteur alors même qu’ils sont en stationnement. Aussi, vous souhaiteriez que la police et la gendarmerie soient incitées à faire des rappels à la loi.

    Malgré l’interdiction, certains automobilistes laissent leur moteur allumé à l’arrêt ce qui provoque des nuisances tant sonores qu’environnementales. La pollution engendrée peut avoir des répercussions sur la santé et le réchauffement climatique. Contrairement à une croyance persistante, laisser son moteur allumé lors des courtes pauses n’est pas moins énergivore que de redémarrer sa voiture. Le fait de faire tourner son moteur à l’arrêt est par ailleurs sanctionné d’une contravention de 4e classe, c’est-à-dire une amende forfaitaire de 135 €.
    Concernant votre proposition de campagne de prévention, il nous semble important de l’inclure dans un plan d’action plus globale. Par exemple, nous développerons un observatoire des pollutions qui informera les citoyens sur la qualité de l’air de manière quotidienne.

    Un travail sur la qualité de l’air est par ailleurs effectué par la Métropole au travers du Plan Climat Air Energie Territorial, en cours d’élaboration.

    Plus généralement, l’amélioration de la qualité de l’air est un objectif poursuivi par l’ensemble de notre politique de mobilité. Les projets de transport en commun (2e ligne de tram, 2e ligne de bus à haut niveau de service), la création d’un réseau cyclable structurant, le réaménagement de l’espace public en faveur des piétons, l’accompagnement des entreprises à la transition de la logistique du dernier km… concourront tous à une amélioration de la qualité de l’air, en plus de leurs objectifs d’apaisement de la ville.

  • 17- Serait-il possible de mettre en place un service de location de trottinettes électriques ? (Conseil du 28/09/2021)

    Réponse d’Armelle Gallot Lavallée, Adjointe au Maire déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Je vous remercie pour votre question posée en vue de la séance du Conseil Municipal du 28 septembre 2021. Toutes les questions reçues n’ont pu être présentées en séance mais nous tenons à apporter à chacun et chacune une réponse écrite.

    Vous nous interrogez sur la possibilité de mettre en place un service de location de trottinettes électriques. Cela pourrait prendre deux formes : un service de location longue durée type Velociti et un service de free floating ou semi floating.

    Nous nous sommes beaucoup renseignés sur la deuxième option et, suite à ces réflexions, nous ne souhaitons pas soutenir l’installation d’un service de flotte partagée sur l’espace public. Les expériences d’autres villes montrent que ce service s’intègre mal aux autres usages de l’espace public et que les dégradations récurrentes des matériels laissés sur le domaine public peuvent poser question quant à la pérennité possible de ce type de prestation.

    L’extension du service de location longue durée de Velociti avec de nouveaux véhicules comme des vélos spéciaux ou des trottinettes électriques pourrait être envisagée si le Syndicat des Mobilités de Touraine (SMT) gestionnaire le décidait.

    Évidemment, la position de la municipalité quant aux flottes partagées sur l’espace public n’empêche pas l’utilisation individuelle de ce moyen de transport, ou la mise en place de systèmes de location portés par des opérateurs privés.

  • 18- J’habite le quartier Velpeau depuis 2012 en proximité de l’autoroute et je constate que les années passent sans aucun investissement est fait pour atténuer les nuances sonores. (Conseil du 28/09/2021)

    Effectivement j’ai fait le choix de vivre à proximité de l’autoroute mais les murs anti-bruits existent, d’ailleurs certains riverains bénéficient de ces protections entre la Loire et la sortie de chambray. Quid des habitants de Tours ? Pourquoi cette autoroute n’est pas déviée afin de limiter le bruit dans l’agglomération? Pourquoi ne pas la couvrir complètement comme de nombreuses villes et réaliser une coulée verte ou les Tourangeaux pourrait respirer dans ce bruit perpétuel !

    Réponse d’Armelle Gallot Lavallée, Adjointe au Maire déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Votre question porte sur les nuisances sonores générées par le passage de l’autoroute à proximité du quartier Velpeau.

    Une baisse constatée de la vitesse sur cette portion de l’autoroute a contribué à diminuer le bruit, le trafic important sur cet axe continue à générer des nuisances pour les riverains, bien que les seuils réglementaires soient respectés.

    Si les infrastructures routières sont une compétence métropolitaine, la ville de Tours porte bien entendu une attention particulière aux actions qui seront mises en œuvre sur son territoire.

    Je précise que Tours Métropole Val de Loire, l’État et Cofiroute ont signé en juin dernier la convention « Autoroute bas carbone » qui fixe un cadre entre ces trois entités pour travailler collectivement à la diminution des nuisances liées à la traversée de la ville par l’autoroute.

    La convention Autoroute bas carbone vise aussi à diminuer les nuisances sonores générées par l’autoroute, en définissant des objectifs de réduction du bruit qui pourraient être atteints grâce à un travail sur la vitesse des véhicules, les revêtements routiers et d’éventuels panneaux phoniques.

    A nouveau, la ville de Tours restera vigilante quant aux solutions qui seront mises en œuvre dans ce cadre afin d’améliorer le confort acoustique et le cadre de vie des riverains.

  • 19- Comment la municipalité prévoit-elle de gérer les conflits d'usage entre piétons et cyclistes particulièrement sur les chemins de bord de Loire ? (Conseil du 28/09/2021)

    L'accroissement du nombre de cyclistes, une bonne chose en soi, se fait toujours aux dépens des piétons dont le mode de déplacement reste le plus écologique. Comme dans toutes les grandes villes les incivilités se déplacent de l'automobiliste au cycliste et toujours aux dépens des plus vulnérable.

    Réponse d’Armelle Gallot Lavallée, Adjointe au Maire déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Votre question porte sur les conflits d’usage qui peuvent survenir sur les espaces de circulation partagés par différents modes de déplacements, en particulier entre cyclistes et piétons.

    Lorsque des voies spécifiques peuvent être aménagées, elles le sont, comme par exemple sur le pont Napoléon ou le pont Wilson, afin de séparer les différents usagers.

    Il est vrai que les cyclistes roulent parfois sur les trottoirs ce qui crée des conflits et du danger pour les piétons. Certains le font par incivilité, la plupart par peur de devoir cohabiter avec le trafic automobile. C’est également pour pallier ce problème que nous travaillons à la création d’itinéraires cyclables sécurisés et séparés des autres modes de circulation.

    Ce n'est cependant pas possible partout, et des espaces partagés et de rencontre sont nombreux en ville.

    C’est également le cas de certains secteurs des bords de Loire. L’aménagement entre le pont de fil et Rochecorbon permet une bonne cohabitation car l’espace est suffisamment large, mais d’autres portions plus à l’ouest sont plus ou moins aménagées en fonction de l’espace disponible.

    Dans ces cas, il revient à chaque usager de respecter les autres afin d’éviter les situations accidentogènes. Il s'agit le plus souvent de comportements individuels qui ne peuvent – ou difficilement - être réglementés.

    En cas de non-respect du code de la route, la police municipale peut toutefois faire des rappels à l’ordre ou procéder à des verbalisations.

    Pour apaiser la ville et réduire les conflits et assurer davantage de sécurité nous avons prévu de mettre en place une campagne de communication sur le partage de l’espace public et le respect des usagers lents et vulnérables que sont notamment les piétons.

  • 20- Qu’en est-il au sujet d'un giratoire au niveau du pont Mirabeau en venant du nord de Tours. Car lorsque que l'on veut tourner à gauche en direction de St Pierre des Corps il est dangereux tourner. (Conseil du 28/09/2021)

    Réponse d’Armelle Gallot Lavallée, Adjointe au Maire déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Vous nous interrogez sur la possibilité d’aménager un rond-point à la sortie du pont Mirabeau, côté sud, afin de permettre aux automobilistes de tourner plus facilement à gauche en arrivant de Tours Nord.

    Je précise que les largeurs de voirie à cet endroit ne permettent pas l’installation d’un giratoire.

    La phase de tourne à gauche dispose toutefois d’une voie dédiée pour faciliter la circulation.

  • 21- Est-il envisagé de renouveler l’aide à l’achat de vélo (électrique et non-électrique) ? (Conseil du 06/12/2021)

    Réponse d’Armelle Gallot-Lavallée, Adjointe au Maire déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Votre question porte sur l’aide à l’achat d’un vélo que la municipalité avait mise en place jusqu’au 31 décembre 2020.

    Cette aide avait comme objectif d’inciter les bénéficiaires à franchir le pas et à utiliser le vélo pour les déplacements du quotidien.

    Elle a permis de subventionner 1 464 vélos, dont 80 % de vélos mécaniques et 20% de vélos électriques, commandés majoritairement auprès de commerces locaux.

    Sa reconduction n’est aujourd’hui pas prévue par la Ville, mais le dispositif a également suscité un fort intérêt d’habitants d’autres communes membres de Tours Métropole Val de Loire. Si l’aide devait être reconduite, il semblerait pertinent qu’elle le soit à l’échelle métropolitaine.

    Pour celles et ceux qui n’auraient pu bénéficier de cette aide, d’autres dispositifs existent, comme p.ex. le dispositif de location longue durée Velociti : la Métropole propose à la location pour plusieurs mois voire années des vélos classiques, pliants et électriques à des tarifs intéressants.

    Nous avançons également sur les autres aspects du plan vélo, en améliorant notamment la sécurité des usagers avec des pistes cyclables protégées et continues, ainsi que le développement de solutions de stationnement sécurisé.

  • 22- Quelles mesures pour solutionner les nuisances sonores auxquelles sont exposées les riverains du pont Mirabeau, liées à l’important trafic automobile sur cet axe (Conseil du 06/12/2021)

    Le nombre de logements Tours Nord ne fait que d'augmenter. Il est une évidence que ces personnes passent par le pont Mirabeau pour aller en Ville ou Tours Sud impliquant une circulation de plus en plus importante sur cet axe constitué d'un passage à ciel découvert amplifiant les nuances sonores et permet aux motards le weekend d'accélérer pour entendre le bruit de leur moto. A part quelques panneaux indiquant 50km/h, les vitesses sont très peu respectées. Cela devient invivable pour les riverains proches du pont. Quelles mesures comptez-vous prendre pour solutionner cette situation !

    Réponse d’Armelle Gallot Lavallée, Adjointe au Maire déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Vous souhaitez appeler notre attention sur les nuisances sonores auxquelles sont exposées les riverains du pont Mirabeau, liées à l’important trafic automobile sur cet axe.
    Comme vous l’indiquez dans votre question, ce pont est l’une des principales portes d’entrée et de traversée de Tours, avec les ponts Napoléon et celui de l’A10, générant un passage de plus de 30 000 véhicules par jour.

    Afin de limiter les nuisances liées aux incivilités routières, des contrôles de vitesse sont fréquemment opérés par la police municipale, notamment la nuit. Ainsi, les comportements dangereux, tels que les dépassements excessifs, sont repérés et peuvent être sanctionnés.

    En complément, des contrôles permettant de vérifier le respect de la voie de bus sont régulièrement mis en place.

    L’urbanisation de nouveaux secteurs à Tours Nord ces dernières années n’a en revanche pas eu d’impact sur le trafic routier sur le pont Mirabeau. Ainsi, les données de comptage que vous trouverez ci-dessous, ne montrent pas d’augmentation de la circulation sur ce tronçon, hormis pour l’année 2019 en lien avec la fermeture de l’autoroute A10 pour travaux.

    Si la gestion du bruit lié aux infrastructures routières relève d’une compétence métropolitaine, nous portons bien entendu une attention particulière aux actions qui seront mises en œuvre sur le territoire de la Ville de Tours. Ainsi, comme il vous a été indiqué dans un précédent courrier, nous avons transmis votre courrier à la Direction de la Transition écologique de Tours Métropole Val de Loire. Nous prendrons l’attache des services concernés pour connaitre la réponse qui vous serait apportée.

