Propos de Monsieur Le Maire de Tours Emmanuel Denis

Le 14/12/2022
- Action municipale

>> Introduction au conseil municipal
du 14 décembre 2022 <<

Mesdames et messieurs les membres du Conseil municipal,
Chers Tourangelles et Tourangeaux,

D’abord je voudrais saluer l’arrivée prochaine d’un nouveau préfet, Patrice Latron, je lui souhaite la bienvenue en Touraine et j’ai hâte de me mettre au travail avec lui.

Je voudrais aussi saisir cette occasion pour remercier publiquement, l’actuelle préfète Marie Lajus avec qui j’ai collaboré depuis quasiment le début du mandat. Dire que j’ai apprécié, sa rigueur, son sens de l’état, son sens de l’intérêt général, son impartialité inhérente à sa fonction et aussi son humanité et bien sûr son implication pour faire aboutir les dossiers portés par la ville, comme la labellisation « Cité éducative », le contrat territorial d’accueil et d’intégration des réfugiés (CTAI-R), les médiateurs de rue, ou la subvention supplémentaire pour la reconstruction de l’école Maryse-Bastié. C’est une femme qui par son exemplarité et son implication pour la cause féminine aura, sans aucun doute, fait avancer la question d’égalité des genres dans le département.

Ensuite, quelques mots pour expliquer le contexte dans lequel nous préparons notre budget 2023.

Nous vivons dans un monde où l'inquiétude règne. Il suffit de lire la presse, d'échanger avec sa famille, ses amis, ses collègues ou ses voisins pour le constater. On s'inquiète pour son avenir, dans une société où les inégalités ne se résorbent plus. On s'inquiète pour son présent, dans un contexte inflationniste où l’envolée des factures, de l’alimentation à l’énergie, grignote aussi les revenus des plus pauvres. On s'inquiète pour le climat, on s'inquiète pour notre santé, on s'inquiète de cette guerre qui a surgi aux portes de notre Europe et dont on ne voit pas encore la fin.

Cette situation d'inquiétude généralisée nécessite des mesures d'urgence à tous les niveaux afin de protéger ce qui doit l'être - notre vivre-ensemble, notre cohésion, notre contrat social - tout en conservant une capacité d'action pour investir pour demain, et mener les transformations structurelles dont nous avons besoin.

A l'échelle d'une ville, les moyens disponibles et mobilisables seront toujours insuffisants pour combattre la grande pauvreté, mais nous actionnons cet hiver encore tous les leviers à notre disposition pour agir. C'est pourquoi la ville et le CCAS font bloc, cette année comme chaque année nous répondons présent en mettant à disposition un gymnase pour les sans-abris et nous allons plus loin, au-delà de nos compétences en mettant en œuvre des moyens supplémentaires. Concrétisés par la mise à disposition de 2 nouveaux logements et d’un budget supplémentaire de 20.000€, que je vous proposerai au vote tout à l’heure, pour mettre à l’abri, de manière inconditionnelle, 4 familles (16 personnes) dont les enfants sont scolarisés dans les écoles de notre ville.

À la crise climatique s’ajoutent les crises politiques et les guerres induisant la nécessité d’avoir une approche différente de la dépendance énergétique et des modes de consommation. C’est pour cette raison que nous avons réuni fin novembre le premier Conseil local de sobriété énergétique en lien avec la métropole et le conseil départemental, afin d'interpeller l'État sur la situation des collectivités et d'offrir un espace d'échanges et de coordination des principaux acteurs du territoire sur le sujet.

Un plan de sobriété énergétique vous sera d'ailleurs présenté ce soir, grâce au travail engagé depuis le début de mandat par Martin Cohen et plusieurs autres élus. Je crois qu'il est essentiel que la crise actuelle nous permette d'inscrire ces pratiques de sobriété choisie au cœur de l'action politique et que celles-ci ne se limitent pas à une action temporaire de lissage du prix de l'énergie ou de bouclier tarifaire.

Ce sont les mesures structurelles de sobriété qui nous aideront à développer la résilience qui nous permettra de limiter l'impact des crises à venir.

Cette sobriété choisie, ce n'est pas le sacrifice de décennies de progrès, c'est au contraire l'opportunité de repenser l'ensemble de nos politiques publiques dont les modèles atteignent aujourd'hui leurs limites, ce qui nécessite un dialogue constant et en responsabilité avec nos partenaires, dès lors que nous agissons sur des compétences partagées.