  • 23- Des places de stationnement sont supprimées pour aménager des voies pour vélos, très bien ? Dans ces conditions, pourquoi ne pas autoriser les riverains à stationner devant leur garage ? (Conseil du 06/12/2021)

    Moyennant l’affichage de la plaque d’immatriculation du véhicule.
    Cela se fait déjà dans certaines communes. Pourquoi pas Tours ?

    Réponse d’Armelle Gallot Lavallée, Adjointe au Maire déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Vous souhaitez que la Mairie autorise le stationnement des riverains devant leur garage ou leur entrée de maison. Concernant ce sujet, j’ai pu échanger avec un collectif d’habitants de votre quartier lors d’une rencontre l’année dernière.

    Il y a effectivement des places de stationnement qui ont été supprimées pour réaliser des pistes cyclables sécurisées de la rue Buffon et rue Édouard Vaillant (côté sud), mais il n’y a pas eu de suppression de places quartier Velpeau.

    Pour répondre à votre question, je précise que le code de la route, dans son article R417-10, interdit le stationnement devant une entrée d’immeuble, ou d’une maison. Aucune dérogation à cette règle n’est prévue par le code. Ainsi, l’interdiction de stationner devant une entrée s’applique même au propriétaire ou le locataire des lieux.
    Cette interdiction a par ailleurs été réaffirmée il y a quelques années par une réponse ministérielle : Le Ministère de l’Intérieur a précisé que garer son véhicule devant chez soi sur la voie publique contrevenait au principe d’égalité de tous les citoyens devant la loi et équivalait à une privatisation de l’espace public.

    En 2017, la Cour de cassation a également confirmé cette position. La cour considère en effet que nul ne peut stationner sur la voie publique devant l'entrée d'un garage, pas même son propriétaire.

    Si le Maire peut accorder des autorisations de stationner de manière temporaire (p.ex. en réservant des emplacements en cas d’un déménagement), il ne peut en revanche autoriser de manière permanente des stationnements interdits par le Code de la route.

  • 24- Depuis quelques mois, un radar préventif a été installé dans la rue de la Fuye, où j’habite... (Conseil du 06/12/2021)

    Quand j’entends le soir les voitures et les motos foncer dans la rue (limitée à 30km/h) je me dis que cela ne sert pas à grand-chose, à part peut-être en booster certains qui font des concours de vitesse… c’est très insécurisant.

    Armelle Gallot Lavallée, adjojnte au maire déléguée aux transitions des mobilités :

    Tours dispose de sept radars pédagogiques répartis dans la ville. Ce radar, installé le 20 avril dernier à la demande des habitants, a une vertu pédagogique pour la plupart des automobilistes, mais certains (une minorité) le voient comme un challenge. D’après nos statistiques, 1% des automobiles roulent au-dessus des 50 km/h. Pour ces grands excès, laseule option est l’obstacle physique. La pose de ralentisseurs est difficile à mettre en place du fait du passage des bus et des nuisances sonores. Un carrefour à feux ne nous semble pas opportun. Mieux vaut conserver les priorités à droite qui apaisent mieux la circulation. On peut aussi créer des chicanes, voire reprendre des carrefours. Pour revenir à votre question, le radar n’est pas responsable des excès de vitesse. Il n’est que le témoin des incivilités répétées de certains conducteurs minoritaires.

  • 25- Durant la campagne pour les élections municipales de 2020, la liste conduite par E. Denis avait pris l'engagement de revenir sur la délégation à la SAGS du contrôle et de la verbalisation du stationnement à Tours. ( Conseil du 31/01/2022)

    Quand comptez-vous tenir cette promesse et comment allez-vous organiser cette remunicipalisation ?

    Réponse d’Armelle Gallot Lavallée, Adjointe au Maire déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Vous nous interrogez sur le devenir du stationnement payant dont la gestion est aujourd’hui assurée par la société SAGS.

    Afin de donner corps à la politique publique de révolution des mobilités, la ville de Tours va lancer une étude de circulation et de stationnement à l’échelle de l’ensemble de la ville.
    Concernant ce dernier point, le prestataire retenu sera notamment chargé d’accompagner l’équipe municipale dans le choix et la mise en œuvre des nouvelles modalités de gestion du contrôle du stationnement payant.

    Afin de disposer du temps nécessaire pour mener à bien cette réflexion complexe, les modalités actuelles de contrôle du stationnement payant seront maintenues jusqu’à fin 2023.

  • 26- Depuis les déclarations annonçant que la ligne B du tramway aura un impact négatif sur les arbres du boulevard Béranger, des rumeurs annoncent le transfert de la ligne vers le boulevard Jean-Royer. (Conseil du 16 mai 2022)

    Est-ce que des études sur les impacts sonores et vibratoires sur les habitations du boulevard ont été prévues ? Est-ce que la circulation ou le stationnement ont bien été pris en compte dans les travaux à venir ? Alors que l’étude initiale annonçait un faible intérêt pour la fréquentation
    par ce point de passage, qu’est-ce qui justifie ce revirement de situation ?

    Réponse d'Emmanuel Denis, maire de Tours

    C’est un sujet qui concerne la Métropole. Je respecte l’engagement que j’avais pris lors de la campagne des municipales : vérifier si le passage par le boulevard Béranger pose des soucis et met en péril le double alignement central et patrimonial auquel les Tourangelles et les Tourangeaux sont attachés et qui fait partie du règlement du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV). Ces arbres sont tous protégés. La Préfète et l’Architecte des Bâtiments de France (ABF) ont pris une position très ferme là-dessus en estimant que les arbres résiduels de l’alignement extérieur sont constitutifs de la physionomie du double alignement central. Et en prenant un exemple probant : si on coupe les trois arbres sur les places de stationnement en face de la Poste, il y aura un gros trou dans ce double alignement central.

    On a eu trois expertises qui sont arrivées bien trop tard. Si on les avait eues dès février 2018, lors de la première étude, on aurait changé le tracé du tramway dès notre élection.

    J’ai partagé mon sentiment auprès de la Métropole au regard de ces expertises. La question se pose des alternatives possibles. Je n’ai pas de parti pris pour un passage par le boulevard Jean-Royer ou ailleurs. Je souhaite que l’on trouve une issue rapide pour faire avancer ce projet structurant pour Tours. On sait que la partie sud du tramway ne pose, a priori, pas de problème et il faut la lancer le plus vite possible. Tout comme la modification du BHNS 2 [Bus à Haut Niveau de Service NDLR].

    J’attends que la Métropole se positionne.

    Il faut réactiver et optimiser rapidement notre étoile ferroviaire à huit branches dont une relie Tours-Centre à La Riche. Cela pourrait être une partie de la réponse et le volet mobilités du Contrat de Plan État-Région est en cours de discussion. Je n’abandonne pas l’ambition de développer les transports en commun à Tours.

    Aujourd’hui, on est face à une difficulté technique insurmontable avec le passage boulevard Béranger. Il y a trois risques. D’abord le risque mécanique avec une trentaine d’arbres impactés plus une douzaine sur le double alignement extérieur. Ensuite le risque sanitaire avec les coupes dans les racines. Enfin le risque d’asphyxie hydrique si la plateforme du tramway venait à couper la source qui abreuve les racines.

    Concernant le passage par le boulevard Jean-Royer, toutes les études que vous avez évoquées seront remises sur la table si on décidait de réétudier cette opportunité. Aujourd’hui, il n’en est pas encore question. La Métropole doit prendre une décision concernant le passage boulevard Béranger.

  • 27- Je suis allée pour la première fois en vélo à la Petite Madelaine chez Truffaut. Désagréablement surprise de ne voir aucun stationnement vélo, je suis allée au point accueil.

    Il paraît que les échanges avec la ville de Tours, quant au coût de ces aménagements, n'ont pas abouti. Il y a un point vélo mais non placé aux entrées de ce centre commercial rendant dangereux les déplacements surtout prévus pour les voitures. La mobilité verte devrait s'accroître aussi serait-il possible de penser plus à ces aménagements ? Merci à vous.

    Réponse d’ Armelle Gallot Lavallée, Conseillère municipale déléguée à la mise en place du système vélo, aux aménagements transitoires, au code de la rue, à la sécurité routière et aux mobilités de proximité

    Votre question porte sur l’absence de stationnements vélo au centre commercial de la Petite Madeleine.

    Je tiens à préciser que ce centre commercial, situé sur la commune de Chambray-Lès-Tours, a été conçu, réalisé et commercialisé par un promoteur privé qui en assure la gestion. Les aménagements extérieurs du centre sont donc en principe décidés et pris en charge par ce même promoteur.

    Pour information, la Ville de Tours n’est pas compétente pour intervenir ou réaliser des aménagements sur les espaces publics ou privés d’une autre commune, et elle n’a par ailleurs pas été sollicitée à ce titre.

    Votre interlocuteur au point d’accueil de la Petite Madeleine a peut-être fait référence à Tours Métropole Val de Loire, compétente en matière des aménagements cyclables.

    Concernant les aménagements des espaces publics ou les cheminements autour du centre commercial, ils peuvent relever d’une intervention métropolitaine, en lien avec la Ville de Chambray-lès-Tours. Cela a par exemple été le cas des aménagements sur l’avenue du Grand Sud qui ont été suivis par la Métropole, avec les services de Chambray-lès-Tours.

    Quant à la Ville de Tours, elle étudie et intègre systématiquement les aménagements liés aux mobilités actives, ainsi qu’aux PMR, dans ses projets sur le territoire communal.

  • 28- Est-il prévu d'organiser un moyen de sécuriser efficacement les vélos à la gare de Tours ?

    Le fléau du vol et de la dégradation des vélos sévit à la gare de tours (et à Tours en général). De nombreux cyclistes ont eu la mauvaise surprise ve coir son vélo volé ou dégradé à la gare de Tours, surtout si celui-ci doit y passer la nuit. Du coup, nous les pratiquants de la mobilité douce avons renoncé à garer nos vélos à la gare. Ou alors un vélo sans valeur (et donc pas pratique) sécurisé avec un trop gros cadenas. Il me semble que la promotion de la mobilité douce passerait tout d'abords par des solutions innovantes et efficaces pour pouvoir laisser son vélo garé, y compris la nuit, proche des zones centrales et de multimodalité. Un poteau où attacher le vélo ne suffit pas. Une bonne idée serait de commencer comme à la gare de Nantes de proposer un parking sécurisé pour vélos https://www.bigcitylife.fr/actu/nantes-un-parking-a-velos-de-700-places-a-cote-de-la-gare/

    Réponse d’ Armelle Gallot Lavallée, Conseillère municipale déléguée à la mise en place du système vélo, aux aménagements transitoires, au code de la rue, à la sécurité routière et aux mobilités de proximité

    Votre question porte sur les mesures prévues pour prévenir les vols et dégradations de vélos à la gare de Tours.

    Afin de répondre à cette problématique, un parc à vélos fermé et sécurisé a été installé à la gare de Tours en fin d’année par le Syndicat des Mobilités de Touraine. Cet abri dispose de 120 places à l’intérieur, et d’une cinquantaine sous l’auvent extérieur. Il est accessible gratuitement pour les abonnés Fil Bleu, ou via un abonnement spécifique de 15€/an et vient compléter l’offre des abris vélos déjà existants et gérés par Fil Bleu.

    La ville et la métropole travaillent également à développer des vélobox à destination des riverains, dans ce secteur, mais également dans d’autres quartiers, ainsi qu'un stationnement sécurisé pour les vélos dans le parking souterrain Vinci Gare.

    La question du stationnement vélo est par ailleurs étudiée et intégrée dans les nouvelles opérations d’aménagement.

Solidarités, santé, action sociale

    Conseil - Solidarités, action sociale, logement, santé

  • 01- À quand l'alimentation biologique dont ont besoin les malades dans les hôpitaux de Tours ? (Conseil du 16/12/20)

    >> Ce n'est pas avec des produits pleins d'hormones, de pesticides, d'antibiotiques, d'antidépresseurs (les produits laitiers par exemple) qu'on mange sainement et améliore la santé des personnes malades... Hipocrate disait que l'alimentation est cruciale.

    Réponse d’Emmanuel DENIS, Maire de Tours

    Le choix de l’alimentation, et notamment le choix d’ingrédients biologiques dans les menus, ne relève pas des compétences de la municipalité, mais des hôpitaux eux-mêmes, en relation avec les Agences Régionales de Santé. Le Maire n’est pas directement responsable de la gestion hospitalière, mais exerce une fonction de représentation au sein du conseil de surveillance du CHRU de Tours.

    Dans ce cadre, les représentants de la collectivité peuvent toutefois émettre des vœux sur la gestion des établissements hospitaliers, et nous œuvrons dans nos interventions pour défendre l’accès aux soins pour tous et toutes, une prise en charge de qualité permise par un personnel soignant qualifié et en nombre suffisant, et l’amélioration du cadre d’accueil des personnes hospitalisées. Nous nous engageons ainsi à toujours défendre la santé publique et la santé du public, au cœur de l’amélioration des conditions de vie des Tourangeaux et Tourangelles.

  • 02- Pourquoi le CHU de Tours (Trousseau et Bretonneau) sont-t-ils sous-dotés comparés aux autres régions , que fait la ville de Tours depuis toute ces années ? (Conseil du 16/12/20)

    >> Aucune machine pour faire de la rtms,tdcs, aucun centre pour les troubles alimentaires (hôpital de jour), manque de personnel criant pour ouvrir tout cela, on ne peut même pas se soigner correctement dans sa propre ville...

    Réponse d’Emmanuel DENIS, Maire de Tours

    La gestion des établissements hospitaliers ne relève pas des compétences de la municipalité, mais du Ministère de la Santé, en lien avec les Agences Régionales de Santé. Le Maire n’est pas directement responsable de la gestion hospitalière, mais exerce seulement une fonction de représentation au sein du conseil de surveillance du CHRU de Tours.

    Dans ce cadre, les représentants de la collectivité peuvent toutefois émettre des vœux sur la gestion des établissements hospitaliers, et nous œuvrons dans nos interventions pour défendre l’accès aux soins pour tous et toutes, une prise en charge de qualité permise par un personnel soignant qualifié et en nombre suffisant, et l’amélioration du cadre d’accueil des personnes hospitalisées. Nous nous engageons ainsi à toujours défendre la santé publique et la santé du public, au cœur de l’amélioration des conditions de vie des Tourangeaux et Tourangelles.

  • 03- Question sur la gestion de la crise sanitaire (Conseil du 16/12/20)

    >> Pourquoi le Maire ne signe-t-il pas un arrêté municipal pour :

    • l’ouverture de tous les commerces, bars et restaurants compris,

    • le déconfinement des Tourangeaux,

    • l’arrêt de l’obligation du port de masques inutiles et inefficaces

    De nombreuses mairies le font et même si les préfets annulent les arrêtés, les citoyens des villes concernées sont au moins informés que leur maire s’oppose au délire sanitaire du gouvernement.

    Réponse d’Emmanuel DENIS, Maire de Tours

    Votre question concernait la gestion de la crise sanitaire causée par la pandémie de Covid-19, en particulier la réaction de la municipalité face aux décrets publiés par le gouvernement, relatives au port du masque et les restrictions de circulation dans l’espace public, ainsi que la fermeture des commerces.

    Il est vrai que plusieurs maires ont pris des arrêtés s’opposant au décret du 29 octobre 2020 prescrivant ces dispositions. Toutefois, ces décisions ont été systématiquement annulées par l’autorité juridique car les arrêtés d’un maire ne peuvent contrevenir aux dispositions prises au niveau des autorités de l’Etat dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.

    De plus, en matière de réouverture des commerces, la fermeture administrative relève des compétences de la Préfecture et non de la Mairie. Ces arrêtés se sont donc montrés inopérants, et n’ont pas eu l’effet souhaité de protection des petits commerces.

    Toutefois, nous partageons votre préoccupation face aux difficultés rencontrées par les Tourangelles et Tourangeaux dans cette crise sanitaire inédite. Pour y répondre, nous préférons l’efficacité de mesures pragmatiques : une politique ambitieuse de dépistage et d’accompagnement des personnes testées positives, la distribution de masques et de gel hydroalcoolique, le renforcement des moyens alloués aux crèches et aux écoles pour appliquer le protocole sanitaire, le soutien logistique et financier au Centre Communal d’Action Sociale et aux associations organisant l’aide alimentaire.

    En ce qui concerne les entreprises, nous avons dès l’été pris des mesures d’aide et d’accompagnement, notamment l’exonération de droits de terrasse et d’enseignes pour les commerces de proximité, et leur accompagnement en faveur du cliquer-collecter et de leur développement numérique. Nous continuerons à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger et soutenir les Tourangeaux et Tourangelles à travers cette période difficile.

  • 04- Le conseil municipal peut-il obtenir de l'ARS que la vaccination des résidents de toutes les résidences services soient réalisées selon les instructions gouvernementales (Conseil du 15/02/2021)

    Plusieurs décrets parus au Journal officiel précisent les modalités de distribution, de prescription, de dispensation et d'administration des vaccins. Lors de la conférence de presse du 7 janvier 2021, le Premier ministre a présenté les nouvelles étapes du plan de vaccination. Dans un premier temps : Le déploiement de la vaccination se fait progressivement avec une priorité donnée depuis le 27 décembre 2020 et tout au long du mois de janvier 2021 aux publics les plus vulnérables au virus et les plus susceptibles de développer des formes graves de la maladie. Il s'agit : des personnes âgées en établissements : établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), unités de soins de longue durée (USLD), résidences autonomie, résidences services seniors ; L'ARS d'Indre et loire a supprimé du calendrier la vaccination en première phase des résidences services. Il n'est donc pas prévu de vacciner les personnes hébergées en Résidence séniors services sur les sites de ces résidences.
    L'effectif de notre résidence est d'environ 200 personnes, avec une moyenne d'âge de 90 ans. Une majorité de résidents a besoin pour se déplacer de canne, déambulateur ou fauteuil, ce qui implique de ne pas utiliser les transports en commun pour se rendre à un site de vaccination externe. Cependant, compte tenu du refus de l'ARS le Président du Conseil d'Administration a invité les résidents à rechercher individuellement une inscription à un site de vaccination externe. Pour se déplacer un grand nombre de résidents devront utiliser pour se rendre au centre de vaccination : taxis, VSL et ambulances ce qui représente des dépenses non négligeables à comparer avec le coût pour déplacer une équipe pour faire les vaccins sur le site. Il faut craindre qu'un certain nombre de résidents renoncerons à se faire vacciner s'ils doivent se déplacer. Notre résidence n'est pas la seule dans cette situation.

    Réponse d’Emmanuel Denis, Maire de Tours

    Votre question porte sur le déploiement de la vaccination au sein de votre résidence services.
    La stratégie de lutte contre l’épidémie de COVID-19 est décidée par le gouvernement et ne relève pas de la compétence de la mairie.

    Toutefois dès cet été, j’ai indiqué à Madame la Préfète que la Ville était volontaire pour accueillir au plus vite un centre afin d’organiser la vaccination de nos ainés. Dans l’attente, nous avons déployé des centres de dépistage ainsi que renouvelé régulièrement des distributions gratuites de masques pour les Tourangelles et Tourangeaux.
    La campagne de vaccination a débuté le 28 décembre dans les EHPAD de notre département. Elle a ensuite été étendue à compter du 18 janvier à l’ensemble des personnes de plus de 75 ans et les services de la ville de Tours se sont très largement mobilisés pour permettre l’ouverture du centre de vaccination situé aux Halles.
    Les doses de vaccins sont fournies par l’Etat et leur quantité est pour le moment trop faible pour répondre à l’ensemble des demandes reçues, ce qui suscite des inquiétudes chez nos concitoyens.

    Soucieux de protéger l’ensemble des Tourangelles et Tourangeaux de plus de 75 ans, nous avons relayé à plusieurs reprises notre souhait que les habitants des résidences services puissent eux aussi accéder à un programme de vaccination comme celui déployé dans les EHPAD de Tours.

    L’Agence Régionale de Santé et la préfecture nous ont indiqué travailler à cette demande avec l’ensemble des résidences services de la ville et nous espérons que leurs résidents pourront bénéficier de la vaccination dans les meilleurs délais.

  • 05- Est-ce que vous comptez faire construire des maisons où des pavillons pour les personnes aillent des petites ressource ? (Conseil du 15/02/21)

    Mais aussi revoir les prix des loyers car je trouve inadmissible le prix de certains loyers surtout lorsque on veut déménager, et que l'on ne peut pas prendre un appartement neuf où maison. Je trouve aussi inadmissible quand lorsque ma belle-mère d'un certain âge à du déménager pour cause de santé qui habitait au 4 ème étage sans ascenseur, on lui a donné un nouvel appartement pas très loin mais plus cher c'est scandaleux. »

    Réponse de Mme Marie Quinton, Adjointe au Maire déléguée au Logement, à la politique de la ville, aux politiques intergénérationnelles et inclusives, au vivre ensemble

    Je précise que la politique du logement est pilotée par Tours Métropole Val de Loire, notamment via le Programme Local de l’Habitat (PLH). Ce document détermine, pour une période de 6 ans, les objectifs en matière de logement et les moyens mis en œuvre par la Métropole et ses communs membres. Dans le PLH actuel (2018-2023), il est prévu de poursuivre la construction de logements sociaux sur le territoire de la Métropole et notamment à Tours : l’objectif retenu est la réalisation de 780 logements dans notre ville sur cette période. Nous veillons à la diversité de ces logements, avec différentes typologies (logements collectifs, mais également des logements individuels).
    Par ailleurs, nous souhaitons impulser une mixité dans les opérations immobilières afin qu’elles intègrent du logement libre, du logement social, et du logement en accession sociale à la propriété.

    Une priorité est donnée à la réalisation de logements avec de faibles loyers. Toutefois, d’une manière générale, les loyers des opérations neuves peuvent s’avérer plus élevés que ceux des constructions anciennes. Ceci est notamment lié au coût du foncier, c'est-à-dire aux terrains constructibles, qui a fortement augmenté ces dernières années.
    La Ville de Tours travaille en lien étroit avec les bailleurs sociaux pour faciliter ces projets.
    Par ailleurs, consciente du poids que représente le loyer dans le budget des ménages, la municipalité a demandé le gel de la hausse des loyers des logements sociaux en 2021 afin d’accompagner au mieux les locataires du parc social dans ce contexte sanitaire particulier.

    Cette mesure s’adresse aux locataires des bailleurs Ligéris et Tours Habitat.
    Dans votre message, vous évoquez la situation de votre belle-mère. Je précise que le service Logement et Solidarité de la Ville de Tours peut être sollicité pour étudier sa situation si elle le souhaite.

  • 06- Je souhaiterais que le Conseil Municipal examine la question d'une Régie Municipale pour les Centres Sociaux de la Ville (Conseil du 19/05/2021)

    Les Centres Sociaux sont en quelque sorte des services publics, une Régie Municipale me semblerait plus en accord avec les objectifs et les fonctions des Centres Sociaux. Par ailleurs, cela permettrait sans doute de pérenniser des emplois, et d'éviter ainsi que les habitants de certains quartiers aient à se réadapter sans cesse à de nouveaux interlocuteurs. Merci,

    Cathy Münsch-Masset, Première adjointe au Maire déléguée aux solidarités, à l'égalité, à la cohésion sociale, à la santé publique et aux handicaps

    Vous proposez la mise en place d’une gestion des centres sociaux en régie municipale.

    Les centres sociaux et les espaces de vie sociale (EVS) de la Ville de Tours sont aujourd’hui portées par des associations agréées par la Caisse d’allocations familiales et conventionnées par la Ville. Au total, 7 structures, ouvertes à toutes et tous, sont présentes dans chacun de nos quartiers prioritaires. Elles proposent de nombreuses activités socioculturelles et à vocation sociale, et elles accompagnent les actions menées par des associations locales en cohérence avec leur projet social.
    Les relations entre la Ville de Tours et les centres sociaux et EVS s’inscrivent dans le cadre d’un partenariat durable dont les termes sont déterminés dans des conventions pluriannuelles (financements, mise à disposition de locaux … ).