Dans le domaine culturel par exemple, c'est avec la région et la métropole que nous imaginons le CCNT de demain, plus sobre en fonctionnement, plus agile en matière d'utilisation des espaces, mais tout aussi ambitieux dans son projet artistique. C'est avec la région et l'État que nous dialoguerons quant à l'évolution nécessaire du modèle de notre Opéra, et j'ai d'ailleurs prévu de rencontrer la ministre de la culture prochainement sur ce sujet, et je remercie les députés Colboc et Fournier pour leur mobilisation sur ce dossier.

Cette sobriété choisie, c'est l'opportunité de relocaliser des activités industrielles comme nous le faisons avec le développement du pôle vélo au Menneton qui accueillera sa tête de proue Cyfac en janvier. Cette sobriété, c’est consolider le tissus industriel et d'artisanat « intramuros » dans nos nouveaux projets urbains comme à Tours Nord (Gelco) ou Make ICI à St Sauveur, c'est faire évoluer les modes de faire des partenaires économiques de la collectivité, comme j'en ai d'ailleurs échangé récemment avec les acteurs de la construction et du bâtiment (cf. présentation vendredi 9 déc du PPI de la ville à la Fédération Française du Bâtiment 37).

Cette stratégie de transformation globale repose sur un assainissement de la situation financière de la collectivité qui nous permettra de franchir définitivement le mur de la dette avant la fin du mandat, tout en investissant massivement en faveur d'équipements publics résilients et de qualité au bénéfice de toutes et tous, et en portant des projets structurants pour le territoire et ses habitants,

  • notamment dans le champ de la rénovation et de la production énergétique (réduction de 30% de notre consommation énergétique tout en doublant notre part en chauffage biomasse et en visant ⅓ d'autonomie énergétique pour nos besoins électrique) ;

  • dans le champ de la végétalisation : j'ai le bonheur de vous annoncer qu'on a largement dépassé nos objectifs de plantation. Déjà 30.000 arbres et arbustes en deux années de mandat grâce au travail de Betsabée Haas et des services ;

  • dans le champ des mobilités décarbonées avec le schéma cyclable métropolitain dont la ville accompagne le déploiement, le projet de ligne B de tramway dont le président Augis a donné des nouvelles encourageantes lundi soir, sans oublier le projet de RER métropolitain auquel on travaille depuis le début du mandat, et qui bénéficie d'un portage déterminant de la part de la région et de la métropole ;

  • dans le champ de la transition agro-écologique de notre alimentation avec notamment notre projet de cuisine centrale ;

  • dans le champ social et culturel pour que Tours soit une ville accueillante, inclusive, qui permette l’émancipation des jeunes tout en préservant les plus précaires.


Transformer la ville ne peut se faire sans la mobilisation de toutes et tous. Les Tourangelles et Tourangeaux ont pour la plupart compris la nécessité d'augmenter les taux de la taxe foncière l'année dernière, à des taux raisonnables si j'en crois la vague d'augmentation d'impôts locaux que je vois ça et là. Je peux dès à présent annoncer que nous n’augmenterons pas ces taux en 2023.

L'augmentation significative de notre recours aux financements extérieurs répond d'ailleurs à la fois à ce souci d'optimisation et de bonne gestion de l'argent des contribuables, qu'à une volonté d'inscrire nos projets dans une démarche partenariale qui irrigue l'ensemble des territoires et des niveaux de collectivités. Cette bonne gestion des deniers publics nous a notamment amené à souscrire en 2021 un emprunt de 55 millions d'euros à taux fixe pour couvrir le besoin d’emprunts 2021, 22, et 23, en anticipation de la dégradation des taux d'intérêt. Cela a permis à la ville d'économiser dix millions d'euros qui seraient partis en frais financiers si nous avions contracté les emprunts au fil de l’eau avec les taux actuels.

Nous préparons ce budget 2023 avec la volonté de Voir loin pour Tours, ce qui sous-entend, de prendre ses responsabilités aujourd'hui pour contribuer à construire les solutions de demain ; d’engager les transitions écologiques structurantes tout en répondant maintenant à l'urgence sociale ; de s'inscrire dans une dynamique territoriale qui replace Tours là où est sa place : parmi les métropoles du Grand ouest, qui conjuguent les valeurs dont elles sont porteuses : la solidarité, la démocratie et bien sûr la préservation de notre planète.


Suivez ce lien pour visualiser le conseil municipal
en direct ou différé