    La collectivité définit avec chaque structure un projet d’animation par secteur. Nous travaillons en lien très étroit et en confiance avec l’ensemble des associations dont le rôle principal est d’animer la vie de leur quartier d’implantation.

    Ce mode de gestion correspond aux orientations nationales définies par la CNAF et appliquée par la CAF Touraine. Celle-ci délivre en effet les agréments pour les centres sociaux et EVS sur la base d’un socle de critères définis par la CNAF. Parmi les critères, la participation effective des usagers et habitants à l'élaboration du projet social et à la vie des équipements est un élément central. Ainsi, le choix de la CAF est de privilégier le mode de gestion associatif afin de valoriser la dynamique associative locale et soutenir les valeurs de l'éducation populaire faisant une large place à la participation des habitants et l'engagement bénévole. Le mode de gestion municipal constitue l'exception, lorsqu'il n'existe pas de ressources associatives locales sur le territoire concerné.

  • 07- Une nouvelle tranche d'âge est autorisée à la vaccination Covid depuis peu. (Conseil du 05/07/2021)

    Je souhaite me faire "piquer" et je n'arrive pas à trouver un créneau dans les centres de vaccination de Tours, St Avertin, St Cyr, les calendriers sont vides de dates. Sauf dans celui de l'hôpital Bretonneau, mais le vaccin administré est le Moderna, qui n'est pas accessible à ma tranche d'âge (55-60 ans) ! Aberrant et discriminatoire ?!


    Cathy Münsch Masset, Première adjointe au Maire déléguée aux Solidarités, à l'égalité, à la cohésion sociale, à la santé publique et aux handicaps

    Vous nous signalez des difficultés d’accès à la vaccination contre le covid sur le territoire de la Métropole de Tours.

    Si la Ville contribue au fonctionnement du centre de vaccination situé au Centre de congrès Vinci (via la mise à disposition de personnels municipaux notamment), je précise que les décisions relatives à la stratégie vaccinale relèvent de la responsabilité du gouvernement.
    Depuis le 31 mai dernier, les rendez-vous de vaccination sont ouverts à l’ensemble de la population de plus de 18 ans.

    Des créneaux sont désormais disponibles à la réservation via le site doctolib ou le numéro vert mis en place à cet effet (0800 009 110).

  • 08- Depuis janvier, de nombreux bénéficiaires ont vu leurs APL très réduites ou supprimées. Les biens immobiliers se vendent trop chers... (Conseil du 28/09/2021)

    ...pour des ménages modestes ou primo-accédants et souvent à des parisiens en quête de province post-COVID.
    - prévoyez-vous d'encadrer le prix des loyers, parfois déjà indécents, pour permettre aux étudiants et travailleurs pauvres de pouvoir continuer à se loger en centre-ville, sans APL ?
    - prévoyez-vous la construction de nouveaux logements sociaux ? Comment ces logements sont-ils attribués ? Comment sont-ils entretenus ?
    - prévoyez-vous d'encadrer les prix de vente des biens immobiliers, et d'augmenter la taxe d'habitation sur les résidences secondaires ?

    Réponse de Marie Quinton, Adjointe au Maire déléguée au Logement, à la politique de la ville, aux politiques intergénérationnelles et inclusives, au vivre ensemble

    Vous nous interrogez sur les mesures que compte prendre la municipalité pour faciliter l’accession et le maintien de personnes disposant de faibles revenus dans des logements abordables.

    L’encadrement des loyers, tout comme la majoration de la taxe d’habitation pour les résidences secondaires, ne sont aujourd’hui possibles qu’en zones tendues dont la liste est fixée par arrêté.

    Or, la Ville de Tours ne figure pas sur cette liste et n’a donc pas pour le moment la possibilité légale de mettre en place ces deux mesures.
    Cependant, la municipalité s’attache à développer une offre de logements diversifiée afin de répondre aux besoins des habitants, quel que soit leur niveau de ressources et afin de faciliter les parcours résidentiels.

    Ainsi, nous menons une politique volontariste en matière de logements sociaux, en encourageant la production de logements sociaux à bas et très bas loyers (PLUS et PLAI) dans les différentes opérations à venir, y compris dans le centre, et plus généralement à proximité des services et équipements.
    La Ville soutient également l’accession sociale à la propriété, notamment par l’offre de logements PSLA (prêt-social de location-accession). Parallèlement, nous travaillons à la mise en place du Bail réel solidaire et nous encourageons la présence de logements locatifs intermédiaires (à loyers 10 à 20% inférieurs aux loyers pratiqués).

    Je précise que la ville est engagée dans le dispositif « Logement d'abord » qui va permettre aux plus démunis de pouvoir trouver à se loger grâce aux logements sociaux d'une part et à la captation de logements privés à prix abordable d'autre part.
    Vous m’interrogez également sur les modalités d’attribution des logements sociaux.

    Conformément à la loi, elles se font lors de commissions d'attribution réunissant une pluralité d’acteurs - bailleur, élus, représentants des locataires, de la CAF… - et en fonction de critères sociaux, d'ancienneté et d'adéquation entre les ressources des ménages et le montant du loyer. L’entretien, la rénovation et la réhabilitation du parc social sont assurés par les bailleurs sociaux dans le cadre d’une programmation pluriannuelle.

Tranquillité publique, sécurité civile

    Conseil - Tranquillité publique, sécurité civile

  • 01- Problèmes de circulation sur les quais de Loire (Conseil du 16/12/20)

    >> Sur les quais de Loire, le bâtiment d'Octroi. J'ai depuis quelques semaines des travaux de consolidation de la digue/levée de la Loire. Dans quel intérêt réaliser ces travaux si rien n'est fait pour faire respecter la desserte locale qui n'autorise que dans ce cadre la circulation de poids lourds qui abiment la chaussée et les travaux entrepris. Pour preuve, l'enrobée est déformé de deux sillons voie gauche et voie droite. Les 44 tonnes et autres poids lourds hors desserte locale n'ont rien à y faire. J'ai interpelé l'ancien maire, les services de la voirie, la PM via leur numéro et leur responsable, aucuns contrôles/verbalisation ni même aménagement. Une chicane découragerai les non-autorisés et protégerait ses récents travaux.


    Réponse de Philippe Geiger, Adjoint délégué à la Tranquillité publique, à la police de proximité, sécurité civile et laïcité

    Votre question concerne la régulation de la circulation des poids lourds sur la levée de la Loire.

    La définition et le respect des itinéraires prévus pour les poids lourds incombe à la Police Municipale, bien que la Police Nationale puisse également intervenir en cas de non-respect.

    Afin de vérifier le respect de la réglementation en vigueur, j’ai demandé aux services de la Police Municipale de renforcer les contrôles statiques sur ce secteur. Cela devrait être effectif en ce début d’année.



  • 02- Résidant boulevard Jean Royer, nous constatons de plus en plus fréquemment des véhicules circulants largement au delà de la vitesse autorisée sur cette longue ligne droite de plus d'un kilomètre. (Conseil du 15/02/2021)

    Pour nous permettre, à nous, résidents, écoliers, piétons, cyclistes, conducteurs, de profiter plus sereinement de ce boulevard, de notre quartier, de ne plus craindre en traversant, et en laissant traverser nos enfants, pour notre sécurité, pour réduire les nuisances sonores, pour l'environnement (démarche dans laquelle notre ville veut s'inscrire), nous souhaiterions que des aménagements de voirie soient entrepris, dans un délai acceptable, afin de restreindre, tant que possible, ces incivilités, et nous permettre, à tous, de profiter au mieux de ce boulevard.

    Cette question a déjà été soumise par courriel à la Direction de la circulation - Voirie, le 26/05/2020, puis les 25/09/2020 et le 03/12/2020, sans retour à ce jour. Je reste disponible pour étayer cette demande, y compris auprès du Conseil de Quartier des Grandes Varennes, dans l'atelier concerné, si cela peut permettre d'aboutir à des actions concrètes de la part de la municipalité.

    Réponse d’Armelle Gallot-Lavallée, Adjointe au Maire déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière et Philippe Geiger, Adjoint au Maire délégué à la tranquillité publique, à la police de proximité, à la sécurité civile et à la laïcité

    Votre question porte sur les problèmes de vitesse des voitures sur le boulevard Jean Royer.

    La configuration de la rue – en ligne droite - peut inciter certains automobilistes à accélérer. Ces comportements dangereux peuvent créer des conflits et mettre en danger les autres usagers de la route.

    Afin de prendre la mesure de la problématique que vous décrivez, des comptages des véhicules et des vitesses de passage sont en cours de réalisation. Elles devraient nous permettre d’étudier et cibler par la suite les solutions qui pourraient être mises en œuvre.
    Dès que les résultats seront connus, nous reviendrons vers vous pour vous proposer une rencontre sur place.

  • 03- J’aimerai savoir si vous allez faire quelque chose au niveau sécurité sur le quartier de la Rotonde ? (Conseil du 15/02/2021)

    Étant assistante maternelle c’est un problème pour trouver des enfants à garder. Le quartier fait "peur" et on ne peut plus sortir sans que l’on nous demande si on a besoin d’un truc.

    Réponse de Philippe Geiger, adjoint au Maire délégué à la tranquillité publique, à la police de proximité, à la sécurité civile et à la laïcité

    Votre question porte sur la situation du secteur de la Rotonde au Sanitas.

    Les commerçants et les riverains de la Rotonde ont constaté, depuis la fermeture de la station-service Total, le déplacement des problématiques de trafic, et notamment de stupéfiants, vers la Rotonde.

    La brigade des stupéfiants de la police nationale agit en continu contre ces problèmes.
    Malheureusement, si des arrestations sont intervenues ces derniers mois elles ne permettent pas de résoudre la situation durablement.

    Face à un retour du problème, la police municipale continue à mener ses patrouilles régulières à la Rotonde. La police nationale et le service des stupéfiants nous indiquent de leur côté poursuivre le travail engagé. Des actions conjointes entre les deux polices sont également menées.

    Par ailleurs, le commissariat de police de Tours devrait pouvoir compter sur un renfort de 28 policiers en 2021, comme annoncé par le Ministre de l’Intérieur fin mars. Cette annonce répond aux manques d’effectifs observés à Tours, et correspond à une demande relayée par Monsieur le Maire auprès du Ministre de l’intérieur. De plus la préfecture demande régulièrement des effectifs supplémentaires en matière de maintien de l’ordre. Ces effectifs sont en ce moment très peu disponibles mais dès qu’ils le seront, ils pourront être positionnés sur le quartier pendant une période plus longue que leur dernier passage.

    Toutefois, le seul volet policier ne sera jamais efficace sans une proposition d’accompagnement des jeunes et des moins jeunes sur ce micro quartier. C’est pourquoi nous travaillons, avec la préfecture, à la mise en place d’une équipe de médiation.

    Dans le cadre du projet de rénovation urbaine du Sanitas, une attention particulière sera portée au secteur de la Rotonde afin de trouver des solutions permettant de résorber durablement les difficultés actuelles. Le projet aboutira à une transformation majeure du quartier avec notamment la création ou la reconstruction d’équipements publics.

    C’est bien la combinaison de ces différentes actions, associée à notre projet de rénovation de la Rotonde qui permettra à cet endroit particulier de notre ville de retrouver toute la tranquillité à laquelle ses habitants aspirent légitimement.

  • 04- Monsieur le Maire, éxiste-t-il des passe-droits concernant l'appliction des mesures sanitaires ? (Conseil du 15/02/21)

    En cette période de pandémie, il me semble que les restaurants, les bars et discothèques sont fermés. Comment se fait-il que certains bars, soient ouverts avec des clients à l'intérieur, à l'extérieur pendant que d'autres respectent les fermetures au risque de ne plus jamais ouvrir. Ce qui m'interpelle encore plus , c'est que la police municipale est intervenue trois fois un vendredi et qu'à ce jour, ce bar est toujours ouvert ?

    Réponse de Philippe Geiger, Adjoint au Maire délégué à la tranquillité publique, à la police de proximité, à la sécurité civile et à la laïcité

    Vous nous signalez avoir constaté que certains établissements ne respectaient pas les règles sanitaires en vigueur.

    Les services et plus particulièrement la Police Municipale assurent une vigilance de chaque instant sur ces sujets. Je précise qu’en cas de contraventions répétées, des procédures de fermeture administrative peuvent être prises par les autorités locales (Préfecture, Police Nationale).

    Concernant la situation que vous évoquez, la police municipale est intervenue auprès du propriétaire pour un rappel à la réglementation. Le bar s’est mis depuis en conformité.

    Si les restaurants sont bien fermés au public, ils peuvent toutefois proposer pour certains des plats à emporter, dans le respect des règles sanitaires.

    La Ville de Tours reste vigilante quant à la bonne application des dispositions afin de garantir la sécurité sanitaire de toutes et tous.

  • 05- Quand la Place Anatole France, côté des numéros pairs, autour de la statue de Descartes va-t-elle retrouver son aspect normal ? (Conseil du 19/05/2021)

    C'est-à-dire sans voitures. Cette place était totalement interdite de stationnement y compris pour les résidents qui ne pouvaient que déposer des personnes ou décharger un véhicule. La police y veillait et les véhicules qui stationnaient sur la partie sableuse le long de la pelouse étaient verbalisés à 135 euros, ce qui calmait les indisciplinés. Depuis le début des travaux de l'hôtel, le portillon ouest d'accès a été retiré par la métropole (sans aucune information des résidents) et cette place est devenue un parking gratuit (ce qui fait de la concurrence pour le parking payant Prosper Mérimée voisin). Les travaux vont bientôt se terminer, il serait temps que les choses rentrent dans l'ordre avant que cet endroit ne devienne de fait le parking de l'hôtel. Si la police ne s'occupe plus de faire respecter les interdictions de stationner une solution serait, comme sur la place côté impair, d'implanter des poteaux d'un mètre de haut entre les arbres, ce qui empêcherait le stationnement au bord de la pelouse après avoir rétabli le portillon d'accès ouest.

    Réponse de Philippe Geiger, Adjoint au Maire délégué à la Tranquillité publique, à la police de proximité, sécurité civile et laïcité

    Votre question porte sur la problématique du stationnement non autorisée place Anatole France.

    Les travaux d’aménagement du Haut de la Rue nationale ont en effet eu un impact sur le stationnement aux abords de ce site.

    Une des barrières qui bloquaient l’accès a dû être déposée au début des travaux. Elle sera toutefois réinstallée à la rentrée. Nous vérifions également la bonne visibilité de la signalisation d’interdiction de stationner. La police municipale renforcera également ses contrôles dans le secteur afin d’empêcher le stationnement dans les zones non autorisées.

  • 06- J'ai suivi ce matin (en vélo) un camion publicitaire avec image animée + son. Ce véhicule doit il avoir une autorisation ? J'estime qu'il s'agit là d'une pollution visuelle et sonore. Merci pour votre réponse. (Conseil du 28/09/2021)

    Réponse de Philippe Geiger, Adjoint au Maire délégué à la Tranquillité publique, à la police de proximité, sécurité civile et laïcité

    Vous signalez la présence dans la ville d’un camion publicitaire diffusant des messages sur un écran lumineux et via haut-parleur.

    Je précise que la publicité lumineuse sur des véhicules est formellement interdite.
    La diffusion d’annonces sonores par un véhicule est également interdite par l’arrêté préfectoral contre le bruit. Cet arrêté concerne les bruits provenant de dispositifs de diffusion sonore par haut-parleur gênant par leur intensité, leur durée ou leur répétition.
    Les dérogations exceptionnelles à cette interdiction ne peuvent concerner que des activités sportives, culturelles ou de loisirs.

    Selon la description que vous faites de ce camion, il ne rentre pas dans ce cadre. La police municipale, alertée sur le sujet, procédera à la verbalisation du véhicule si sa présence est à nouveau constatée. Le cas échéant, vous pouvez la contacter au 02 47 70 88 88.

  • 07- Est-il normal qu'il faille attendre 48h pour balayer les débris de verre d'un abris de bus vandalisé? (mairie injoignable le week-end du 7/11) (Conseil du 06/12/2021)

    Réponse de Philippe Geiger, Adjoint au Maire délégué à la Tranquillité publique, à la police de proximité, sécurité civile et laïcité

    Votre question porte sur les délais d’intervention des services de la Ville suite à un acte de vandalisme sur un abri bus.

    En dehors des horaires d’ouverture de la Mairie, vous pouvez contacter la police municipale au 02 47 70 88 88 pour toute urgence.

    Les agents peuvent alors déclencher une intervention des services appropriés si nécessaire.

  • 08- Comment contraindre les véhicules à respecter les limitations de vitesse dans la descente de la rue Marcel Gauthier (St Radegonde) ? (Conseil du 06/12/2021)

    Réponse de Philippe Geiger, Adjoint au Maire délégué à la Tranquillité publique, à la police de proximité, sécurité civile et laïcité

    Des contrôles seront opérés afin d’identifier des comportements problématiques et sanctionner les contrevenants le cas échéant.

    Des consignes en ce sens sont dès à présent transmises aux agents de la police municipale.

  • 09- Le matin et le soir à l’heure de l’entrée et de la sortie des classes, des personnes ont pris l’habitude de se garer devant le portail de sortie de notre résidence. (Conseil du 06/12/2021)

    Ce comportement rend la zone accidentogène. En effet, outre le fait de devoir faire attention aux piétons, nous devons en plus nous engager dans la circulation sans voir le danger arriver. Lorsque l’on interpelle les responsables de cette situation, la réponse qui clos le débat est : » je dois déposer les enfants à l’école!! ». J’ai la chance d’avoir un gabarit qui fait que lorsque les gens descendent de leur voiture, ils réfléchissent avant de voir s’ils vont ou non me molester. Ne pouvez-vous pas mettre des personnes habilitées à verbaliser ces comportements nuisibles, dans les endroits demandeurs, de manière à sécuriser l’ensemble des personnes qui circulent à pied ou en voiture dans ce périmètre ?

    Réponse de Philippe Geiger, Adjoint au Maire délégué à la Tranquillité publique, à la police de proximité, sécurité civile et laïcité

    Vous nous signalez des incivilités récurrentes que vous subissez le matin et le soir au moment de l’entrée et la sortie des classes.

    Les comportements que vous décrivez peuvent effectivement être source de danger pour les riverains qui circulent au niveau de votre résidence.

    Les faits ont été signalés à la police municipale. Des agents se rendront sur place pour constater les infractions et verbaliser les contrevenants le cas échéant.

  • 10- Depuis quelques mois, un radar préventif a été installé dans la rue de la Fuye, où j’habite... (Conseil du 06/12/2021)

    Quand j’entends le soir les voitures et les motos foncer dans la rue (limitée à 30km/h) je me dis que cela ne sert pas à grand-chose, à part peut-être en booster certains qui font des concours de vitesse… c’est très insécurisant.

    Philippe Geiger, adjoint au maire délégué à la tranquillité publique :

    La police municipale dispose de jumelles qui permettent de verbaliser les dépassements de vitesse. Nous serons particulièrement vigilants sur ce sujet et les contrôles seront renforcés. Après l’enlèvement du radar pédagogique, nous ferons le point avec les riverains pour étudier les aménagements futurs à mettre en place.

  • 11- J’habite rue du commerce, côté place Plumereau, et je suis porte-parole des riverains de ce secteur. Nous sommes très impactés par le bruit, les cris et bagarres, et par la musique diffusée par les bars (…) ( Conseil du 31/01/2022)

    Une pétition vous a été transmise en décembre. Nous avons passé de nombreux appels téléphoniques auprès de la Police municipale (PM) pour signaler des débordements.
    1) La PM pourrait-elle intensifier ses rondes, surtout les jeudis, vendredis et samedis soir ?
    2) Les agents de la PM ont-ils commencé à verbaliser les bars qui débordent ? Quel est le montant des amendes ?
    3) La Ville pourrait-elle s’équiper de capteurs acoustiques qui enregistrent le niveau sonore, afin d’authentifier les nuisances et de localiser les lieux les plus bruyants ?

    Philippe Geiger, maire adjoint délégué à la tranquillité publique :

    Nous effectuons un travail régulier avec l’association des riverains et les représentants des commerçants. Les patrouilles de la PM sont régulières, plusieurs fois par nuit, surtout à partir du jeudi. Les agents du Centre de Supervision Urbain (CSU) effectuent des patrouilles virtuelles avec les différentes caméras qui équipent le quartier. La PM intervient également à la demande des riverains, des responsables d’établissement, de la Police nationale et des agents du CSU qui peuvent constater des activités répréhensibles à distance.
    Par ailleurs, il nous a semblé pertinent d’améliorer l’accueil téléphonique afin que les signalements reçus soient traités plus vite. Ainsi, dans la journée, nous avons mis en place un système qui nous a permis de traiter 1 268 appels en décembre dernier, avec un temps d’attente moyen de 20 secondes. Nous envisageons d’étendre ce système à la soirée, voire à la nuit.
    La Ville est équipée de capteurs sonores, à la disposition des riverains sur demande. Ils effectuent des mesures pour constater si les niveaux sonores dépassent les valeurs légales. Ces mesures sont recevables juridiquement, ce qui peut entraîner une procédure administrative qui commence par une mise en demeure. En cas de non-mise en conformité, la procédure administrative se poursuit par une demande de fermeture administrative auprès de la Préfecture (…) Le contrevenant s’expose à une procédure judiciaire qui peut se conclure par une contravention de 5e classe, soit 1 500 € au maximum (somme multipliée par cinq s’agissant d’une personne morale).

    Enfin, nous allons revoir les arrêtés municipaux qui réglementent la vente d’alcool, souvent responsable des rixes dans le Vieux-Tours. Une nouvelle campagne contre le bruit cet été répondra à un double objectif : un quartier accueillant et calme.

Urbanisme, aménagement, espaces publics

    Conseil - Urbanisme, Aménagement, Espaces publics

  • 01- Pourriez-vous autoriser la mise en peinture blanche des toitures de la ville de Tours dans les plus brefs délais, pour des raisons climatiques et économiques ? (Conseil du 16/12/20)

    >> Étant donné l'urgence climatique et économique, nous devons collectivement proposer des dispositions pour éviter la mise en place de climatiseurs dans la ville de Tours et qui renforcera la surchauffe en ville. En effet, chaque été nous devons faire face à des épisodes caniculaires de plus en plus fréquents et longs. Le mise en peinture blanche des toits permet d'abaisser les températures sous les toits et dans les locaux d'habitation. cette mise en peinture est bien moins chère que la mise en place de clim et prendra moins de temps que la végétalisation de la ville de Tours, attendue avec impatience.

    La question est la suivante : Pourriez vous autoriser la mise en peinture blanche des toitures de la ville de Tours dans les plus brefs délais, pour des raisons climatiques et économiques ?

    Réponse de Cathy Savourey, Adjointe au Maire déléguée à l'Urbanisme, aux grands projets urbains et à l’aménagement des espaces publics

    Votre question concernait la peinture en blanc des toitures des bâtiments tourangeaux.
    En effet, la peinture de couleur claire participe à la régulation de la température des bâtiments. Sur les bâtiments de la ville, un test de peinture blanche en toiture plate a été réalisé sur le groupe scolaire Duhamel. Sans résoudre totalement la question de la surchauffe, cela a permis de réduire le nombre de jours d’inconfort. Depuis quelques années, nous n’appliquons plus que des matériaux blancs ou clairs sur les nouvelles toitures plates ou lors de grosses rénovations.

    outefois, il n’est pas possible de mettre en peinture l’intégralité des toitures des bâtiments tourangeaux, traditionnellement recouvertes d’ardoises, car cela pose des problématiques règlementaires au titre du Plan Local de l’Urbanisme et du Plan de Sauvegarde et de mise en valeur pour le Site Patrimonial Remarquable (ex Secteur Sauvegardé). En effet, ces deux documents rappellent l’importance de la bonne insertion des constructions dans leur environnement et insistent sur l’utilisation de matériaux traditionnels ou s’en approchant.

    Si la peinture des toitures peut être un outil à notre disposition dans certains projets urbains, nous cherchons avant tout à concilier les impératifs écologiques et la nécessaire transition énergétique avec les enjeux patrimoniaux et urbanistiques de la ville.

  • 02- Pourquoi la mairie porte-t-elle plainte contre ses administrés lorsqu’ils réalisent un recours contre un permis de construire et une opération de construction ? (Conseil du 16/12/20)

    >> Ne devrait-elle pas porter assistance à ses administrés et les défendre en améliorant leur information et en leur apportant son conseil ?

    En l’espèce nous avons relevé sur le panneau affiché du permis de construire qu’un immeuble devait s’élever à une hauteur de 12 mètres devant notre domicile, un quartier de petites maisons ne comprenant pas d’immeubles et dans une zone de construction ou la hauteur est limité à 8 mètres, c’est-à-dire à la largeur de la rue trottoirs compris. Le juge administratif a donné raison à la mairie et au promoteur et nous a condamné au motif que la hauteur de l’immeuble prise en compte n’est pas la hauteur affichée sur le panneau de permis de construire, mais la hauteur à la gouttière de l’immeuble du côté rue et non du côté cour.

    Du côté rue, la hauteur au niveau de la gouttière est bien de 8 mètres, mais comme vous pouvez le constater sur la photo, la hauteur atteinte au niveau de la gouttière est bien en dessous de la hauteur de l’immeuble. N’y a-t-il pas un abus de l’objectif de cette règle, abus permis par le règlement d’urbanisme.

    Par ailleurs, la difficulté de circulation et de stationnement n’est pas prise en compte dans l’attribution des permis de construire. Pourquoi ajouter des logements supplémentaires lorsqu’il n’est déjà plus possible de trouver des places pour stationner et que la circulation de moyens de transports en commun est impossible dans de nombreuses petites rues autour de notre domicile mais également dans d’autres quartiers de la ville.

    Réponse de Cathy Savourey, Adjointe au Maire déléguée à l'Urbanisme, aux grands projets urbains et à l’aménagement des espaces publics

    Votre question porte sur un recours que vous avez formé à l’encontre d’un permis de construire délivré par les services de la Ville de Tours.

    Le permis en question date du […] 2015. Comme vous l’indiquez dans votre message, le recours gracieux initial a été rejeté par la Ville. Cette décision a ensuite été confirmée par le Tribunal Administratif qui a rejeté le recours contentieux en date […) 2017. Le tribunal a alors indiqué dans son jugement que les hauteurs de l’immeuble en question étaient conformes aux règles d’urbanisme applicables à l’époque.

    Une décision de justice ayant été rendue suite à votre requête, je ne suis donc pas en mesure de vous apporter de nouveaux éléments de réponse sur ce volet.

    En matière de stationnement, le PLU règlemente le nombre de places en fonction de la typologie des constructions et de la taille des logements. En l’espèce, la construction en question respectait les règles en vigueur.

    Je tiens toutefois à vous préciser que nous avons entamé, dès les premières semaines du mandat, une réflexion portant sur l’amélioration de la concertation dans les projets d’aménagement et sur une évolution de la doctrine urbanistique de la ville de Tours.
    Par ailleurs, les demandes de permis en cours d’instruction ont été étudiées et, pour certaines, revues. Un dialogue a été engagé quand cela semblait opportun avec les porteurs de certains projets afin de nous assurer de la cohérence des opérations envisagées et du respect des orientations urbaines définies par la municipalité

  • 03- Je trouve que Tours lumière est une grande réussite. Avez-vous comme projet de rajouter d'autres bâtiments importants de la ville comme par exemple le Centre Dramatique National de Tours ? (Conseil du 16/12/20)

    Réponse de Martin Cohen, conseiller municipal délégué auprès du Maire pour la transition énergétique, les moyens généraux, achats, bâtiments communaux, infrastructures, voirie, réseaux, propreté urbaine, économie circulaire et au PCAET

    Votre question concerne les illuminations de la ville, et la possibilité de leur extension, notamment au Centre Dramatique National de Tours. Je vous remercie pour votre appréciation du Parcours Lumières existant. Concernant son extension, il n’est pas prévu au budget 2021 de la ville de nouveaux investissements sur l’équipement lumineux de la ville mais plutôt une transition du parc d’éclairage public vers les LEDS, plus efficaces énergétiquement.

    De plus, nous souhaitons par ces illuminations repenser notre rapport à la ville et au quartier. Des discussions sont en cours avec la Métropole pour que les illuminations des ponts de la ville deviennent plus économiques énergétiquement et ne soient plus source de nuisance pour la faune aux abords de la Loire. Nous avons également décidé de mettre en lumière les deux cèdres de la place Anatole France, ce qui met en valeur notre patrimoine naturel, mais ouvre également la perspective sur le nord de la ville. Les parcours lumineux qui seront conservés les années à venir viseront ainsi à décentrer notre regard pour illuminer la ville pour tous et toutes

  • 04- Où en sommes-nous de l'accessibilité des personnes handicapées ? (Conseil du 16/12/20)

    Bonjour, les pistes cyclables poussent à grande vitesse dans notre ville et c'est sûrement une bonne chose. Mais où en sommes nous de l'accessibilité des personnes handicapées? Il est encore très compliqué pour des personnes en fauteuil de circuler dans notre ville il sont d'ailleurs souvent obligé de prendre les voies de circulation voiture pour pouvoir circuler en fauteuil. Laissez les personnes à mobilité réduite prendre de tel risques pour circuler est intolérable en 2020. Étant animateur en ehpad, il m'arrive souvent d'organiser des sorties en ville, des sorties qui deviennent de vraies calvaires lorsque vous êtes obligé d'être sur les voies de circulation voiture, que vous vous faites klaxonner, et que vous vous mettez en danger ainsi que les usagers. J'espère que ce message sera entendu.

    Réponse d’Emmanuel Denis, Maire de Tours


    Votre question concerne les difficultés rencontrées par les personnes à mobilité réduite pour se déplacer de manière sécurisée à Tours et la mise en accessibilité de l’espace public.

    Les problématiques de mobilité et d’inclusion de toutes et tous dans la Ville constituent des enjeux importants qui sont travaillés en concertation avec les associations d’usagers au sein de la Commission Communale pour l’Accessibilité, et avec Tours Métropole Val de Loire.

    Sur l’aspect plus spécifique des travaux, l’accès aux personnes à mobilité réduite à l’espace public est une dimension prise en compte dans les aménagements urbains depuis plusieurs années. Les travaux d’ampleur, par exemple autour de l’avenue Grammont et de la place Coty, intègrent des cheminements PMR, que ce soit pour le nivellement pour les personnes en fauteuil, les détections pour les malvoyants ou la mise en place de feux sonores. Pour les travaux d’entretien classique, tels que les revêtements de chaussée ou de trottoir, les abaissements sont systématiquement réalisés pour permettre une continuité de cheminement. L’implantation de points d’apport volontaires permet également de libérer les trottoirs des conteneurs.

    Pour 2021, les cheminements et travaux envisagés seront discutés avec les associations lors de la prochaine Commission Communale pour l’Accessibilité qui se réunira en début d’année.

  • 05- Pourrait-on envisager, dans le cadre de la transformation de la Place Jean Jaurès, un espace de mobilité automobile et de parking avec une proximité immédiate, pour les personnes qui peinent à se déplacer ? (Conseil du 16/12/2020)

    >> (les personnes en situation d’handicap mais également les personnes âgées, les personnes avec un problème ponctuel de santé, les femmes enceintes ...).
    Il me semblerait intéressant de ne pas réserver cela aux seuls détenteurs d’une RQTH, ce qui peut être extrêmement réducteur et stigmatisant, mais bien de penser une ville plus inclusive, de façon générale. Penser uniquement mobilité douce comporte le risque d’exclure une grande partie des tourangeaux et tourangelles et ainsi pourrait malheureusement contribuer à vider le centre-ville au profit de grands centres commerciaux, plus accessibles pour les personnes en situation de difficultés ponctuelles ou récurrentes de déplacement.

    Réponse d’Armelle Gallot- Lavallée, Adjointe aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière et de Christophe Boulanger, Conseiller municipal délégué à l’exemplarité de la commande publique, Vice-Président de Tours Métropole Délégué à la politique des mobilités et au schéma cyclable

    Votre question porte sur la transformation de la place Jean Jaurès dans le cadre du projet de 2e ligne de tramway et la possibilité de mettre en place un espace de mobilité automobile et de parking à proximité immédiate, pour les personnes qui peinent à se déplacer.

    Le tramway est un projet structurant, qui transformera la ville dans sa forme comme dans son fonctionnement. Pour que la deuxième ligne de tramway qui reliera La Riche à Chambray-lès-Tours soit une réussite, il importe qu’une attention particulière soit portée à son tracé, son insertion dans le paysage urbain et les espaces publics ainsi qu’à la co-construction des projets qui l’accompagneront.

    Ainsi, sept espaces, dont la Place Jean Jaurès, feront l’objet de projets d’aménagement connexes qui seront conçus en lien avec les habitants.

    Aujourd’hui, la place de la voiture y est prépondérante, rendant les déplacements des piétons sur cet espace difficile. La nouvelle place devrait être conçue pour être accessible à tous, p.ex. en proposant des cheminements dégagés, des assises pour les personnes âgées, femmes enceintes et personnes ayant des difficultés à se déplacer, des espaces sécurisés pour que les enfants puissent se déplacer sans danger, un espace sécurisant pour les femmes, de jour comme de nuit… Il est bien notre souhait de prendre en compte différents usages mais aussi différents usagers.

    Le réaménagement de la place Jean Jaurès devra également prendre en compte des besoins spécifiques avec notamment des places de livraisons pour les commerces, et des places pour les personnes en situation de handicap à proximité.
    Nous intégrerons également à la réflexion le parking souterrain de la gare qui doit pouvoir diversifier ses services.

    Enfin, concernant la ville dans son ensemble, les problématiques de mobilité et d’inclusion sont travaillés en concertation avec les associations d’usagers au sein de la Commission Communale pour l’Accessibilité, et avec Tours Métropole Val de Loire.
    L’accès aux personnes à mobilité réduite à l’espace public est une dimension prise en compte dans les aménagements urbains en intégrant systématiquement des cheminements PMR ou des abaissements pour permettre une continuité de cheminement.

    Comme vous pouvez le constater, la question de l’accessibilité et des mobilités pour tous est au cœur de notre politique et continuera à l’être dans les futurs projets que nous co-construirons avec les citoyens.

  • 06- Pour quelle raison les abords de la cathédrale ne sont-ils pas illuminés au moment de Noël ? (Conseil du 15/02/2021)

    Réponse de Martin Cohen, conseiller municipal délégué à la Transition Energétique, aux Moyens généraux, aux Achats, aux Bâtiments municipaux, aux infrastructures, à la voirie, aux réseaux, à la propreté urbaine, à l’économie circulaire et au PCAET

    Vous nous interrogez sur une possible illumination de la Cathédrale au moment des fêtes de fin d’année.

    Cette option est à l’étude pour les festivités de cette année. Nous précisons toutefois que les illuminations de Noël représentent chaque année un budget conséquent pour les acquisitions, la pose et l’entretien des installations. Au-delà des aspects budgétaires, nous souhaitons que les illuminations et décorations de Noël puissent être déployées dans différents quartiers de la ville afin que les Tourangelles et Tourangeaux puissent en profiter au plus près de chez eux au moment des fêtes.

  • 07- Nuisances dûes à la fermeture à la circulation de certaines rues sur Tours Nord pour des chantiers à caractère privé (promotion immobilière). (Conseil du 15/02/2021)

    Je constate que des rues notamment à Tours Nord sont partiellement fermées à la circulation pendant plusieurs mois parfois presque 2 ans pour des chantiers à caractère privé (promotion immobilière). Cela crée d'importantes nuisances pour les riverains car la circulation se répercute sur les rues adjacentes.
    Je souhaiterais savoir s'il est possible de limiter cette confiscation. En effet, j'observe que même lorsque le chantier est très avancé, la situation est maintenue alors que la rue pourrait être restituée à la circulation publique.
    Je souhaiterais avoir confirmation en outre que cette privatisation du domaine public donne bien lieu au paiement d'une redevance.

    Réponse d’Armelle Gallot-Lavallée, adjointe aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Votre question porte sur les occupations du domaine public par des entreprises privées, notamment dans le cadre de chantiers de construction.

    Lors de constructions en limite du domaine public, ces occupations sont parfois nécessaires pour permettre les travaux, l’installation de bennes ou d’engins de chantiers.
    Elles doivent préalablement être autorisées par un arrêté municipal et elles font l'objet d'une facturation en fonction de la surface occupée, et conformément au tarif voté chaque année par le conseil municipal.

    La police municipale est chargée de vérifier la bonne application des arrêtés municipaux et elle peut intervenir en cas de signalement de débordements.
    Lorsque ces occupations nécessitent des modifications de circulation, celles-ci sont définies en fonction des possibilités offertes par les voies du quartier, afin de limiter, autant que possible, les perturbations pour les riverains.

  • 08- Quel est le planning d'avencement des travaux de la rue du Plat d'Étain et de l'ancienne caserne ? (Conseil du 15/02/2021)

    Personne ne travaille sur ce chantier depuis de longs mois (les archéos non-plus). Merci d'une réponse.

    Réponse de Cathy Savourey, adjointe au Maire déléguée à l'Urbanisme, aux grands projets urbains et à l’aménagement des espaces publics


    Votre question porte sur l’avancement des travaux de la ZAC des Casernes Beaumont – Chauveau.

    Le chantier a effectivement connu un certain ralentissement, entre autres du fait de la grande ampleur des fouilles archéologiques, dont la première tranche n’a été finalisée qu’en septembre 2020, et bien sûr, de la situation sanitaire liée à la crise du Covid.
    L’activité reprend cette année sur le site des casernes avec le lancement des premiers chantiers de construction et de démolition et notamment au printemps du chantier du futur Centre Chorégraphique National de Tours (CCNT) situé sur la partie Chauveau (démolitions puis chantier de construction).

    Je précise que le mercredi 24 mars, la Ville de Tours a organisé une première réunion d’information et de présentation du projet du CCNT à destination des habitants du secteur. Un enregistrement de cette réunion, qui s’est tenue en visioconférence, est disponible sur la chaine Youtube de la Ville de Tours : Réunion de présentation CCNT.
    En parallèle, une procédure appelée « dialogue compétitif » a été lancée en février dernier afin de désigner le futur urbaniste en chef du projet urbain. Cette procédure implique la constitution d’un comité de dialogue auquel les candidats présenteront leurs projets. La désignation devra aboutir, après échanges successifs, à la fin de l’année.

    Nous avons souhaité que ce comité de dialogue intègre également des membres de la société civile et des habitants. Suite à deux appels à candidatures, clôturés à ce jour, 7 titulaires et 7 suppléants vont être retenus.

    Par la suite, différents temps de concertation et co-construction, auxquels les Tourangelles et Tourangeaux seront plus largement associés, vont être organisés sur le projet urbain (aménagement des espaces publics, définition d’un tiers lieu, etc.).
    Parmi les autres projets à venir (Health Tech Station, un incubateur bio-médicament …) certains sont à ce jour au stade d’étude, comme la création d’un quartier mixte (« L’Echo du Bois ») sur un des ilots du site.

  • 09- Quel est le devenir des anciens locaux syndicaux et du Comité d'Entreprise SNCF situés 11 rue Blaise Pascal ? (Conseil du 15/02/21)

    La Mairie envisage-t-elle de les préempter pour la préservation du bien commun et dans le sens de la régulation de la spéculation immobilière et foncière ? Ces locaux, idéalement placés (hyper-centre, infrastructures de transports) sont un lieu de culture, de mémoire et de résistance sociale, leur avenir ne peut être qu’au service de l’action sociale, culturelle et environnementale. Il serait dommageable que ce lieu soit gâché par un projet visant à attirer investisseurs et « classe créative ».

    Réponse d’Emmanuel Denis, Maire de Tours

    Vous m’interrogez sur les intentions de la Ville vis-à-vis du foncier SNCF situé rue Blaise Pascal.

    Concernant les anciens locaux syndicaux, je précise que la Ville de Tours étudie le devenir de ce foncier en lien étroit avec l’acquéreur.

    Le site devra intégrer la conservation et la mise en valeur des bâtiments anciens qualitatifs, à savoir le bâtiment central et les deux pavillons. Je précise également qu’une ouverture d’une partie du site au public est à l’étude avec le promoteur, dans un cadre qui reste à définir.

  • 10- Quand allez vous remettre des bancs rue nationale et autres places chardonnerets, du monstre ? (Conseil du 29/03/21)

    Ils ont été enlevés il y a plusieurs années et jamais remis. C'est agréable de pouvoir s asseoir pour manger ou profiter du soleil. Ou seulement se reposer pour les plus âgés. Merci d y réfléchir "

    Réponse d’Armelle Gallot Lavallée, Adjointe aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière


    Votre question a retenu toute notre attention et rejoint les préoccupations de nombreux habitantes et habitants.

    Nous souhaitons faire de Tours une ville à hauteur du piéton. C’est dire notre souci de confort, de sécurité, de plaisir pour les piétons que nous sommes tous, tant pour les piétons qui marchent que pour les piétons qui se reposent.

    Nous sommes sensibles à la qualité des revêtements des trottoirs, à leur abaissement pour qu’ils puissent être accessibles à tous.

    Votre question concerne principalement les bancs, des bancs pour profiter du soleil, ou de l’ombre, et pour se reposer pour les plus âgé-és, ou tout simplement profiter de l’attrait offert par la ville.

    Vous souhaitez savoir si des nouveaux bancs pourront être installés à Tours, notamment rue Nationale, place du grand Marché ou à d’autres endroits du centre-ville.
    Tout d’abord je rappelle que l’installation du mobilier urbain (bancs, corbeilles, cendriers, potelets… etc.) est une compétence que la ville exerce en lien avec la Métropole. Et selon l’endroit où il est posé, ce ne sont pas les mêmes services qui interviennent : dans l’espace public, cela relève de la direction de la circulation et la voirie, tandis que la direction des parcs et jardins (maintenant appelée direction du patrimoine végétal et biodiversité) intervient dans les espaces verts dont elle a la charge.

    A l’échelle du piéton, les assises sont importantes, pour pouvoir se reposer ou simplement profiter de la vue et la beauté patrimoniale du centre-ville, contempler les paysages en bord de Loire, ou profiter des nombreux parcs et jardins de la ville.
    A l’échelle d’un quartier, d’une rue ou d’un immeuble, le mobilier urbain et en premier lieu les bancs sont également des espaces de rencontres et d’échanges, et donc vecteurs de lien social.

    Ils contribuent également à rendre l’espace public plus accueillant, au service du piéton et des mobilités actives.

    L’installation de bancs et autre mobilier urbain est donc systématiquement étudiée et prise en compte à chaque aménagement. Elle peut également être étudiée à la demande des habitants, des conseils ou comités de quartiers.

    Je précise toutefois que la problématique des bancs n’est pas toujours aussi simple qu’elle en a l’air. En effet, la question du partage de l’espace public, des différents usages et des attentes de l’ensemble des usagers se pose.

    En effet, il peut y avoir un décalage entre les demandeurs et les riverains devant chez qui (habitants ou commerçants) on peut placer du mobilier. Les premiers trouvent cela agréable et utile, les seconds peuvent parfois craindre des nuisances sonores. Leur implantation doit donc être concertée et étudiée précisément.

    De plus les services doivent prendre en compte les fonctionnalités tels que les cheminements piétons, cyclistes, PMR et parfois les voies pompiers. Au final, les possibilités d’en poser, notamment en milieu urbain dense, peuvent être limitées. Des contraintes supplémentaires s’imposent en secteur sauvegardé.

    Plus précisément, en réponse à votre question :

    • Rue Nationale : les seuls bancs qui ont toujours existé sont situés entre les rues Commerce/Colbert et Anatole France. Plus au sud, les vitrines, les terrasses, une voie pompiers côté ouest, et l’étroitesse de l’espace à partir de Zola/ Néricault Destouches empêchent l’installation de mobilier.
      De nouvelles assises seront implantées dans le cadre de l’aménagement du Haut de la rue Nationale. En attendant que le chantier sera terminé, il est possible de s’asseoir au niveau de la station de tramway.
    • Sur la place du Chardonnet, un banc y est implanté orienté plein sud. On pourra En ajouter un prochainement.
    • Concernant la place du Grand Marché, l’espace public est déjà densément occupé par les terrasses, et il faut veiller à préserver les cheminements piétons . A proximité, les 8 bancs de la place Châteauneuf permettent aujourd’hui de s’asseoir et se reposer. La place du Grand Marché fera l’objet d’un réaménagement important qui devrait être terminé au printemps 2022. Les habitants et riverains seront bien entendu consultés et la question du mobilier urbain sera traitée.
  • 11- Est-il prévu de piétonniser la rue Colbert, pour permettre aux bars et restaurants d’élargir leur terrasse ? (Conseil du 05/07/2021)

    Réponse d'Armelle Gallot Lavallée, adjointe au maire déléguée aux transitions des mobilités et à la circulation


    La rue Colbert est actuellement une zone de rencontre : les piétons sont prioritaires sur les cyclistes, eux-mêmes prioritaires sur les véhicules motorisés, limités à 20 km/h. Elle est utilisée à la fois par des commerçants, des restaurateurs, des riverains et des touristes. Nous avons bien conscience que les commerçants souhaiteraient majoritairement que la rue soit piétonne, tandis que les riverains craignent des nuisances. Notre politique est d’apaiser la ville et de prendre des décisions concertées.

    C’est la raison pour laquelle nous organisons fin septembre une réunion avec l’ensemble des usagers pour évoquer une piétonnisation partielle ou ponctuelle, à certaines heures ou à certaines périodes de l’année. En travaillant sur différentes expérimentations, nous espérons aboutir à une solution concertée qui fera converger les intérêts de chacun

  • 12- Vous aviez annoncé un arrêt de l'activation du plan lumière durant les couvre feu. Ceux ci étant terminés, quand remettrez vous en route cette éclairage qui est un attrait supplémentaire au tourisme en centre-ville. (Conseil du 05/07/2021)

    Réponse de Martin Cohen, conseiller municipal délégué à la Transition Energétique, aux Moyens généraux, aux Achats, aux Bâtiments municipaux, aux infrastructures, à la voirie, aux réseaux, à la propreté urbaine, à l’économie circulaire et au PCAET

    Votre question porte sur le plan lumière de la Ville de Tours. Les Tourangelles et Tourangeaux n’avait en effet plus le loisir d’admirer leur ville la nuit en raison des différents couvre-feu. Les bâtiments éclairés dans le cadre du Plan Lumière ont donc été éteints pendant ces périodes.

    Celles-ci ayant pris fin, le plan lumière a été remis en fonctionnement depuis le 20 juin dernier.

  • 13- Le projet de fermer la rue Colbert aux voitures est il toujours d actualité ? Apparemment les habitants de Colbert sont réticents, contrairement à nous commerçants ! (Conseil du 05/07/2021)

    Ça devient n’importe quoi les voitures qui circulent au milieu de piéton, a 5 cm des gens en terrasse, des poussettes, des vélos, des scooters, des trottinette etc.. La plupart des véhicules qui circule après 18h ce sont soit des gens avec GPS soit des kéké musique a fond qui passent 10 fois. Bref aucune logique. Bonne journée

    Réponse d’Armelle Gallot Lavallée, Adjointe au Maire déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Votre question porte sur un éventuel projet de piétonisation de la rue Colbert.

    Cette rue est actuellement une zone de rencontre : les piétons sont prioritaires sur les cyclistes, eux-mêmes prioritaires sur les véhicules motorisés, limités à 20 km/h. Elle est utilisée à la fois par des commerçants, des restaurateurs, des riverains et des touristes. Cette mixité peut être source de conflits entre les différents types d’usagers.

    Ainsi, il apparait que les commerçants seraient majoritairement favorables à une piétonisation de la rue, tandis que les riverains peuvent craindre des nuisances et des difficultés d’accès à leur domicile.

    Afin de prendre en compte les avis de l’ensemble des parties prenantes, et d’aboutir à une décision concertée, nous organiserons prochainement une réunion avec les usagers pour évoquer une piétonisation partielle ou ponctuelle, à certaines heures ou à certaines périodes de l’année.

    En travaillant sur différentes expérimentations, nous espérons aboutir à une solution qui fera converger les intérêts de chacun

  • 14- Quand est-ce que les travaux de rénovation de l'avenue de Grammont vont-ils reprendre dans la continuité de la première partie déjà effectuée ? (Conseil du 28/09/2021)

    Réponse d’Armelle Gallot Lavallée, Adjointe au Maire déléguée aux transitions des mobilités, à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière

    Votre question porte sur une reprise des travaux de réaménagement de l’avenue Grammont, suite aux travaux qui ont menés en 2019 sur le tronçon entre les rues Origet- Auguste Comte et Roger Salengro-Grécourt et en 2020, au nord du précédent tronçon jusqu’à aux rues Entraigues – Charles Gille.

    Ces travaux ont notamment consisté en l’aménagement des contre-allées et de la partie ouest de la place Michelet.

    Les possibilités d’aménagement de la suite de l’avenue Grammont sont aujourd’hui à l’étude. Il n’y a donc pas encore de calendrier de travaux établi pour ce projet qui visera à mettre en valeur le parcours de la Loire à vélo et à apaiser l’espace public.

  • 15- Peut-on en savoir plus sur ce que vous comptez faire de l'ex Projet 244, caserne Beaumont, Pavillon de Condé, etc ? (Conseil du 28/09/2021)

    Des réunions semblent faites en catimini, les invitations faites au compte-goutte et à la dernière minute, certains élus commencent à proposer un local ici ou là à tel ou tel acteur, sans que d'autres élus semblent au courant. Impression de fonctionnement très opaque ou totalement désorganisé.

    Réponse de Cathy Savourey, adjointe au Maire déléguée à l'Urbanisme, aux grands projets urbains et à l’aménagement des espaces publics

    Vous nous interrogez sur le devenir de différents sites urbains et vous souhaitez avoir plus de précisions sur l’avancement des projets qui y sont prévus.

    Concernant le projet 244 –l’API Saint Sauveur-, les échanges entre le porteur de projet et la Ville de Tours ont conduit à réinterroger certains éléments de programme. En conséquence, nous travaillons actuellement à la mise en place d’une concertation élargie sur ce projet. La méthodologie de la démarche est en cours de définition.

    En ce qui concerne le projet des Casernes Beaumont-Chauveau, la municipalité et la SET – Société d’équipement de Touraine, l’aménageur de la ZAC - ont souhaité engager un dialogue compétitif afin de retenir le futur architecte-urbaniste et de repenser le plan masse initial.

    Ce processus met en concurrence plusieurs équipes et arrivera à terme début 2022.
    Je précise qu’il s’agit d’une procédure de marché public qui implique une confidentialité certaine à laquelle sont soumis les membres du comité de dialogue.

    Pour compléter, le comité de dialogue est composé majoritairement d’usagers (associations…) et d’habitants ayant répondu à l’appel à candidatures ou tirés au sort sur les listes électorales.

    Sur le site des Casernes, la Ville travaille actuellement à l’émergence d’un tiers lieu notamment au sein de la « halle 26 », en lançant une démarche de co-construction. Il s’agira d’un projet collectif, pour développer des espaces de rencontres et de services de proximité, qui puisse évoluer en fonction des besoins du quartier.

    À ce stade, il n’y a donc pas de porteur ou de programme arrêté ou de porteur de projet identifié.

    Un premier atelier a eu lieu en septembre, intégrant différents acteurs du territoire (centre social, parents d’élèves, porteurs de projets). Un second atelier va étendre le périmètre des personnes associées en s’ouvrant aux riverains et habitants du quartier.
    Enfin, concernant le pavillon de Condé, le devenir précis de celui-ci (autre sa préservation et sa valorisation) n’est pas encore figé.

    La réflexion reste pour l’heure en attente de la conclusion du dialogue compétitif.

  • 16- Quel avenir pour les casernes Beaumont rue du plat d’étain ? (Conseil du 06/12/2021)

    Réponse de Cathy Savourey, Adjointe au Maire déléguée à l'Urbanisme, aux grands projets urbains et à l’aménagement des espaces publics

    Vous nous interrogez sur le devenir du site des Casernes Beaumont Chauveau, rue du Plat d’Étain.

    La Ville de Tours a confié l’aménagement des Casernes Beaumont-Chauveau à la société d’Équipement de la Touraine (SET). Dans ce cadre, la Ville et la SET ont lancé un dialogue compétitif pour choisir le futur urbaniste coordonnateur de ce nouveau quartier qui comportera des logements, des commerces, des activités économiques et des espaces publics.

    Un comité de dialogue composé d’élus, de services de la Ville, de la SET, d’associations d’usagers et d’habitants ayant répondu à l’appel à candidatures ou tirés au sort sur les listes électorales, a été constitué au printemps 2021. Il a pour mission de suivre la désignation du nouvel urbaniste-architecte en chef du projet urbain.

    Ce processus met en concurrence plusieurs équipes et arrivera à terme au premier trimestre 2022.

    Sur le site des Casernes, la Ville travaille actuellement à l’émergence d’un tiers lieu au sein de la « halle 26 », en lançant une démarche de co-construction. Il s’agira d’un projet collectif, pour développer des espaces de rencontres et de services de proximité, qui puisse évoluer en fonction des besoins du quartier.

    Plusieurs permis de construire ont été délivrés en 2021, dont celui du futur Centre Chorégraphique National de Tours qui sera construit sur ce site.

  • 17- Avez-vous des projets conséquents de végétalisation sur Tours-Nord ? (Conseil du 06/12/21)

    Je m’inquiète de voir pousser les immeubles dans les secteurs Chambrerie et Monconseil, alors quele manque d’espaces verts est criant.


    Cathy Savourey, adjointe au maire déléguée à l’urbanisme :

    L’objectif de notre plan «Nature en ville» est de favoriser la biodiversité, lutter contre le réchauffement climatique et permettre à chaque habitant de disposer d’un jardin public à moins de 300mètres de chez lui. Cette politique se traduit par une première modification du PLU en 2019, parla protection renforcée d’arbres remarquables, par la création d’emplacements réservés pour informer les propriétaires du souhait de la Ville d’acheter leurs parcelles pour créer de nouveaux jardins publics, par l’augmentation du coefficient de pleine terre dans les nouvelles opérations d’aménagement, et par la nécessité pour les promoteurs de faire un inventaire de la faune et la flore. Dernier point, et non des moindres, ce sont les négociations avec les promoteurs immobiliers pour qu’ils rétrocèdent à la collectivité des espaces publics ouverts à tous (comme sur le site Gelco).

  • 18- Quand est-ce que les travaux au début de la rue du commerce vont commencer ?

    Voilà bientôt 4 mois que le bar « Les frères Berthom » qui animait cette partie du quartier a dû fermer et rien n’a bougé depuis.

    Réponse de Cathy Savourey, Adjointe au Maire déléguée à l'urbanisme, aux grands projets urbains et à l’aménagement des espaces publics

    Votre question porte sur le planning des travaux à venir sur le secteur rue du commerce/ Haut de la rue Nationale.

    Bien que tout soit mis en œuvre pour les réduire au maximum, les aléas font partie intégrante de tous les projets de construction.

    Le démarrage de la prochaine phase du chantier a effectivement connu un décalage ce qui a nécessité d’adapter le calendrier initialement prévu.

    Ainsi, le démarrage des travaux de démolition de l’îlot situé à l’angle de la rue du commerce et la rue nationale est prévu pour février 2023, suivi des travaux de construction à partir du deuxième trimestre.

    Cette tranche du projet prévoit notamment la réalisation d’un immeuble de logements et d’environ 1.450 m² de commerces.

  • 19- Comptez-vous, pour les prochains aménagements urbains, prendre en compte les nouvelles mobilités ?

    En effet, concevoir un revêtement en pavés, même plats et proprement jointoyés, est dangereux et impraticable pour se déplacer avec les mobilités équipées de petites roues (trottinettes, électriques ou non, skates, fauteuils, caddys, valises, etc.).
    Je pense au nouveau revêtement de la place du grand marché. Il me semble qu'une ville qui voudrait promouvoir les nouvelles mobilités douces devrait pour tout nouvel aménagement urbain prévoir un revêtement lisse, antidérapant, et qui évacue le surplus d'eau de pluie.

    Réponse de Cathy Savourey, Adjointe au Maire déléguée à l'urbanisme, aux grands projets urbains et à l’aménagement des espaces publics

    Vous nous interrogez sur le choix du revêtement en pavés utilisé pour le projet de réfection de la place du Grand Marché.

    De manière générale, nous cherchons à prendre en compte systématiquement dans les opérations d’aménagement et de voirie les mobilités actives, et l’un des objets poursuivis est l’amélioration des cheminements pour ces usagers, ainsi que les personnes à mobilité réduite.

    Toutefois, les aménagements urbains doivent tenir compte d’une diversité d'usages, et des contraintes de réalisation parfois contradictoires (p.ex. le confort d'usage versus l’aspect esthétique recherché).

    Pour la place du Grand Marché, celle-ci étant située en secteur sauvegardé, les revêtements utilisés doivent être validés par l'Architecte des Bâtiments de France (ABF). Les pavés choisis sont donc identiques à ceux de la place Châteauneuf, située à proximité. Je précise qu’ils ont été présentés et validés par les associations de cyclistes et celles représentant les personnes à mobilité réduite.

  • 20- Est ce que vous avez en projet de faire une ressourcerie sur Tours Nord ?

    Il y en a une derrière la Rue Saint-François : la Charpentière , et à côté d’Active. C'était prévu qu'elle se fasse au parking relais Rue de Jemmapes avec l'ancien Maire, sa serait bien qu'il y en ait une sur Tours Nord, ça ferait moins loin pour les personnes qui ne sont pas véhiculées. Et aussi pour recycler les électroménagers et les vieux meubles pour les personnes dans le besoin.

    Réponse de Cathy Savourey, Adjointe au Maire déléguée à l'urbanisme, aux grands projets urbains et à l’aménagement des espaces publics

    Vous souhaitez savoir si un nouveau projet de ressourcerie est envisagé à Tours Nord.
    Dans le cadre d’un appel à projets urbains (API) lancé en 2019, des projets d’aménagement de différents sites de la Ville ont été proposés, dont celui du parking Jemmapes.

    Cet API s’est avéré infructueux, et aucun projet n’avait été retenu à l’époque. Dans ce cadre, un des porteurs de projet avait effectivement proposé l’installation d’une ressourcerie sur le site du parking relais.

    Aujourd’hui, il n’y a pas de nouveau projet prévu à Tours Nord, mais si la mairie est saisie d’une telle initiative, elle pourra accompagner le porteur de projet pour identifier les besoins et réfléchir à un lieu d’implantation possible.

Contact

Mairie Centrale - Hôtel de Ville

Y aller En savoir +

Fax : 02 47 21 69 36

Horaires

La mairie Centrale ouvre à partir du 5 septembre aux horaires suivants :

  • lundi au jeudi : 8h30 à 17h
  • vendredi : 8h30 à 16h30

Description

Comment s'y rendre ?

1 à 3 rue des Minimes 37926 TOURS CEDEX 9 Y aller